O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’assureur »

Confronté à des tendances nouvelles et à une digitalisation massive, le monde de l’assurance connaît une transformation sans précédent. Olivier Requin revient sur plusieurs enjeux auxquels est confrontée la profession.

© DR

Olivier Requin, directeur général adjoint assurance IARD, groupe Matmut

Confronté à des tendances nouvelles et à une digitalisation massive, le monde de l’assurance connaît une transformation sans précédent. Olivier Requin revient sur plusieurs enjeux auxquels est confrontée la profession.

Décideurs : À quels nouveaux risques devez-vous faire face dans le cadre de vos activités ?

Olivier Requin : Un assureur accompagne les évolutions sociologiques, il ne les provoque pas. En lançant son offre d’assurance cyber à destination des entreprises, le groupe Matmut s’adapte à une époque de forte digitalisation de nos sociétés. Dans le domaine de l’assurance des particuliers, je préfère évoquer des évolutions sociétales et consuméristes plutôt que des nouvelles typologies de risques. L’automobile, notamment, est déjà et sera fortement touchée dans le futur par la bascule progressive de la propriété du bien vers son usage.

En assurance habitation, autre métier phare du groupe Matmut, le constat est-il similaire ?

Oui, les nouveaux outils digitaux et les tendances collaboratives de consommation transforment profondément le rôle de l’assureur. Les modes de vie évoluent et l’assurance habitation, dans le sens où elle concerne directement la cellule familiale, constitue un enjeu majeur dans notre relation aux sociétaires. Nous envisageons désormais globalement l’écosystème dédié à l’habitat, avec notamment des services complémentaires utiles en matière d’objets connectés, de services digitaux, mais aussi d’indemnisation…

La Matmut est partenaire du projet Rouen Normandy Autonomous Lab, un service de mobilité autonome partagé et à la demande. Pourquoi s’être associé à ce projet ?

Nous sommes fiers d’être partie-prenante de cette expérimentation, unique car elle intègre pour la première fois en Europe un service de transport public en véhicules autonomes dans un réseau de transport en commun. Tout d’abord, l’automobile est indissociable du fonctionnement de notre entreprise : l’assurance automobile est un produit proposé par la Matmut depuis plus de cinquante-cinq ans. Ensuite, l’expérimentation a lieu sur le territoire rouennais, berceau de la Matmut et lieu d’implantation du siège social. Enfin, ce projet s’inscrit parfaitement dans la démarche d’innovation du groupe, pragmatique et collaborative. Dans le cadre de l’expérimentation, nous sommes pilotes d’un groupe de travail sur les aspects réglementaires, juridiques…

« Un assureur accompagne les évolutions sociologiques, il ne les provoque pas »

Justement, comment analysez-vous l’impact des véhicules autonomes, demain, en matière de responsabilités ?

La réglementation actuelle est adaptée aux véhicules autonomes puisque, quoi qu’il arrive, l’assureur du véhicule impliqué dans l’accident est tenu d’intervenir en première instance. Les victimes sont ainsi indemnisées, sans avoir à attendre que la question des responsabilités soit tranchée, et c’est le plus important. Ensuite, bien évidemment, sont examinées les actions propres au véhicule autonome, aux technologies embarquées : recours auprès des constructeurs ? Des fabricants de radars ? Des pouvoirs publics ? En même temps, l’expérimentation menée sur la métropole rouennaise nous permet de poser les premières pierres de notre offre assurantielle de demain.

Le groupe a lancé en avril dernier Matmut Connect Auto, une expérimentation de télématique embarquée. Quel est l’objectif de ce dispositif ?  

J’évoquais la démarche de notre groupe en matière d’innovation. Nouvelle illustration avec l’expérimentation de télématique automobile embarquée issue de notre collaboration avec Michelin. Là encore, l’idée est d’anticiper les mobilités de demain, en travaillant sur l’utilisation des données, et ce, afin de proposer les meilleures couvertures assurantielles. En même temps, grâce à ce dispositif, nous permettons à nos assurés de bénéficier de conseils de conduite personnalisés, la prévention des risques routiers étant dans l’ADN même de la Matmut.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Dans la plupart des pays, le financement des petites et moyennes entreprises a évolué depuis la crise financière de 2008. Les banques devenues réticen...

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Conçus à l’origine comme de simples outils d’appui pour les directeurs financiers, les systèmes d’information seraient en passe de devenir des « créat...

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Pour Anke Bridge Haux, les établissements financiers suisses peuvent exister aux côtés des grandes banques étrangères, des FinTech et des géants tec...

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Déjà propriétaire de 40 % des actions de Michel & Augustin, le leader mondial des produits laitiers, Danone, devient l’actionnaire majoritaire à 9...

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Alors que le groupe qui détient les célèbres marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot vient de publier un chiffre d’affaires excédant le milliard d’eur...

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Coface met à la disposition de ses clients une analyse des risques pour les aider à prendre les bonnes décisions et à prévenir les risques de crédit....

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité »

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité...

Cogefi Gestion a tiré les conclusions de l’année passée – qualifiée d’ « annus horribilis » par les spécialistes, et ce, sur tous les marchés, et tout...

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des financements complexes »

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des fin...

Un investisseur ayant un taux d’endettement élevé aura très souvent des difficultés à recourir à l’emprunt pour financer ses opérations immobilières,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message