O. Mariée (CPR Asset Management) : "CPR AM investit et agit grâce à sa gestion thématique et à impact "

O. Mariée (CPR Asset Management) : "CPR AM investit et agit grâce à sa gestion thématique et à impact "
Olivier Mariée, CPR AM

Société de gestion réputée pour sa gamme thématique, CPR Asset Management a accueilli un nouveau directeur général en septembre dernier. Point sur la fiche de route de la société.

Décideurs. Vous venez d’arriver à la tête de CPR Asset Management, quel est votre parcours ?  

Olivier Mariée. J’ai d’abord travaillé chez AXA Investment Managers, puis je suis passé à la tête du marketing mondial chez AXA en 2006 pour ensuite occuper plusieurs postes à responsabilité dans la direction marketing & communication du groupe AXA au Japon et au Royaume-Uni. J’ai ensuite été nommé directeur d’AXA Wealth Management en 2012 et enfin, j’ai dirigé le pôle distribution de 2017 à 2020. J’ai donc un parcours transversal et diversifié qui influence ma façon de voir les métiers de la gestion d’actifs où selon moi, la clé est d’être compréhensible, lisible et transparent pour le client final comme pour le conseiller.  

"Pour exercer ce métier en liant performance et impact, de nombreuses données doivent être collectées"

Quelles sont vos ambitions pour la société ? 

CPR AM a un formidable ADN lié à sa gestion thématique et à impact, dont les encours ont quasiment doublé en un an. Mon ambition est de devenir un leader dans ce domaine, que nous soyons capables d’incarner l’investissement responsable et à impact et de le rendre encore plus simple et proche des clients. Je suis convaincu que nous avons tout ce qu’il faut pour y arriver. Nous avons les moyens et nous l’avons prouvé, par exemple au travers du fonds Food for Generations. Grâce au rapport d’impact, l’épargnant comprend comment son épargne va contribuer au défi d’alimenter la population mondiale de façon plus durable. C’est un outil particulièrement pertinent pour les conseillers, auprès desquels nous souhaitons accroître notre positionnement. Nous avons également mis en place cette démarche dans les thématiques de l’accès à l’éducation, de la réduction des inégalités et de la lutte contre le réchauffement climatique, et nous allons porter cette idée encore plus dans les années futures en élargissant notre gamme de produits d’impact. Nous ne sommes pas des rêveurs et nous sommes conscients que ce travail est lourd et compliqué. Pour exercer ce métier en liant performance et impact, de nombreuses données doivent être collectées pour être sûrs que nos investissements suivent la trajectoire que nous souhaitons leur donner, et nous avons la chance pour cela d’être adossé aux capacités extra-financières d’Amundi, notre maison mère.  

La finance responsable est au cœur de votre gestion. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

En effet. Tous nos fonds à impact sont classés article 9 SFDR et une grande partie de la collecte vient de ces fonds, ce qui représente 13 % de nos encours et 2,8 milliards d’euros de collecte en 2021.  Nous y croyons et considérons que notre métier est de le faire dans ce cadre-là et de trouver des solutions d’investissement performantes et durables.   

"Nous associons notre agilité d’entreprise à taille humaine, dotée de toutes les fonctions essentielles d’un gérant d’actifs, à la force de vente mondiale du géant Amundi"

La société a annoncé récemment avoir une croissance de 64 % de ses encours en cinq ans, comment l’expliquez-vous ? En est-il de même pour l’international ?  

Nous connaissons chez CPR AM une croissance forte, matérialisée en 2021 par une collecte nette de plus de 3 milliards d’euros, reposant sur un positionnement stratégique simple, à savoir l’investissement thématique responsable, avec une forte dimension internationale. Aujourd’hui, nos fonds étant distribués dans le monde entier par Amundi, près de 20 milliards d’euros sous gestion sont détenus par les clients internationaux. C’est là que réside la force de notre modèle : nous associons notre agilité d’entreprise à taille humaine, dotée de toutes les fonctions essentielles d’un gérant d’actifs, à la force de vente mondiale du géant Amundi. Ces encours, majoritairement retail et portés par les thématiques, ont connu un essor considérable dans différents pays. L’impact sur l’éducation, les inégalités sociales, le défi alimentaire et le climat ont pris une ampleur incroyable ces dernières années du fait d’une prise de conscience généralisée, et CPR AM a bâti une vraie gamme autour de ces thèmes. Notre fonds flagship Global Disruptive Opportunities, basé sur la disruption, a également connu une forte croissance, atteignant près de 5 milliards d’euros sous gestion, et a eu un succès sur l’ensemble des continents.   

Un point sur l’actualité : comment êtes-vous impactés par le conflit Russie-Ukraine ? 

Nous n’avons pas d’exposition directe sur les titres russes. Il y a énormément de volatilité, donc nous avons réduit nos expositions sur certains mouvements de marchés, notamment sur les titres européens des portefeuilles diversifiés. Enfin, le phénomène d’inflation nous a conduits à prendre un certain nombre de décisions. Nous pensons que les banques centrales vont mettre en place le plan de resserrement des politiques monétaires, comme prévu.  

CPR Asset Management est un acteur incontournable de la gestion thématique, comment voyez-vous l’avenir ? Quels thèmes porteurs et pourquoi ?  

Nous sommes les pionniers de la gestion thématique, et nos encours dans ce segment ont plus que doublé en trois ans. Nous avons renforcé cette position de pionnier avec la sortie il y a quelques mois d’un fonds consacré au thème très prometteur de l’hydrogène, qui aujourd’hui pèse près de 500 millions d’euros d’encours sous gestion. De plus, nous travaillons sur le lancement d’un fonds, prévu pour le milieu d’année, lié à la biodiversité et à l’économie de l’océan. Nous souhaitons que cette nouvelle solution d’investissement réponde aux questions de la protection et l’exploitation de ses ressources de façon durable et responsable, un défi colossal pour la planète.  

"L’avenir de la gestion thématique passe par l’impact"

Plus généralement, l’avenir de la gestion thématique passe par l’impact, que j’ai déjà mentionné, et par l’allocation : il ne s’agit plus d’empiler des fonds thématiques qui peuvent être fortement corrélés entre eux, mais d’en faire une allocation diversifiant le risque et intégrant le cœur de portefeuille de nos clients. Sur ce point, nous avons développé une expertise que nous allons proposer, sous forme de fonds et de solutions d’investissement, aussi bien à nos partenaires qu’à nos clients institutionnels. 

Quelles sont les attentes des investisseurs pour 2022 ?  

Il y a plusieurs sujets. En se projetant sur le moyen terme, l’inflation est dans tous les esprits. Les clients sont préoccupés par la protection de leur épargne en ces temps incertains.  Un autre sujet repose surla façon dont nous allons chercher du rendement en se protégeant de cette très forte volatilité. Enfin, comme déjà évoqué, les investisseurs souhaitent participer davantage à des actions positives pour l’environnement et la société. Notre Baromètre annuel de l’investissement responsable, que nous avons publié en janvier, a montré la forte demande des épargnants comme des conseillers pour des preuves concrètes de l’impact réellement produit par leurs placements. Avec la publication de rapports d’impact et l’effort continu d’amélioration des indicateurs, nous répondons à cette demande en nous efforçant d’être toujours plus concrets et transparents. 

Propos recueillis par Marine Fleury  

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message