Oaklins, l’heure de la maturité

En quinze ans d'existence, Oaklins s'est fait une place sur le marché des fusions-acquisitions en offrant à ses clients un accompagnement sectoriel pertinent et indépendant. Aujourd'hui, la société s'est ouverte à de nouveaux domaines d'expertise et à d'autres pays. Elle ne compte pas s'arrêter là. Entretien avec Éric Felix-Faure.

En quinze ans d'existence, Oaklins s'est fait une place sur le marché des fusions-acquisitions en offrant à ses clients un accompagnement sectoriel pertinent et indépendant. Aujourd'hui, la société s'est ouverte à de nouveaux domaines d'expertise et à d'autres pays. Elle ne compte pas s'arrêter là. Entretien avec Éric Felix-Faure.

Quinze ans après son lancement, Oaklins s’est fait une place de choix sur le marché du M&A hexagonal. En regardant dans le rétroviseur, aviez-vous anticipé ce que deviendrait votre maison aujourd’hui ?

Eric-Felix Faure. Ce serait un peu présomptueux de notre part mais dès la création d’Oaklins en 2004 [Ndlr. la structure s'appelait alors Aelios], nous avions pour ambition de développer un modèle dédié au small et au mid market, basé sur trois piliers : le travail par expertises avec des compétences croisées permettant d’intervenir sur tous les métiers, une approche résolument internationale ainsi qu’un parti pris visant à toujours privilégier la meilleure solution pour l’actionnaire - y compris, lorsque cela impliquait de tirer un trait sur nos fees. C’est ce que nous avons construit tout au long de ces années et vers quoi nous continuons de tendre.

Nos trois piliers : des expertises fortes, une vision internationale, la garantie d’un conseil indépendant 

Concrètement, comment cela s’est matérialisé ?

E-F.F. Notre marché était principalement travaillé par des intermédiaires, avec des mono-spécialités, ou qui disposaient d’une compréhension généraliste de l’industrie. Mais notre diagnostic nous a amenés à conclure que cela ne permettait pas d’offrir un résultat optimal à nos clients. Il est indispensable de bien comprendre les problématiques d’un secteur, de l'approfondir, de se l'approprier en France mais aussi à l’international pour être capable d’intervenir sur toutes les opérations.
À l’époque, nous avons commencé sur les secteurs d’où nous étions issus, à savoir la tech et le healthcare mais avec l’idée d’ouvrir très rapidement de nouveaux chantiers. Cela s’est concrétisé avec la constitution d’expertises dans les matériaux pour la construction, le peoplecare, l’aérospace/défense, les business services mais aussi l’agroalimentaire ou encore le retail. L’intégration en 2019 de Kross Partners, spécialiste du bien-être et de la nutrition, va dans ce sens.

Aelios était à l’origine une boutique franco-française. Comment avez-vous abordé l’angle international ?

E-F.F. Tout d’abord en rejoignant, dès 2005, une alliance d’acteurs du M&A qui nous ressemblaient. Nous partagions la même vision du marché, les mêmes valeurs, avec la même exigence sur nos dossiers. Tout cela nous a permis de travailler toujours plus efficacement ensemble, de faire monter en puissance nos axes de collaboration jusqu’à créer Oaklins en octobre 2016. Plus qu’un nom commun, Oaklins a matérialisé le passage de l’Union à un état fédéral. L’international ne fonctionne qu’avec un intérêt commun, un profil commun, des outils ad hoc, tout cela couvert par une marque commune.

Le partnership d’Oaklins s’ouvre pour la première fois en France. Pourquoi avoir attendu si longtemps ?

E-F.F. Être actionnaire, c’est être porteur, animateur de la maison. Avec Thibaud de Monclin, nous partageons une même vision du monde, les problématiques économiques sont secondaires par rapport au reste. Cet alignement était indispensable pour réussir notre projet sans prendre le risque de créer des dissensions en ouvrant la gouvernance. Aujourd’hui, cette première étape est derrière nous. Il était important de ne pas créer un plafond de verre, qui n’aurait eu aucun sens et donc d’associer ceux qui étaient en mesure d’amener ce que nous avions apportés jusque-là. Cela nous a permis de faire évoluer Hadrien Mollard, entré chez nous comme chargé d'affaires en 2006. Expert reconnu des consumers goods et redoutable dealmaker, son parcours et son professionnalisme ont déterminé sa promotion. Notre groupe a su reconnaître la contribution de ce professionnel, qui compte désormais au nombre de nos associés. L’arrivée, aujourd’hui, de Guillaume Piette traduit également notre volonté d’attirer des talents partageant nos valeurs.

Et demain ?

E-F.F. Nous poursuivons notre croissance à l’international avec une structure permettant d'allier un noyau dur, qui intègre 25 pays et 20 membres affiliés partageant notre professionnalisme et nos méthodes mais ne disposant pas forcément de la taille critique pour nous rejoindre. En France, notre ambition est de continuer à grandir. Le nombre d’opérations n’est pas uniquement une question de rentabilité ; cela nous permet aussi de garantir l’indépendance de nos conseils. Il est indispensable de dérisquer son P&L pour assurer l’objectivité de ses recommandations. Pour ne pas dépendre des allers-retours, notamment en LBO, un tiers de nos opérations sont des deals primaires.

Il est indispensable de dérisquer son P&L pour assurer l’objectivité de ses recommandations 

Nous montons aussi en taille avec 5 opérations supérieures à 200 M€ de VE en 2019. Nos cibles étaient comprises entre 20 et 80 M€ en 2014 ; aujourd’hui, elles s’échelonnent entre 20 et 300 M€. En termes d’expertises, nous les couvrons toutes par le biais de notre réseau mais il est évident que certains professionnels pourraient nous rejoindre sur des domaines tels que les FIG. Il faut savoir être patients pour trouver les bonnes personnes. Quoi qu’il en soit, Oaklins continuera de se développer sans oublier les fondamentaux qui lui ont permis d’émerger.

Propos recueillis par Alexis Valero.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

Après les dividendes, c’est au tour des rémunérations des patrons des plus grandes banques d’être passées au crible par les superviseurs. En pleine cr...

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

Le cabinet de gestion de patrimoine DLCM Finances renforce sa présence à Paris en finalisant son rapprochement avec La Financière DV.

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Le coronavirus n’épargne rien ni personne. La holding qui gère les affaires de la famille du président des États-Unis, la Trump Organization, en fait...

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

Selon le président de l’Eurogroupe Mario Centeno une ligne de crédit de 240 milliards d’euros ouverte à tous les pays va prochainement être activitée...

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

Le groupe Cyrus gère près de 3,8 Mds€ d’encours financiers et 1,5 Mds d’investissements immobiliers pour le compte de 4 500 familles. Pour accélérer s...

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

Les dirigeants doivent prendre des décisions financières stratégiques et accompagner leurs équipes dans un environnement incertain. David Mahé, fondat...

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en euros"

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en eur...

Pour Jean-Philippe Tasle d'Heliand, président de ODDO BHF Banque Privée France, la chute des marchés actions remet en perspective la rémunération des...

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

Les chiffres du chômage explosent aux États-Unis. On compte plus 6,6 millions de nouveaux demandeurs d'emploi en l’espace d’une semaine.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message