S. Breuil (Hâpyfew) : "Notre priorité exclusive, c’est le client. Il est notre seul donneur d'ordre"

Alors que le marché de la gestion d’actifs est en pleine diversification, Sophie Breuil, fondatrice d’Hâpyfew Familly Office, décrypte avec son associé Jean-Antoine Breuil les opportunités et les risques auxquels doivent faire face les investisseurs finaux. Une analyse qui justifie pleinement l’indépendance et l’approche entièrement tournée vers le conseil que propose leur structure.
Jean-Antoine BREUIL Associé, Sophie BREUIL Fondatrice HÂPYFEW FAMILY OFFICE

Alors que le marché de la gestion d’actifs est en pleine diversification, Sophie Breuil, fondatrice d’Hâpyfew Familly Office, décrypte avec son associé Jean-Antoine Breuil les opportunités et les risques auxquels doivent faire face les investisseurs finaux. Une analyse qui justifie pleinement l’indépendance et l’approche entièrement tournée vers le conseil que propose leur structure.

Décideurs. Quel regard portez-vous sur les évolutions du marché de la gestion d’actifs ces dernières années ?

Sophie Breuil et Jean-Antoine Breuil. Au cours des dix dernières années, l’offre en gestion de patrimoine s’est ouverte à de très nombreuses classes d’actifs qui n’étaient jusqu’alors pas traitées par les acteurs de la gestion privée. C’est le cas des actifs financiers mais surtout des actifs réels comme le private equity, l’immobilier, la private debt, ou même des actifs mixtes qui correspondent à la financiarisation d’actifs réels (comme les fonds immobiliers, les fonds de dette privée ou les fonds de capital-investissement), sans oublier les produits structurés qui ne sont plus réservés uniquement aux institutionnels. Et depuis peu, on voit même émerger les cryptoactifs.

Au sein de chacune de ces classes d’actifs, il existe une richesse incroyable d’offres sur des sous-thématiques, des sous-classes d’actifs avec des spécialisations géographiques, sectorielles ou même en fonction de la taille des cibles. Cet élargissement vertueux de l’offre dont nous nous réjouissons est le fruit de la diversification du nombre des acteurs de la gestion d’actifs.

Comment expliquer ce renforcement considérable de l’offre ?

Plusieurs facteurs sont en cause. Tout d’abord, les grands clients privés, qui se sentaient enfermés dans l’offre existante, sont allés chercher en direct, auprès desconcepteurs et des producteurs, des solutions d’investissement différenciantes qui étaient réservées à des clients institutionnels. Un processus de démocratisation de l’offre s’est alors enclenché, ce qui a aussi bénéficié aux sociétés de gestion qui se sont ouvertes à une nouvelle clientèle : les grands clients privés. La poussée
des acteurs indépendants, CGP et family offices, a également favorisé la diversification de l’offre.

"La modularité de l’offre, très vertueuse, crée un besoin de coordination accrue"

Aujourd’hui, l’écosystème est devenu très modulaire. Il se compose de spécialistes en gestion d’actifs de grande qualité, très techniques et hyper-spécialisés dont l’offre est rendue encore plus accessible par l’avènement des outils digitaux. D’ailleurs, la pandémie a joué un rôle de catalyseur en la matière : l’interaction avec les sociétés de gestion est aujourd’hui facilitée par l’interaction digitale, qui permet de dépasser les distances et les frontières, que ce soit avec des outils de visioconférence ou même avec la signature électronique.

Enfin, le développement de structures de notation, comme Morningstar ou Quantalys, permet d’analyser les offres sur la durée, à partir d’indicateurs de performance, de volatilité, de liquidité, etc. Ce sont des outils essentiels d’analyse et de prise de décision.

L’extrême richesse de l’offre en gestion d’actifs et la désintermédiation induisent-elles certains risques spécifiques ?

Oui, absolument. Le premier est le risque d’un manque de clarté pour l’investisseur final sur les multiples intervenants dans la chaîne de création de valeur et ce, en dépit des différents renforcements réglementaires qui ont eu lieu. Il peut être compliqué de savoir qui produit, gère, encapsule, package, distribue, conseille le client final. Quelles sont les rémunérations prises par les différents acteurs à chaque étage de la fusée ? Quels sont les conflits d’intérêts potentiels face à un acteur qui a plusieurs casquettes ?

Autre écueil à éviter : le risque d’éparpillement. Pour s’y retrouver dans une offre aussi pléthorique, la mise en cohérence des besoins et du cahier des charges de chaque client avec les solutions proposées est centrale. Pour cela, il faut se référer à son profil d’investisseur, sa capacité de résistance aux fluctuations intermédiaires, son horizon d’investissement et à son organisation familiale et patrimoniale. D’ailleurs, avec l’intégration croissante d’actifs réels – ou d’actifs financiers adossés à ces actifs réels – dans la stratégie des investissements patrimoniaux, la question de la liquidité s’impose avec force.

"L’écosystème est devenu hyper modulaire et se compose de spécialistes de grande qualité dont l’offre est facilement accessible grâce au digital"

La modularité de l’offre, très vertueuse, crée un besoin de coordination accrue qui repose sur un travail fin d’allocation d’actifs et de sélection des acteurs. Cette double démarche doit bien sûr être consolidée au regard du patrimoine global des familles et être adaptable dans le temps.

Comment prévenez-vous ces risques ? Quelles solutions proposez-vous au sein d’HâpyFew ?

Nous cultivons une approche pure et exclusive, voire rigoriste ! Notre activité est concentrée sur le conseil. Pour nous, c’est un vrai bonheur de pouvoir bénéficier d’un écosystème de la gestion d’actifs aussi modulaire. À chaque fois que nous cherchons à nous positionner sur un type d’actifs spécifique, qu’il s’agisse du private equity, de l’immobilier, de la gestion financière, de l’assurance-vie, des banques ou des produits structurés, nous trouvons plusieurs interlocuteurs, européens et internationaux, de grande qualité. Le raisonnement vaut aussi sur des sujets purement patrimoniaux pour lesquels il faut s’entourer de professionnels du droit, de la fiscalité et du chiffre.

La sélection de ces professionnels hautement qualifiés et de leurs solutions d’investissement s’opère selon des critères et un process rigoureux dans chacune des classes d’actifs ou sous-classes d’actifs, en cultivant le souhait de la flexibilité et de la réactivité. L’allocation d’actifs de nos clients évolue selon leurs besoins, elle n’est pas figée et est parfaitement adaptable tout en s’inscrivant dans un horizon à long terme qui permet vraiment de créer et sécuriser une valorisation d’un patrimoine.

Concrètement, comment votre indépendance et votre positionnement entièrement dédié au conseil se manifestent-ils ?

Notre priorité exclusive, c’est le client. On ne veut pas se laisser distraire de cet objectif. Bien sûr, chacun est libre d’adopter son propre modèle, toutes les typologies d’acteurs et de positionnement ont leur place dès lors qu’il y a une transparence et une clarté de l’offre et de la construction de la rémunération. Nous avons fait le choix de profiter d’un écosystème suffisamment riche pour nous apporter des expertises pointues. Afin de servir totalement le client, l’absence de conflit d’intérêts est primordiale.

Notre seul donneur d’ordre est le client. Aucun actionnaire ni aucune activité interne ou connexe n’induit de biais dans la gestion de nos priorités ni ne nous oblige à composer avec des intérêts divergents. Logiquement, notre mode de rémunération se fait en honoraires ou selon des modalités sécurisant la transparence et l’absence d’intérêt à privilégier telle ou telle solution financière. Notre but est de permettre à nos clients d’accéder à des offres institutionnelles et à une tarification institutionnelle.

Propos recueillis par Sybille Vié et Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte