Olivier Goy (Lendix) : « Une entreprise a une réponse sous 48 heures »

Créée en 2014, Lendix, dirigée par Olivier Goy, ne cesse de se développer. Preuve en est, la Banque européenne d’investissement compte depuis peu parmi ses prêteurs, en ayant injecté 18,5 millions d’euros dans la plateforme. Une success-story qui fait de Lendix la seule fintech française dans le Top 50 du classement KPMG H2 ventures, pour la deuxième année consécutive.
Olivier Goy, fondateur de Lendix

Créée en 2014, Lendix, dirigée par Olivier Goy, ne cesse de se développer. Preuve en est, la Banque européenne d’investissement compte depuis peu parmi ses prêteurs, en ayant injecté 18,5 millions d’euros dans la plateforme. Une success-story qui fait de Lendix la seule fintech française dans le Top 50 du classement KPMG H2 ventures, pour la deuxième année consécutive.

L’arrivée de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) marque un vrai tournant dans votre développement. Cela modifie-t-il votre mode de fonctionnement ?

Non, cela nous permet seulement de changer de dimension et de gagner en crédibilité. En termes de crowlending, la BEI n’a pas eu d’impact sur notre fonctionnement : à savoir 30 % d’investisseurs particuliers (nous avons passé la barre des 10 000 actifs) et 70 % d’institutionnels. Donc sur chaque projet il a toujours des particuliers. La BEI a décidé d’investir dans des plateformes de prêt et nous sommes la première qu’elle ait choisie à ce jour en Europe continentale. Nous avons également levé auprès de Bpifrance, Groupama, CNP Assurances et Matmut. Au total, nous avons recueilli 90 millions d’euros et nous aurons prêté la totalité d’ici la fin de l’année à des PME qui cherchent à emprunter entre 30 000 à trois millions d’euros avec un prêt moyen d’environ 350 000 euros.

Comment vous démarquez-vous par rapport aux banques ?

Nous avons deux valeurs ajoutées certaines. Tout d’abord, la vitesse de prise de décision. Chez Lendix, une entreprise a une réponse en 48 heures et l’argent en trois jours. Là où dans le circuit bancaire traditionnel ça peut prendre un ou deux mois, voire beaucoup plus. C’est grâce à la technologie que l’on peut proposer un service aussi rapide, il y a toute une série d’étapes automatiques qui se déroulent en trente secondes et qui nous fournit une analyse crédit. Les banques ne pourraient pas travailler ainsi car elles ont un système ancien à entretenir. Alors que les fintechs, elles, ont l’opportunité de partir de zéro et de développer des technologies sans "héritage". La deuxième chose, c’est que nous avons des conditions d’accès plus clémentes : aucune caution, aucune garantie ni assurance ne sont demandées. En contrepartie nous avons des taux plus élevés. En réalité nos offres sont complémentaires. Dès que vous voulez financer de l’immatériel, une machine qui ne serait pas en France mais à l’étranger par exemple ou un besoin en fonds de roulement, les banques ont moins d’appétit. Souvent les entreprises sont financées par les banques pour une grande partie de leurs besoins et se complètent avec nous.

Lendix cherche-t-elle à organiser un nouveau tour de table ?

Pas pour le moment. Nous en avions fait un pour l’ouverture de bureaux en Espagne et en Italie. Aujourd’hui, Lendix est pleinement opérationnelle dans les trois pays. D’ailleurs nous sommes la première plate-forme en Europe continentale. L’objectif n’étant pas de s’arrêter là, quand nous voudrons ouvrir d’autres pays, nous ferons une nouvelle levée de fonds.

Quelles sont vos ambitions ?

Énormes ! Il faut savoir que nous sommes sur un marché de prêts aux PME qui pèse près de 80 milliards d’euros par an en France. Nous pensons que les plateformes peuvent à terme viser 10 % à 15 % de ce marché. Le point intéressant par rapport à ça, c’est que nous avons, avec Funding Circle, leader anglais dans ce secteur, qui s’est lancé en 2010, un bon benchmark. Nous nous comparons avec ce qu’ils ont produit. Depuis notre création, on s’aperçoit que nous les battons tous les mois. Sachant, qu’actuellement, ils font deux milliards de prêts par an en Angleterre, ça donne une idée du potentiel de notre marché. 

