Nouveau report pour l’EPR de Flamanville

L’Autorité de sûreté nucléaire a annoncé qu’elle interdisait à EDF de démarrer l’EPR de Flamanville avant que plusieurs réparations aient été effectuées.

L’Autorité de sûreté nucléaire a annoncé qu’elle interdisait à EDF de démarrer l’EPR de Flamanville avant que plusieurs réparations aient été effectuées.

Le rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) bloque purement et simplement la mise en service de l’EPR de Flamanville, dans la Manche, tant que huit soudures n’auront pas été réparées. Un nouveau contretemps pour EDF, qui va accumuler un nouveau retard de livraison. L'électricien a platement affirmé dans un communiqué analyser «actuellement les conséquences de cette décision sur le planning et le coût de l’EPR de Flamanville». Le rapport affirme par ailleurs que les soudures sont trop profondément endommagées pour qu’une réparation rapide soit effectuée. Il faudra donc plusieurs années à EDF pour remédier à ces défauts de fabrication. Le coût total de l’EPR est encore à revoir et ce alors que depuis le début du projet, le budget a déjà été multiplié par plus de trois, passant de 3,4 milliards d’euros au départ à 10,9 milliards d’euros estimés en juillet 2018.

De son côté, la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson l’a affirmé «  qu’il appartient à EDF de tirer toutes les conséquences de cette recommandation et rapidement. Nous avions anticipé des scénarios potentiellement pessimistes et nous maintenons le cap qui est de fermer nos quatre centrales à charbon d’ici la fin du quinquennat ».

Néanmoins, ce nouveau retard pose de sérieuses questions quant à la stratégie du secteur nucléaire. En effet, Flamanville était censé être le porte-étendard d’une stratégie de construction de nouveaux réacteurs, qui devait se dérouler en plusieurs étapes censées aboutir au lancement de la construction d’un nouveau parc nucléaire sur les quinze prochaines années. Une situation d’autant plus préoccupante que beaucoup de réacteurs vont dépasser la période de quarante ans d’utilisation sans qu’une solution de remplacement ait été trouvée. Des bruits de couloirs parlent même d’une potentielle réouverture de plusieurs centrales à charbon pour  pallier à cette crise du nucléaire, une solution qui paraît tout de même peu probable. 

Jérémie Amsallem

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille immo du 16 septembre 2019

La veille immo du 16 septembre 2019

La Française qui investit dans la logistique allemande pour des investisseurs sud-coréens, DWS qui réorganise sa filiale française dédiée aux investis...

200 millions de plus pour la rénovation énergétique

200 millions de plus pour la rénovation énergétique

Elisabeth Borne, Julien Denormandie et Emmanuelle Wargon ont annoncé le lancement d’un nouveau service d’accompagnement pour la rénovation énergétique

L'Assemblée nationale adopte le projet de loi énergie-climat

L'Assemblée nationale adopte le projet de loi énergie-climat

L’Assemblée nationale a donné son ultime feu vert au projet de loi énergie et climat qui prévoit d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.

B. Teboul : "Deskeo propose un modèle hybride entre le coworking et le bail traditionnel"

B. Teboul : "Deskeo propose un modèle hybride entre le coworking et le bail traditionnel"

Le spécialiste américain des bureaux flexibles Knotel a finalisé cet été une levée de fonds de 400 millions de dollars. Une opération qui devrait nota...

La veille immo du 12 septembre 2019

La veille immo du 12 septembre 2019

PGIM Real Estate qui signe 3 actifs de bureaux et logistique en France, Gecina qui ratifie 3 nouveaux contrats de crédits responsables, le marché du l...

La veille immo du 11 septembre 2019

La veille immo du 11 septembre 2019

CBRE GI qui acquiert un entrepôt au nord d’Orléans, Immovalor Gestion qui signe le siège de LDLC à Limonest, la création de Catella Hospitality Europe...

La veille immo du 10 septembre 2019

La veille immo du 10 septembre 2019

M&G qui se lance dans les résidences seniors en France, Sofidy qui signe le 24QG à Suresnes, Covivio qui place son deuxième green bond… Décideurs...

La veille immo du 9 septembre 2019

La veille immo du 9 septembre 2019

Patrizia qui acquiert un entrepôt près de Saint-Étienne, Schroders qui nomme Laurent Dubos head of France, Natixis Partners qui muscle son pôle M&...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message