Obligations souveraines : il faudra composer avec les outils existants

Le directeur général du Mécanisme européen de stabilité (MES) estime que deux à trois ans seraient nécessaires pour mutualiser les dettes des États de la zone euro. Un laps de temps bien trop long face à l'urgence de la situation.
Klaus Regling.

Le directeur général du Mécanisme européen de stabilité (MES) estime que deux à trois ans seraient nécessaires pour mutualiser les dettes des États de la zone euro. Un laps de temps bien trop long face à l'urgence de la situation.

La semaine dernière, les États membres de l'Union européenne ne se sont pas entendus sur la création de "corona bonds". C'est-à-dire sur l'émission d'euro-obligations qui permettraient de face à la crise liée au Covid-19 et mutualiseraient les risques entre les pays de la zone euro. Si Paris, Rome ou encore Madrid sont favorables au projet, Berlin et Amsterdam s'y opposent fermement de crainte de payer pour les territoires les plus fragiles et moins rigoureux sur le plan budgétaire. Finalement, l'argument le plus conséquent à court terme sera peut-être celui du temps. Selon le directeur général du Mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, même en cas d'accord politique, il faudrait plusieurs années pour mettre en place un outil aussi complexe. Or en cette période troublée, la réactivité est un élément clé.

Des solutions à court-terme

"Cela prendrait un, deux ou trois ans, et les États membres doivent trouver des capitaux ou des garanties, ou encore affecter les recettes futures, a-t-il déclaré au Financial Times. On ne peut pas créer des obligations à partir de rien." Afin de couvrir les besoins médicaux et économiques liés à la crise, il faudrait donc composer avec les institutions et les instruments existants, même si "à plus long terme, il existe d'autres options".

Dans l'immédiat, améliorer l'émission mutualisée de dettes passerait par les trois institutions européennes existantes, que sont le MES, la Commission européenne et la Banque européenne d'investissement. La Commission pourrait, par exemple, émettre davantage de titres de créance dans le cadre de son prochain budget septennal, précise Klaus Regling au Financial Times. Les contributions des États, particulièrement touchés par la crise, au budget de l'UE pourraient également être révisées.

En revanche, l'homme n'estime pas nécessaire de renforcer pour le moment la capacité de prêt du MES, qui s'élève à 410 milliards d'euros. Son directeur général ajoute que des pays comme l'Italie bénéficient encore d'un accès facile au marché, puisque celui-ci fait la distinction entre les circonstances actuelles et la crise des dettes souveraines. "Il n'y a pas de déséquilibres macroéconomiques énormes dans la zone euro, qui est très différente de ce qu'elle était il y a 10 ou 12 ans", commente-t-il. L'Eurogroupe (les ministres des Finances des États disposant de la monnaie unique) devraient présenter d'ici la fin de semaine prochaine des propositions de riposte budgétaire, avec de potentielles adaptations du MES. De leur côté, les pays ont déjà émis plus de 800 milliards d'euros, en cumulé, pour soutenir leurs systèmes hospitaliers et leurs entreprises.

OV

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleurs collaborateurs"

P. Queinnec (Jenji) : "La question du cash se matérialise surtout par crainte de perdre les meilleur...

Parmi les nombreuses répercussions de la crise sanitaire, l’accélération de la dématérialisation a été l’une des plus retentissantes pour l’entreprise...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Organiser un évènement professionnel mémorable : pourquoi opter pour l’outil Kactus ?

Vous êtes chargé d’organiser un évènement professionnel ou une soirée pour vos collègues de travail. Et la date de votre soirée d’entreprise se rappro...

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Boris Bakech (C4 Ventures), le technophile

Avec un profil axé sur la tech, Boris Bakech ne se destinait pas au métier d’investisseur. C’est animé désormais par l’envie de soutenir les pépites t...

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Vitirev Innovation, viti, vini, vici

Fonds de venture capital dédié à la transition écologique du secteur vitivinicole, VitiRev Innovation a annoncé, début 2022, son premier closing à hau...

Mélanie Le Guen (Swen Capital Partners), hors des sentiers battus

Mélanie Le Guen (Swen Capital Partners), hors des sentiers battus

Directrice de participations au sein de Blue Ocean, fonds à impact de Swen Capital, Mélanie Le Guen croit un capital-investissement plus durable. Curi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message