O. Guillerot (Aguttes): "Le grand avantage du street art, c’est que l’on peut rencontrer les artistes"

Réservé il y a encore quelques dizaines d’années à l’espace public, le street art s’est fait une place sur le marché de l’art. Loin des superstars qui collectionnent les records de vente comme Banksy, se cachent des artistes à la production variée dont les cotes restent abordables. Ophélie Guillerot, experte au sein de la maison Aguttes, décrypte ce marché encore jeune.
Ophélie Guillerot, experte au sein de la maison Aguttes

Réservé il y a encore quelques dizaines d’années à l’espace public, le street art s’est fait une place sur le marché de l’art. Loin des superstars qui collectionnent les records de vente comme Banksy, se cachent des artistes à la production variée dont les cotes restent abordables. Ophélie Guillerot, experte au sein de la maison Aguttes, décrypte ce marché encore jeune.

Décideurs. Avec des techniques, des formats et des supports très variés, le street art brille par son coté hétéroclite. Comment le définir ? 

Ophélie Guillerot. Le street art est un mouvement contemporain qui a démarré dans la rue, aux États-Unis, avant de se développer mondialement. À l’origine, il s’agit d’un art de rue qui, pour se monétiser, a changé de supports avec le temps pour devenir monnayable. L’essence même de ce courant est de jouer sur les matériaux et les supports. Le marché du street art a véritablement pris son essor dans les années 2000, grâce à de nouvelles galeries spécialisées, à des foires internationales et aux maisons de ventes.  

Au-delà des grands noms – Banksy, Kaws, Obey, Invader –, quels artistes ont la cote sur le marché de l’art ? 

Le marché est très international. Il y a bien sûr beaucoup d’artistes américains mais aussi des européens parmi lesquels les Français figurent en bonne place. Au sein des grands noms déjà bien établis et au-delà des Banksy ou Obey, on peut citer le Français JR qui procède à partir de photos dont il fait des collages et qui s’est fait connaître du grand public avec son film documentaire Women are heroes ; mais aussi le Portugais Vhils qui travaille en profondeur dans les murs au marteau-piqueur pour jouer sur les volumes et créer une sorte de bas-relief urbain inversé, en creux. La cote de ces deux artistes a bien évolué ces dernières années. 

"La vente de Girl with balloon de Banksy a entraîné un questionnement sur la trop forte monétisation du street art"

Comment expliquer la valorisation d’une œuvre ?  

La méthode de valorisation se fonde sur le marché secondaire, c’est-à-dire la cote d’un artiste sur le marché des enchères. Par ailleurs, d’autres critères comme les dimensions ou le support d’une œuvre entrent en ligne de compte dans son évaluation. Sa date et sa place dans la production de l’auteur jouent également : s’il s’agit d’une œuvre de jeunesse ou d’une création plus récente vraiment représentative du travail de l’artiste, l’évaluation ne sera pas la même. Par exemple, nous vendons régulièrement des œuvres de JonOne et les prix fluctuent selon qu’il s’agit d’une pièce récente – qui vaut entre 30 000 et 40 000 euros environ – ou de pièces de jeunesse, réalisées entre 1989 et 1991 dans un atelier de l’Hôpital éphémère alors qu’il venait d’arriver en France. Enfin, le thème est central. Pour les œuvres figuratives, présentant un message, plus leur portée est universelle, plus elles ont de chance de plaire au plus grand nombre et donc de multiplier les enchérisseurs potentiels.  

N’y a-t-il pas un paradoxe à collectionner un art conçu pour être exposé aux yeux de tous et dans un lieu précis ? 

Les artistes ont besoin de vivre de leur art. Or, il est assez compliqué de vendre le mur d’une ville ! Le recours à des supports plus traditionnels s’impose donc. Si certains artistes utilisent la toile, d’autres s’emparent de supports bien plus étonnants, comme des quilles de bowling, une ancienne boîte aux lettres ou des matériaux de récupération issus de la rue. Les prix du marché peuvent paraître en décalage avec l’essence même du mouvement du street art, art qui appartient à tous et qui n’a pas vocation à être vendu. La vente de Girl with balloon de Banksy en 2018 pour 1,2 million d’euros avait choqué et entraîné tout un questionnement sur une supposée trop forte monétisation du street art. Finalement, le marché s’est adapté.  

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait se lancer dans une collection ? 

La chance du street art, c’est d’être un mouvement on ne peut plus contemporain et pour lequel la plupart des artistes sont vivants. Mon premier conseil consiste donc à essayer de rencontrer l’artiste ou de passer par l’intermédiaire de galeries qui participent pleinement à la promotion de cet art, tout comme les ventes aux enchères spécialisées. Le principe fondamental demeure celui de se faire plaisir, de suivre son goût et ses coups de cœur pour ne pas se lasser de l’œuvre. Enfin, il faut veiller aux conditions de conservation de l’objet. Pour cela, le vendeur sera de bon conseil. 

 Propos recueillis par Sybille Vié 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Investissements plaisir: pourquoi miser sur le street art, la mode et la BD

Alors que la crise sanitaire a bouleversé les marchés autant que les stratégies patrimoniales, l’heure est à la recherche de stabilité, de diversification et, bien sûr, de rendement. Une équation que l’investissement dans l’art pourrait bien être à même de résoudre. Car, loin des superstars de l’art contemporain abonnées aux records ou des grands maîtres anciens, une autre voie se dessine pour les collectionneurs passionnés, aux portefeuilles modérément fournis. En effet, au sein même du marché de l’art, la diversification bat son plein. Ces dernières années, ce sont la bande dessinée, la mode et le street art qui ont indéniablement tiré leur épingle du jeu. La création de départements dédiés au sein des maisons de vente en est la meilleure preuve. Moins guindés et en moyenne bien plus abordables, ces objets permettent d’assouvir une passion. Mieux, en les collectionnant, leurs propriétaires peuvent légitimement espérer en tirer une plus-value, à condition de fonctionner au coup de cœur et de se laisser conseiller.
Sommaire La mode gagne ses galons sur le marché de l’art H. Felbacq (Maison Cornette de Saint Cyr): "Oui, la mode est objet de collection" Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso" Le street art sort de la rue
SBKG & Associés muscle ses équipes

SBKG & Associés muscle ses équipes

Poursuivant son développement, SBKG & Associés accueille Carol Santoni, Louise Duvernois et Driss Tof en qualité d’associés ainsi que Gwénolé Mori...

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO, la toute nouvelle version de son logiciel de mise en conformité au Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Cinq avocats et quatre juristes fondent le Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement, un nouvel espace d’échange pour les professionnels œ...

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Associé du cabinet allemand Hengeler Mueller, le docteur Maximilian Schiessl est intervenu comme conseil lors de certaines d'opérations de fusions-acq...

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Au sein de son équipe juridique, Pernod Ricard place Antoine Brocas à la tête de l'éthique et de la compliance et confie à Jonathan Bay la direction j...

Deuxième associée pour Daher Avocats

Deuxième associée pour Daher Avocats

Le cabinet de niche en droit social Daher Avocats accueille Louise Thiébaut en qualité d’associée. Il renforce par la même occasion ses compétences de...

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Virgile Zeimet accède à l’association au sein du bureau parisien de Chassany Watrelot Associés. Le cabinet spécialisé en droit social consolide ainsi...

Premier LBO pour Legalstart

Premier LBO pour Legalstart

La plateforme française de création de documents juridiques et de formalités administratives à destination des TPE et des PME Legalstart vient de réal...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte