Nouveau report pour l’EPR de Flamanville

L’Autorité de sûreté nucléaire a annoncé qu’elle interdisait à EDF de démarrer l’EPR de Flamanville avant que plusieurs réparations aient été effectuées.

L’Autorité de sûreté nucléaire a annoncé qu’elle interdisait à EDF de démarrer l’EPR de Flamanville avant que plusieurs réparations aient été effectuées.

Le rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) bloque purement et simplement la mise en service de l’EPR de Flamanville, dans la Manche, tant que huit soudures n’auront pas été réparées. Un nouveau contretemps pour EDF, qui va accumuler un nouveau retard de livraison. L'électricien a platement affirmé dans un communiqué analyser «actuellement les conséquences de cette décision sur le planning et le coût de l’EPR de Flamanville». Le rapport affirme par ailleurs que les soudures sont trop profondément endommagées pour qu’une réparation rapide soit effectuée. Il faudra donc plusieurs années à EDF pour remédier à ces défauts de fabrication. Le coût total de l’EPR est encore à revoir et ce alors que depuis le début du projet, le budget a déjà été multiplié par plus de trois, passant de 3,4 milliards d’euros au départ à 10,9 milliards d’euros estimés en juillet 2018.

De son côté, la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson l’a affirmé «  qu’il appartient à EDF de tirer toutes les conséquences de cette recommandation et rapidement. Nous avions anticipé des scénarios potentiellement pessimistes et nous maintenons le cap qui est de fermer nos quatre centrales à charbon d’ici la fin du quinquennat ».

Néanmoins, ce nouveau retard pose de sérieuses questions quant à la stratégie du secteur nucléaire. En effet, Flamanville était censé être le porte-étendard d’une stratégie de construction de nouveaux réacteurs, qui devait se dérouler en plusieurs étapes censées aboutir au lancement de la construction d’un nouveau parc nucléaire sur les quinze prochaines années. Une situation d’autant plus préoccupante que beaucoup de réacteurs vont dépasser la période de quarante ans d’utilisation sans qu’une solution de remplacement ait été trouvée. Des bruits de couloirs parlent même d’une potentielle réouverture de plusieurs centrales à charbon pour  pallier à cette crise du nucléaire, une solution qui paraît tout de même peu probable. 

Jérémie Amsallem

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 17 janvier 2020

La veille urbaine du 17 janvier 2020

Aviva Investors qui signe l’immeuble Lugdunum à Lyon, la Seine-Saint-Denis qui retient 3 groupements pour donner du sens à son évolution à horizon 202...

Le bois pousse dans la construction française

Le bois pousse dans la construction française

Le secteur de la construction bois a été dynamique l'an passé en France. Pour autant des freins à son développement persistent. Décideurs décrypte le...

La veille urbaine du 16 janvier 2020

La veille urbaine du 16 janvier 2020

Réalités qui acquiert le groupe Cap’Etudes, Foncia Pierre Gestion qui prend son indépendance, les ambitions de Perial pour 2020… Décideurs vous propos...

M&G Real Estate veut poursuivre sur sa lancée

M&G Real Estate veut poursuivre sur sa lancée

Le bras armé dans l’immobilier de la filiale de Prudential a mis le pied sur l’accélérateur en Europe continentale depuis quelques années. Une stratég...

L’IEIF et PwC décryptent les ressorts du financement de l’immobilier des professionnels en France

L’IEIF et PwC décryptent les ressorts du financement de l’immobilier des professionnels en France

Dans la lignée des études de la CASS Business School au Royaume-Uni et de l’IREBS en Allemagne, l’IEIF et PwC ont dévoilé la première analyse sur le f...

La veille urbaine du 15 janvier 2020

La veille urbaine du 15 janvier 2020

L’inauguration de Bains-Douches & Co à Paris, la première acquisition lyonnaise d’UBS Immobilier France, l’appel de Jean-Louis Borloo, les plans e...

EcoVadis, la plateforme de notation de RSE, lève 200 millions de dollars

EcoVadis, la plateforme de notation de RSE, lève 200 millions de dollars

En pleine croissance, la société française vient de lever 200 millions de dollars auprès du fonds américain CVC. Un tour de table pour accompagner la...

L. Vouin : "Savills IM déploie principalement des stratégies d’investissement core / core +"

L. Vouin : "Savills IM déploie principalement des stratégies d’investissement core / core +"

Savills Investment Management vient d’acquérir, pour le compte de son nouveau fonds paneuropéen European Logistics Fund 3, une plateforme logistique à...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message