« Des banques nous apportent même des dossiers sur lesquels elles ne sont pas en mesure de répondre. »

Quelles sont vos relations avec les banques ?

Il y a trois ans, nous étions un peu dans une relation de méfiance, aujourd’hui nous sommes plus dans la recherche de partenariats. Des banques nous apportent même des dossiers sur lesquels elles ne sont pas en mesure de répondre.

Que pensez-vous de l’état des fintechs en France ?

Je pense que l’état des fintechs s’améliore de jours en jours, il y en a de plus en plus et de plus en plus fortes ! Il y a deux baromètres pour évaluer cet état. D’abord la création de l’association France Fintech dont je suis un des vice-présidents, qui rassemble les principales fintechs françaises. On y voit le dynamisme des nouveaux membres. Et également le classement KPMG H2 Ventures, sorti il y a quinze jours à peine. Bien sur les grands vainqueurs au niveau mondial sont les Chinois qui ont fait une percée fulgurante. Ce qui est intéressant d’observer, c’est que le nombre de fintech françaises présentes dans le classement a doublé depuis l’année dernière et deuxièmement, que Lendix à l’honneur d’être la seule fintech française du Top 50 !

 

Propos recueillis par Vincent Paes et Morgane Al Mardini

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les fintechs à l'assaut des banques

Pumpkin, rachetée par Crédit mutuel Arkéa, Compte Nickel par BNP Paribas ou encore KissKissBankBank & Co par la Banque postale. 2017 aura été marquée par une vague de rapprochement sans précédent entre fintechs et banques. Qui sort vraiment gagnant de ces opérations ? Analyse et entretiens.
Sommaire Fintechs : à l’ombre des banques Étienne Mallengier (Neuroprofiler) : « Les incubateurs nous permettent de créer un premier lien avec les banques » Hugo Sallé de Chou (Pumpkin) : « Notre communauté double tous les six mois » David Finel (Sharepay) : « Permettre aux foyers de mieux gérer leur argent »
Internet mobile : Cuba s’ouvre (un peu) sur le monde

Internet mobile : Cuba s’ouvre (un peu) sur le monde

La grande île caribéenne connaît une petite révolution dans le secteur des nouvelles technologies avec le déploiement d’un réseau 3G.

IKKS fait peau neuve

IKKS fait peau neuve

Lourdement endetté, le groupe de prêt-à-porter premium a dû restructurer son capital pour régler sa situation financière. Les créanciers ont accepté d...

Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang

Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang

Sanofi a enfin mis un pied dans le secteur des maladies rares ! En rachetant la biotech américaine Biovertiv pour 11,6 milliards de dollars, Sanofi s’...

Safran décolle enfin avec Zodiac

Safran décolle enfin avec Zodiac

La patience de Safran a fini par payer. Huit ans auront été nécessaires pour que l’OPA amicale engagée sur Zodiac Aerospace aboutisse. Outre les quest...

EssilorLuxottica voit les choses en grand

EssilorLuxottica voit les choses en grand

Ils se sont dit oui. Depuis octobre, Essilor et Luxoticca font maison commune pour devenir leader mondial de l’optique. Au sein de la direction, la pa...

Idex souffle le froid et le chaud

Idex souffle le froid et le chaud

Valorisé près de 1,5 milliard d’euros à la suite d’un LBO tertiaire, l’opérateur intégré d’infrastructures énergétiques ambitionne de franchir la barr...

Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$

Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$

Les incursions de la banque de financement et d’investissement sur le segment des sociétés françaises en hypercroissance sont rares. C’est dire le pot...

Face à Apple, Microsoft défend ses valeurs

Face à Apple, Microsoft défend ses valeurs

Le 30 novembre dernier, Microsoft a brièvement dérobé à Apple la place de première capitalisation boursière mondiale. Un succès qui est le reflet de l...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message