O.Riboud (Fondation Total) : "La mixité booste notre capacité à apprendre"

Olivier Riboud pilote un ambitieux projet de la fondation Total, destiné à former des jeunes aux métiers de l’industrie du futur, Baptisé « L’industreet », il ouvrira ses portes à l’automne 2020. Zoom sur cette initiative, qui s’est fixée comme ambition d’apporter une réponse concrète au décrochage scolaire.

Olivier Riboud pilote un ambitieux projet de la fondation Total, destiné à former des jeunes aux métiers de l’industrie du futur, Baptisé « L’industreet », il ouvrira ses portes à l’automne 2020. Zoom sur cette initiative, qui s’est fixée comme ambition d’apporter une réponse concrète au décrochage scolaire.

Décideurs. La première pierre de l’Industreet, un campus dédié aux métiers industriels, a été posée en novembre 2019 pour une inauguration prévue à l’automne prochain. Quelle est la genèse de ce projet ? 

Olivier Riboud. L’Industreet est né d’une réflexion autour des métiers en tension menée en concertation avec les acteurs de l’insertion, de l’emploi, de la formation ainsi que les branches professionnelles. Il se doit de remplir un objectif assez simple : un jeune, un emploi. Notre démarche diffère de celle des entreprises qui décident d’ouvrir leur propre CFA. L’objectif n’est pas de disposer d’un vivier de recrutement pour Total, mais de former pour l’ensemble du monde industriel. Nous le faisons pour les jeunes, pour la société. 

Pourquoi s’attaquer à la problématique du décrochage scolaire quand de nombreux ministres de l’éducation ont échoué à la dénouer ? 

Bien que mondiaux, les groupes possèdent des racines et pèsent d’un poids économique certain dans leur territoire d’implantation, ce qui leur confère une responsabilité sociétale et citoyenne. L’État ne peut pas tout. Les entreprises doivent s’impliquer. Avec l’Industreet, Total n’a pas vocation à se substituer à l’Éducation nationale. Celle-ci fait un travail remarquable pour 85 % de la population. Mais, pour les 15% restants, pour les décrocheurs, une démarche qui emprunte davantage au sur mesure semble plus appropriée.

Comment se manifeste cette volonté du sur mesure au sein des formations dispensées sur le campus de L’Industreet ?

Il n’existe aucune sélection sur des critères académiques, ce qui augmentera les chances de réunir des personnes aux parcours différents. Les formations pourront commencer à tout moment dans l’année, plus besoin d’attendre une quelconque date de rentrée.  Elles dureront entre douze et dix-huit mois selon la « capacité à apprendre » de chacun. Pour construire notre progression pédagogique, nous nous sommes inspirés des ressorts du monde du jeu vidéo. Les étudiants pourront recommencer les modules jusqu’à ce qu’ils réussissent. Et, à l’image des niveaux dans un jeu vidéo, ce sera à nous de graduer l’apprentissage pour ne pas les mettre en échec tout de suite. 

La question de la mixité est également au cœur du projet Industreet. Comment faire en sorte que les jeunes femmes osent postuler aux formations que vous proposez ? 

Nous souhaitons atteindre la parité ce qui constitue un objectif ambitieux mais réalisable. Rien ne s’oppose à ce que les femmes puissent s’épanouir dans le monde industriel. En travaillant main dans la main avec des associations qui œuvrent pour l’insertion des jeunes femmes, nous espérons leur présenter des modèles pour les convaincre de nous rejoindre mais surtout pour lever les freins qui perdurent encore au sein de la structure familiale.

Pourquoi le choix de Stains ?

Nous avons visité plus de 40 sites avant de choisir Stains, et ce notamment en raison des transports en commun qui le desservent extrêmement bien. Peu importe qu’ils viennent de province ou de région parisienne, tous les jeunes doivent pouvoir se raccrocher au wagon. La mixité est synonyme d’enrichissement. Elle booste notre capacité à apprendre les uns des autres par-delà le genre, les classes sociales ou même l’ancrage territorial. 

Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Emploi des jeunes

Si l’inquiétude monte sur la santé mentale d’une jeunesse de plus en plus perçue comme sacrifiée dans la lutte contre la Covid-19, le pessimisme ne l'emporte pas sur la frustration. Touchée mais pas coulée, la génération Z reste malgré tout optimiste et prête à relever les nombreux défis qui s’imposent à elle. Et, pour actualiser son désir de changements, elle pourra compter sur le soutien du monde économique. L’Oréal, Schneider, Total, EDF, Cisco, Saint-Gobain : Décideurs donne la parole à ces entreprises qui s’engagent pour l’emploi et la formation des jeunes.
Sommaire Génération Covid, touchée mais pas coulée C. Pedini (Saint-Gobain), "L’enjeu pour nous ? Mieux faire connaître nos savoir-faire" F.Milioni (Schneider Electric): "Notre école se met au service de la filière énergie" Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux N.Roos (L'Oréal): "Former des entrepreneurs capables d'innover" Y.Bouvier (EDF) : "Encourager la création d'entreprise par les alternants" Quel avenir pour les CFA d'entreprises ? C.Dolinsek (Cisco) : "L’éducation constitue l’un des piliers de la politique RSE"
Le dialogue social à l’honneur à Suresnes

Le dialogue social à l’honneur à Suresnes

Le 19 octobre 2021 se sont déroulées les huitièmes rencontres du Dialogue social organisées par la ville de Suresnes. Réunissant près de 500 participa...

Hervé Guichard (Goodyear) : "Ne pas laisser les salariés uniquement pilotés par les syndicats est un élément clé"

Hervé Guichard (Goodyear) : "Ne pas laisser les salariés uniquement pilotés par les syndicats est un...

Hervé Guichard est à la tête des ressources humaines France du groupe Goodyear, célèbre pour ses pneus, autant que pour des relations sociales compliq...

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La start-up 360Learning, qui développe une plateforme SaaS de formation collaborative en entreprise, vient de boucler un financement de 200 millions d...

Malika Bouchehioua (Derichebourg) : "L'ambition n'est pas quantitative mais qualitative"

Malika Bouchehioua (Derichebourg) : "L'ambition n'est pas quantitative mais qualitative"

Transitions collectives accompagne les entreprises faisant face à des mutations économiques et permet aux salariés à l’emploi fragilisé d’être accompa...

Attention, au bureau les salariés sont de plus en plus exigeants !

Attention, au bureau les salariés sont de plus en plus exigeants !

La Société foncière lyonnaise (SFL) a publié les résultats du huitième baromètre Paris Workplace, réalisé en partenariat avec l’Ifop (1 600 salariés i...

AvoSial élit sa nouvelle présidente

AvoSial élit sa nouvelle présidente

Amélie d'Heilly, associée du cabinet Latournerie Wolfrom, est élue à la présidence du syndicat AvoSial, aux côtés de Claire Le Touzé, associée chez Si...

La médiation sur les conflits du travail se développe à tout-va

La médiation sur les conflits du travail se développe à tout-va

Longtemps boudée, la médiation séduit de plus en plus les entreprises. Gain de temps, alternative au contentieux, économies, qualité relationnelle au...

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Les entreprises déploient de nombreux dispositifs afin de réduire les inégalités hommes-femmes. Pourtant, certains secteurs restent hermétiques à cett...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte