« Nous adapter aux tendances et aux particularités régionales »

Fort d’un modèle économique unique, Adopte un mec devient rentable quelques mois seulement après sa création. Nouvel objectif : reproduire cette sucess story dans les dix pays dans lesquels le site est déjà implanté. Entretien avec Florent Steiner et Manuel Conejo, cofondateurs d’Adopte un mec.

Fort d’un modèle économique unique, Adopte un mec devient rentable quelques mois seulement après sa création. Nouvel objectif : reproduire cette sucess story dans les dix pays dans lesquels le site est déjà implanté. Entretien avec Florent Steiner et Manuel Conejo, cofondateurs d’Adopte un mec.

Décideurs. En matière de communication, quelle est votre stratégie??

Florent Steiner. La marque Adopte un mec tire sa singularité de deux facteurs clés?: une plate-forme dédiée en premier lieu aux femmes et un ADN difficilement imitable. Aucun autre site de rencontres ne garantit la parité hommes-femmes. Cet atout nous permet de conserver une forte croissance depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, nous gardons cette communication délicatement disruptive, qui fait partie de nos valeurs et nous l’adaptons en prenant en compte la nature des supports et la maturité de la marque. En témoignent nos campagnes publicitaires qui diffèrent sensiblement d’un canal à l’autre.

 

Quels sont vos prochains relais de croissance??

Manuel Conejo. Notre principal relais de croissance, c’est l’international. L’ascension continue en Europe et en Amérique latine. « Adopta un tio » en Espagne compte plus d’un million d’inscrits, chiffre que « Adote um cara », l’adaptation brésilienne, atteindra dans quelques semaines. Adopte un mec est de surcroît une entreprise pérenne. Depuis sa création, elle n’a jamais fait appel à des financements extérieurs, apports bancaires inclus.

F. S. Quand nous avons débarqué en 2007, la concurrence nous voyait comme une passade. Presque dix ans plus tard, nos résultats affichent encore une croissance de 24 % (exercice fiscal 2015-2016). Nos performances sur mobile sont spectaculaires?: nous sommes l’application qui génère le plus de revenus en France (hors jeux) et ce depuis les trois dernières années.

 

Quelles sont vos ambitions pour les prochaines années??

M. C. Nous sommes fiers qu’Adopte un mec soit devenue une marque notoire pour plusieurs générations. Ainsi, 78 % des 18-49 ans nous connaissent. Raison pour laquelle nous avons récemment communiqué en affichage sur notre seul logo, immédiatement identifiable et qui n’admet aucune confusion. Notre ambition est de reproduire la même success story dans les dix pays où nous sommes implantés. Pour cela, nous prenons le temps de nous adapter aux tendances et aux particularités régionales. Dans chaque pays où nous sommes présents, les utilisateurs nous voient comme une entreprise locale.

 

Pour financer votre croissance, quelle est votre stratégie??

F. S. Notre modèle économique est basé sur l’abonnement. Contrairement à certains de nos concurrents, nous ne sommes pas à la recherche de nouvelles sources de monétisation bancales. Nous n’allons pas mettre à la disposition d’annonceurs les informations personnelles de nos membres payants, à l’instar de Meetic, qui exploite plus de 175 critères utilisateurs par le biais de sa régie publicitaire. Nous n’allons pas non plus céder notre capital à un groupe américain coté. Quand les fondamentaux entrepreneuriaux sont solides, vous n’avez pas besoin d’aller plus vite que la musique, ni de prostituer vos valeurs.

 

Propos recueillis par Vincent Paes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les conseils de cinq dirigeants pour réussir

Selon l'Insee, la croissance du PIB français devrait s'élever à seulement 1,3 % en 2016. Dans cet environnement morose, des entreprises hexagonales réussisent pourtant à prospérer : recrutant, innovant, investissant à l'international ou dans le digital...
Sommaire Le monde des possibles Nicolas Pelletier (Decathlon) : « Rendre le sport plus facile » Nature & Découvertes : du produit à l’expérience « Le nouveau bien que les gens veulent acquérir c’est la connaissance » La Redoute, sûre de ses atouts « Une refonte totale de notre offre commerciale » Les histoires d’amour d’Adopte un mec Nuxeo rêve en américain « Une division sépare la France des États-Unis »
P.-O. Bernard et A. Chartier (Opleo Avocats) : "Le digital est une invitation à franchir la porte du marché de l’art"

P.-O. Bernard et A. Chartier (Opleo Avocats) : "Le digital est une invitation à franchir la porte du...

Si le digital ne peut remplacer les liens indéfiniment, c'est un moyen efficace pour démocratiser l’art et inciter les collectionneurs dans l’âme à pa...

Teleperformance renforce sa présence aux États-Unis

Teleperformance renforce sa présence aux États-Unis

Teleperformance, un des leaders mondiaux de la gestion de l'expérience client externalisée décide d’acquérir Health Advocate pour un montant de 690 mi...

P. Ganansia (Herez) : "Le monde de l’art bascule un peu plus dans le digital"

P. Ganansia (Herez) : "Le monde de l’art bascule un peu plus dans le digital"

Le confinement s’annonçait critique pour le marché de l’art. Il en fut tout autrement grâce aux initiatives digitales de ces derniers mois. Entretien...

Marc Bertrand nommé directeur général d’Amundi immobilier

Marc Bertrand nommé directeur général d’Amundi immobilier

Amundi a annoncé ce lundi l’arrivée de Marc Bertrand en qualité de directeur général d’Amundi immobilier, succédant à Jean-Marc Coly.

N. Duneau (Volvo) : "La digitalisation a un impact sur tout le parcours du consommateur"

N. Duneau (Volvo) : "La digitalisation a un impact sur tout le parcours du consommateur"

Après une quinzaine d’années en agence de publicité en charge de divers secteurs, Nathalie Duneau change de cap et s’oriente vers les deux domaines qu...

Fraikin reprend Via Location

Fraikin reprend Via Location

Le groupe français Fraikin, leader européen de la location longue durée de véhicules industriels et commerciaux, vient d’annoncer, le 21 octobre, l’ac...

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pouvait devenir une faiblesse"

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pou...

Accélération digitale, 5G, effets de la crise sanitaire ou encore place de la data dans l’industrie, la présidente de Schneider Electric pour la Franc...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte