Olivier de Vilmorin : sécuriser le business

Au cours de l’année 2019, Olivier de Vilmorin, avocat associé chez Sullivan & Cromwell a participé plusieurs transactions remarquables, tant par les montants en jeu que par leur caractère structurant. Retour d’expérience d’un conseil au cœur de ces opérations.
© Coreamyilsa Lim

Au cours de l’année 2019, Olivier de Vilmorin, avocat associé chez Sullivan & Cromwell a participé plusieurs transactions remarquables, tant par les montants en jeu que par leur caractère structurant. Retour d’expérience d’un conseil au cœur de ces opérations.

Olivier de Vilmorin, Associé,Sullivan & Cromwell

  • Age : 49 ans
  • Passé par : Cleary Gottlieb, entré chez Sullivan & Cromwell en 2003, coopté en 2006
  • Dossiers récents : fusion Fiat-Chrysler/PSA, acquisition de Tiffany & Co par LVMH, rachat de GrandVision par Essilor (en cours)…

 

Avocat aux barreaux de Paris et de New York, Olivier de Vilmorin intervient en fusions-acquisitions depuis plus de vingt ans. Sa mission : sécuriser et faciliter le business de ses clients. C’est par exemple ce qu’il a fait pendant plusieurs mois aux côtés de Fiat Chrysler Automobiles lors de la fusion avec le géant français de l’automobile, PSA. Si l’on compte sur les leçons tirées de l’échec de la fusion avec Renault, notamment une bonne connaissance par FCA des contraintes et des pratiques des opérations impliquant un groupe français, et sur le fait que les équipes étaient très resserrées pour la négociation, cela explique également la vitesse avec laquelle l’alliance a été conclue. Autre deal majeur entre les mains d’Olivier de Vilmorin cette année : l’acquisition de Tiffany & Co par LVMH.

Le deal LVMH/Tiffany & Co : sécuriser le joyau

Mi-octobre, le géant français du luxe fait une première offre au joailler américain en lui proposant de racheter la marque pour 13 milliards d’euros en numéraire (soit 14,5 milliards de dollars). Après les négociations, LVMH réhausse sa proposition de 1,7 milliard d’euros et le 25 novembre 2019, l’opération est officiellement annoncée. Le géant du luxe français réalise alors sa plus grosse acquisition depuis 1987, année de sa création. Le joaillier américain est valorisé à environ 14,7 milliards d’euros. C’est le rachat le plus cher dans le secteur. Pour le mener à bien, LVMH a été épaulé par Sullivan & Cromwell. L’équipe française du cabinet américain menée par Olivier de Vilmorin est intervenue sur le volet corporate. Le modèle d’acquisition choisi est celui d’une fusion triangulaire inversée (« reverse subsidiary mergers »). Inconnu du droit français, ce mécanisme américain présente un certain nombre d’avantages. « Contrairement à une offre publique, cela permet d’acquérir 100 % de la cible, sans avoir le risque de conserver des actionnaires minoritaires, avec toutes les contraintes liées à une filiale cotée », indique le dealmaker. D’autre part, « cela permet également de sécuriser l’opération dès le vote en assemblée générale de la cible qui peut intervenir rapidement après l’annonce et d’éviter, comme ce serait le cas dans une offre publique, le risque d’une offre concurrente pendant une période qui peut être longue en cas de processus réglementaire lourd ». La clôture de l’opération est prévue pour mi-2020.

Pourquoi un deal échoue-t-il ?

Le M&A reste une spécialité soumise aux aléas économiques et humains que les avocats ne sont pas toujours en mesure de parer. « Notre rôle peut parfois être de rationaliser les rapports entre les personnes », souligne Olivier de Vilmorin. Il arrive cependant que les entités ne soient pas compatibles et que le deal échoue pour cette raison-là. Mais, ce peut également être une question de pricing mal évalué. L’avocat doit dès lors comprendre les éléments de valorisation pour anticiper les problématiques juridiques mais il n’intervient pas dans la détermination du prix.

Romane Gagnant

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals & Dealmakers 2020

Restructuration de Vivarte, de Rallye ou de la Saur, fusion PSA/Fiat Chrysler, rachat de Tiffany par LVMH, privatisation de La Française des Jeux… Ces transactions financières, parfois structurantes, passent entre les mains des meilleurs avocats de Paris. Ils en assurent, avec leurs équipes, le volet technique et, comme des chefs d’orchestre, coordonnent les pupitres pour anticiper les contraintes, valider les montages, évaluer les risques juridiques et se muer en trusted advisors. Ils se replongent pour Décideurs Juridiques dans l’histoire de ces deals qui ont résonné sur la place ces derniers mois, en extraient l’essence et en analysent les contours, une forme d’enseignement par cas d’école, glissant naturellement sur leur propre manière de faire, d’être et d’agir aux côtés des grands patrons, de leur garde rapprochée et des entrepreneurs. Financement bancaire, de marché, restructuration de dettes, d’activité, fusion, cession, rachat avec effet de levier, entrée en Bourse… L’année 2019 à travers le regard des avocats qui ont réalisé toutes ces opérations.
Sommaire Hervé Pisani : le sort entre ses mains Alexandra Bigot : la minutie de la fiducie Yannick Piette : dextérité et empathie Marcus Billam : l’art de l’anticipation Youssef Djehane : relever les défis Valérie Lemaitre : l’ombre et la lumière du financement Maud Manon : entre prêteurs et emprunteurs Stéphane Huten : new deal, new life
M.Le Brignonen (Tracfin) : "La France a un dispositif anti-blanchiment à faire valoir"

M.Le Brignonen (Tracfin) : "La France a un dispositif anti-blanchiment à faire valoir"

Directrice de Tracfin depuis le mois de juillet 2019, Maryvonne Le Brignonen a pris ses nouvelles fonctions à un moment stratégique : celui de la prép...

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Wille...

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

Marie-Chistine Dalloz, députée LR du Jura et secrétaire de la commission des Finances revient sur la politique fiscale administrée par Emmanuel Macron...

Fintech : Revolut creuse l’écart avec la concurrence

Fintech : Revolut creuse l’écart avec la concurrence

En levant 500 millions de dollars, la néobanque londonienne distance ses concurrentes. Ce tour de table, qui la valorise 5,5 milliards, est un signal...

Jean-Pierre Raffarin : leçon de mandarin

Jean-Pierre Raffarin : leçon de mandarin

À l’heure où le coronavirus a déjà fait près de 3 000 morts en Chine et où la peur de la pandémie semble sur le point de gagner l’ensemble de la planè...

"Qui veut être mon associé ?", l’accélérateur de start-up

"Qui veut être mon associé ?", l’accélérateur de start-up

Avec son programme diffusé en prime time chaque mardi, M6 a réalisé la bonne opération de ce début d’année à la télévision. Surfant sur la vague de l’...

Fiscalité internationale, l'Europe maintient la pression

Fiscalité internationale, l'Europe maintient la pression

Les ministres des Finances français, italien, allemand et espagnol ont conjointement exprimé leur détermination à réformer la fiscalité internationale...

Coronavirus, l’économie en danger ?

Coronavirus, l’économie en danger ?

Si la Chine lutte contre l’épidémie, elle s’efforce de limiter les dégâts économiques. Car c’est tout le système mondial qui est potentiellement touch...

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message