François de Gantès (Naturex): « Nous élargissons notre portefeuille clientèle grâce aux acquisitions »

Naturex, spécialisé dans la fabrication d’ingrédients naturels d’origine végétale, a acquis 100 % des actions de Swedish Oat Fiber, un industriel suédois spécialisé dans les ingrédients à base d’avoine. François de Gantès, directeur financier de Naturex, dévoile les raisons de son succès.
François de Gantès

Naturex, spécialisé dans la fabrication d’ingrédients naturels d’origine végétale, a acquis 100 % des actions de Swedish Oat Fiber, un industriel suédois spécialisé dans les ingrédients à base d’avoine. François de Gantès, directeur financier de Naturex, dévoile les raisons de son succès.

Décideurs. Pouvez-vous, pour commencer, faire une présentation générale de votre société Naturex ?

François de Gantès. Naturex est une société composée de 1 700 personnes qui réalise un chiffre d’affaires de 404 millions d’euros. Implantée dans une trentaine de pays au travers de nos usines et/ou de bureaux commerciaux, nous sommes spécialisés dans la fabrication d’ingrédients naturels à base de plantes, de fruits, de légumes à destination de l’agroalimentaire, de la cosmétique et de la parapharmacie. Nous faisons à la fois beaucoup de recherche, mais nous voulons absolument maîtriser l’origine de nos plantes. C’est pourquoi, nous avons une dizaine de bureaux d’achats dans les différentes régions importantes du monde : en Chine, en Amérique du Sud, en Europe, aux États-Unis, ou encore en Inde afin d’être au plus près de la production des matières premières. En effet, nous ne souhaitons pas acheter de la matière première à un grossiste qui ne nous garantirait pas la nature bio, la traçabilité ou encore la qualité du produit. Nous sommes également spécialisés dans les conservateurs naturels à base notamment de romarin ainsi que dans le traitement des fruits et des légumes dans sa globalité en gardant toutes leurs valeurs nutritives. Enfin, la partie nutraceutique concerne les extraits de plantes où nous recherchons à titre d’exemple, la vitamine C que l’on peut retrouver dans des compléments alimentaires sous forme de capsules, de gélules ou de pastilles.

Notre succès réside dans notre simplicité et notre humilité

Quels sont les avantages de la croissance externe et pourquoi avoir privilégié ce moyen, comme axe de développement ?

Nous ne pouvons pas avec une R&D interne devenir spécialistes dans tous ces domaines d’activité sans aller chercher les talents qui développent ces spécificités. Swedish Oat Fiber est notre dernière acquisition car nous avions besoin de leurs compétences. Il s’agit en effet, d’un industriel suédois spécialisé dans les ingrédients à base d’avoine. Or, nous n’avions aucune capacité de fabrication de protéines, ou de bêta-gluten, qui est un produit extrêmement bon pour réguler le cholestérol. Nous achetons ainsi de petites sociétés qui sont plutôt régionales, qui disposent d’une bonne science mais qui n’ont pas forcément une assise suffisante pour contacter une large gamme de clientèle. Grâce à cette acquisition, nous avons élargi notre portefeuille en permettant à cette entreprise une approche commerciale beaucoup plus structurée.

En termes d’acquisition, il faut garder une discipline en s’imposant des limites

Comment expliquez-vous votre succès ?

Un élément extrêmement important de notre succès réside dans notre simplicité et notre humilité. Nous sommes en effet très approchables. Lors de salons, nous rencontrons des dirigeants de petites entreprises. Nous prenons le temps de les écouter et de réfléchir ensemble sur des perspectives d’avenir ou une éventuelle collaboration. Lorsque nous rachetons une entreprise nous arrivons « en conquérant », c’est pourquoi il faut avoir cette humilité qui consiste à reconnaître le savoir-faire de la société acquise et trouver une solution pour l’aider à s’améliorer. Par ailleurs, nous devons garder une vision à moyen terme, c’est ainsi que nos actionnaires de référence continuent de nous faire confiance. Ce qui est important c’est la stratégie tout en gardant une certaine discipline en termes d’acquisitions. Ainsi, lorsque nous lançons une due diligence nous disposons d’une checklist. Nous faisons du brainstorming et ensuite nous nous imposons des limites. De cette façon, nous n’acceptons pas toutes les concessions qui rendraient l’acquisition difficile ou trop contraignante. Enfin, le dernier élément important se retrouve dans la communication. Dès que nous pouvons rendre une information publique, nous devons être présents auprès des salariés pour les prévenir du process. Nous avons également des équipes d’intégration, avec un calendrier de réunion. Nous transmettons aux salariés les informations les plus fournies possible pour qu’ils se sentent intégrés.

Propos recueillis par Laura Guetta

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

e-coaching : double réponse aux défis du management à distance et du retour sur investissement des formations

e-coaching : double réponse aux défis du management à distance et du retour sur investissement des f...

Selon un livre blanc de SPI Sales Performance, si les équipes ne mettent pas rapidement en pratique les formations, 80% du contenu est oublié au cours...

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

En 2010, quand la Société Générale lance son plan « Ambition SG 2015 », elle y introduit la volonté de développer l’engagement citoyen au sein du grou...

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Avec l'arrivée de la robotisation et de l'intelligence artificielle, ou encore l'émergence des cyber-risques, l'audit et le contrôle interne sont conf...

Ghada Hatem : la magicienne

Ghada Hatem : la magicienne

Le prix Nobel de la paix décerné au docteur Denis Mukwege pourrait être le sien. Comme lui, Ghada Hatem, gynécologue et fondatrice de La Maison des fe...

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message