Nicolas Bustamante (Doctrine.fr) : « On nous appelle le « Google du droit »

Créée en 2016 par trois jeunes entrepreneurs, Nicolas Bustamante, Raphaël Champeimont et Antoine Dusséaux, la legaltech Doctrine.fr, a accompli une véritable révolution dans le domaine de l’édition juridique traditionnelle. Avec une levée de fonds de 10 millions d’euros, des milliers de clients et une vague de recrutements qui n’en finit pas, la jeune pousse connaît une croissance impressionnante.
Nicolas Bustamante

Créée en 2016 par trois jeunes entrepreneurs, Nicolas Bustamante, Raphaël Champeimont et Antoine Dusséaux, la legaltech Doctrine.fr, a accompli une véritable révolution dans le domaine de l’édition juridique traditionnelle. Avec une levée de fonds de 10 millions d’euros, des milliers de clients et une vague de recrutements qui n’en finit pas, la jeune pousse connaît une croissance impressionnante.

DÉCIDEURS. Qu’est-ce que Doctrine.fr ?

Nicolas Bustamante. Doctrine.fr est née d’un constat simple : la recherche juridique informatique est complexe, du fait notamment de l’accroissement exponentiel des données juridiques. Notre souhait était alors de créer une intelligence artificielle capable de hiérarchiser l’information juridique pour faciliter le travail de recherche des professionnels du droit. Finalement, notre activité n’est pas nouvelle. Ce qui est nouveau, c’est la liaison entre l’intelligence artificielle et le droit, qui nous a d’ailleurs valu d’être très vite classés dans la catégorie « legaltech ». Au début de l’aventure Doctrine.fr, les éditeurs juridiques traditionnels, eux, nous ont tout de suite catégorisés comme concurrent frontal, qui aurait eu pour objectif de les remplacer. Ce n’est pas vrai. En effet, le problème de transparence des données juridiques doit être résolu avec l’aide et le concours des acteurs traditionnels et de Doctrine.fr. Notre objectif est de nous imposer en complément de leur approche dans le but de résoudre la même problématique.

Qui utilise votre solution ?

Notre plateforme s’adresse à l’ensemble des professionnels du droit, en particulier les avocats et directions juridiques. Aujourd’hui, elle est majoritairement utilisée par des avocats individuels installés dans toute la France. Notre business model étant basé sur un abonnement sans engagement à seulement 159 euros par mois, nous avons pu étendre notre marché et aider les avocats individuels et les cabinets à taille humaine qui n’avaient pas forcément les moyens de se payer un éditeur juridique traditionnel. Cependant, Doctrine.fr est également utilisée par de grands cabinets d’avocats.

Vous avez réalisé deux levées de fonds, dont une de 10 millions d’euros en juillet dernier. Quels projets souhaitez-vous réaliser ?

Cette levée de fonds va nous servir dans un premier temps à passer de 50 salariés à 100 salariés en seulement six mois et dans un deuxième temps à investir massivement dans le service apporté à nos clients, c’est-à-dire la technologie, l’intelligence artificielle, l’anticipation de leurs besoins et les moyens pour résoudre leurs problématiques avec une plus grande précision. Nos clients ont besoin d’un acteur comme Doctrine.fr pour les accompagner dans la transformation digitale qui s’impose à eux. Tout cela passe évidemment par le recrutement de personnes qualifiées. La première levée de fonds de 2 millions d’euros avait donné un très grand coup d’accélération à la start-up, notamment en passant de zéro à 50 salariés en CDI en vingt-quatre mois.

Comment imaginez-vous Doctrine.fr dans cinq ans ?

Notre objectif dans cinq ans est d’avoir cartographié le génome juridique sur la France, c’est-à-dire que nous souhaitons que les professionnels du droit comprennent en quelques clics le lien entre un amendement, une loi, une décision de justice, la doctrine et l’impact que cela peut avoir sur leurs clients. Aujourd’hui, nous sommes à 1 % de ce que nous aimerions faire pour servir les professionnels du droit et pour, plus largement, ouvrir et rendre le droit transparent. À terme, notre « ambition produit » est de supprimer la recherche juridique grâce à une intelligence artificielle capable de recommander le contenu pertinent, avant même qu’on ne le cherche. On nous appelle le « Google du droit » : Google ne s’est pas fait en un jour.

 Propos recueillis par Clémentine Anno @clementine_anno

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Décideurs Juridiques en pause estivale

Décideurs Juridiques en pause estivale

La rédaction de Décideurs Juridiques souhaite à ses lecteurs un bel été et de bonnes vacances. Retrouvez votre rendez-vous quotidien le 2 septembre pr...

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite entre les avocats

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite...

Le Conseil de l'ordre des avocats de Paris a mis en place mardi un dispositif exceptionnel dans le cadre de la tenue du procès de terroristes : les ré...

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Après avoir annoncé sa volonté de s’installer à Dublin en avril dernier, Taylor Wessing nomme deux nouveaux associés pour mener cette expansion : Adam...

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Accusé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) d’avoir commis un manquement d’initié, Régis Lebrun s’engage à verser 225 000 euros au Trésor publi...

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Après la convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) signée en février dernier par le groupe Bolloré avec le Parquet national financier pour des fai...

Contentieux : Laude Esquier Champey prouve la pertinence de son modèle

Contentieux : Laude Esquier Champey prouve la pertinence de son modèle

Le cabinet d’avocats spécialistes du contentieux des affaires Laude Esquier Champey vient de fêter ses 13 ans d’existence. Passée la phase de lancemen...

Belgique : Laurius accueille trois nouveaux associés

Belgique : Laurius accueille trois nouveaux associés

Doublant les effectifs de son bureau de Bruxelles, Laurius attire un groupe de trois associés : Christina Trappeniers, Damien Stas de Richelle et Caro...

Le régulateur britannique ne lâche pas KPMG

Le régulateur britannique ne lâche pas KPMG

Dans son rapport annuel d’inspection de la qualité des audits réalisés auprès des institutions bancaires au Royaume-Uni publié le 23 juillet, le Finan...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte