Norton Avast : s'unir pour combattre les virus

What a deal ! En unissant leurs forces, le groupe tchèque et son concurrent américain frappent un grand coup. La nouvelle entité domine de la tête et des épaules le marché des antivirus grand public.

What a deal ! En unissant leurs forces, le groupe tchèque et son concurrent américain frappent un grand coup. La nouvelle entité domine de la tête et des épaules le marché des antivirus grand public.

C’est un cliché qui, dans l’opinion publique reste tenace : l’ancien bloc soviétique était en retard au niveau de la maîtrise de l’informatique. La réalité est tout autre et un exemple est parfaitement illustratif. À la fin des années 1980, le pays le plus en pointe en matière d’antivirus était la Tchécoslovaquie. C’est dans ce cœur de l’Europe centrale, depuis scindé en deux nations, que les ingénieurs Eduard Kucera et Pavel Baudis ont élaboré le programme nommé antivirus advanced set. Avec la chute du mur de Berlin et l’avènement de l’informatique grand public, la société qui commercialise le produit part à la conquête du monde. Si Avast reste dirigée par le tchèque Ondrej Vlcek et garde son siège à Prague, elle est cotée à la Bourse de Londres depuis 2018.

Mariage américano-tchèque

À l’été 2021, la société a surpris tous les observateurs en annonçant sa fusion avec son principal concurrent américain NortonLifeRock, ancienne division grand public de Symantec. Ce mariage américano-tchèque est sûrement celui qui a fait le plus couler d’encre depuis la cérémonie unissant Donald Trump à Ivana Zelníčková en 1977. Et pour cause, puisqu’il donne naissance au numéro un mondial de l’antivirus.

Pour cette fusion entre égaux, c’est le groupe basé dans l’Arizona qui a fait le premier pas en proposant une offre qui ne se refuse pas : entre 8,1 et 8,6 milliards de dollars, une direction bicéphale, un siège américain et un autre en Europe de l’Est. En échange, la société pragoise apporte des millions de clients. En 2015, Avast protégeait ainsi 30 % des ordinateurs individuels dans le monde (hors Chine).

L'américain a mis plus de 8 milliards de dollars sur la table pour une fusion entre égaux

Unir ses forces

La nouvelle société promet d’éviter dans la mesure du possible les fameuses "synergies" aboutissant bien souvent à des suppressions de postes. En l’état actuel, le nouvel état-major juge l’architecture complémentaire. Les deux géants souhaitent dépasser le cap de 3,5 milliards d’euros de recette pour l’année en se reposant sur une base de 500 millions d’utilisateurs. La stratégie est simple : se centrer sur le grand public plus que le BtoB. Un revirement déjà mis en place par l’américain qui, en 2018, avait cédé sa division de sécurité des entreprises au groupe de semi-conducteurs Broad-com. En somme, le marché BtoB est laissé aux grands groupes de conseil ou aux industriels en quête de montée en gamme.

Pour Ondrej Vlcek cette fusion est opportune "au moment où les menaces de piratage informatique dans le monde grandissent, alors même que l’utilisation de produits de sécurité informatique reste faible". Vincent Pilette, son homologue chez NortonLifeRock est sur la même longueur d’onde puisqu’il estime que "cette transaction est un énorme pas dans la sécurité informatique pour les consommateurs". Cette opération semble, sur le papier, ne faire que des heureux. Seule exception, la Bourse de Londres qui perd l’un de ses fleurons tech au profit du Nasdaq.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de rebond économique, des stratégies d'entreprises et en disent long sur les secteurs d'avenir et les sujets de concurrence. Retour sur une année 2021 dont les volumes de transactions ont atteint des records.
Sommaire Cegid : le crack dont les Américains se toquent Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif" Hip hip hip, IPO G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A" HY24, la joint-venture du futur Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier D. Ladegaillerie (Believe) : "Nous ne sommes qu’au début de notre vie boursière" WarnerBros Discovery. Mission : concurrencer Netflix, Disney et Amazon Prime Televisa-Univision : le streaming prend l’accent latino
A.Peyrel (Bredhill) : "Dans le futur on demandera des comptes en matière de RSE"

A.Peyrel (Bredhill) : "Dans le futur on demandera des comptes en matière de RSE"

Antoine Peyrel est co-fondateur de Bredhill, un cabinet de conseil en transformation responsable qui aide à la mise en place des stratégies et engagem...

Transition numérique des entreprises : les grands enjeux

Transition numérique des entreprises : les grands enjeux

Le contexte économique a rarement été aussi changeant qu’aujourd’hui. Depuis la transformation numérique jusqu’à la responsabilité sociétale, les entr...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Alors que la fin du quinquennat approche, Décideurs a rencontré Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique. L’occasion de faire le...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Ÿnsect : la foodtech qui fait le buzzzz

Ÿnsect : la foodtech qui fait le buzzzz

Fondée en 2011, Ÿnsect veut révolutionner l’alimentation humaine, végétale et animale en transformant les insectes en ingrédients premium. Une solutio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte