Nouvelle levée de fonds de 14 millions d’euros pour Naïo Technologies

Naïo Technologies, start-up toulousaine de robotique agricole, lève 14 millions d’euros pour conserver son leadership et se développer aux États-Unis et en Allemagne. Retour sur le parcours et les perspectives de cette entreprise.

Naïo Technologies, start-up toulousaine de robotique agricole, lève 14 millions d’euros pour conserver son leadership et se développer aux États-Unis et en Allemagne. Retour sur le parcours et les perspectives de cette entreprise.

Il y a dix ans, Gaétan Séverac et Aymeric Barthes, deux étudiants en robotique, rencontrent un agriculteur qui leur expose les problèmes de pénibilité et d’écologie liés au processus de désherbage. Un an plus tard, en 2011, ils fondent leur société, Naïo Technologies, et se lancent dans le prototypage, le test, puis la vente de robots capables de désherber en limitant l’impact environnemental. Après des levées de fonds successives en 2013, 2014, 2015 et 2017 (respectivement de 60 000, 750 000, 3 millions et 2,5 millions d’euros), l’entreprise vient, en ce début d’année, de boucler le tour de table organisé par BPI France avec les actionnaires historiques du groupe (Demeter et Capagro), Pymwymic et Codema. Naïo Technologies boucle un nouveau tour de table pour soutenir sa stratégie de développement au profit d’une agriculture durable.

Aujourd’hui, leader sur le marché de la robotique agricole, avec plus de 150 robots de binage des légumes et des vignes vendus dans 15 pays différents, l’entreprise doit maintenant consolider ses positions à l’étranger tout en restant à la pointe de la technologie. Pour ce faire, elle compte investir dans des espaces de stockage et de maintenance en Californie et en Allemagne. Les États-Unis représentent, de par les dimensions de parcelles propices à la robotisation, une implantation stratégique. Dans une autre approche, nos voisins d’outre-Rhin montrent leur intérêt pour l’agriculture raisonnée, rendant ainsi leur marché attractif pour Naïo Technologies. La levée de fonds sera aussi consacrée à alimenter la R&D.  « Nous voulons que le robot soit plus autonome, explique Aymeric Barthes. Quand il rencontre un obstacle comme un animal, il s'arrête et refuse de redémarrer seul. Nous devons emmagasiner un maximum de cas dans le logiciel pour ne pas avoir à le relancer. » L’entreprise cherche aussi à rapprocher autant que possible son robot des plantes sans les abîmer. Pour conserver son avance technologique, elle prévoit d’embaucher dix à vingt personnes par an, sur les trois années à venir. 

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Wille...

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

Aujourd’hui, 8 millions de tonnes de plastique sont déversés dans la mer chaque année. Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la mer, s...

Stelliant dévoile son nouveau positionnement

Stelliant dévoile son nouveau positionnement

L’acteur de référence des services assurantiels Stelliant amorce un nouveau virage stratégique pour faire face à l’évolution du marché. Le projet glob...

La division ascenseurs de Thyssenkrupp en passe d’être cédée à des fonds d’investissement

La division ascenseurs de Thyssenkrupp en passe d’être cédée à des fonds d’investissement

Dans le cadre de son démantèlement, Thyssenkrupp a refusé de vendre ses ascenseurs à son concurrent finlandais, Kone. Conséquence de l’intransigeance...

Fiscalité internationale, l'Europe maintient la pression

Fiscalité internationale, l'Europe maintient la pression

Les ministres des Finances français, italien, allemand et espagnol ont conjointement exprimé leur détermination à réformer la fiscalité internationale...

Changement d'actionnaires pour Altixia REIM

Changement d'actionnaires pour Altixia REIM

La société de gestion immobilière voit ses quatre principaux dirigeants entrer à son capital de façon majoritaire.

C.Prudhomme (ASO) : "Le Tour de France, c’est de la ferveur, de l’enthousiasme"

C.Prudhomme (ASO) : "Le Tour de France, c’est de la ferveur, de l’enthousiasme"

Le Tour de France tient une place à part dans le patrimoine du pays. En raison notamment de l’engouement populaire qu’il suscite, son rôle dépasse le...

Entre le fisc et Facebook, un contentieux à 9 milliards de dollars

Entre le fisc et Facebook, un contentieux à 9 milliards de dollars

Réunies devant une juridiction de San Francisco, les deux parties s’opposent sur une vieille affaire de prix de transfert datant de 2010. Au-delà du m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message