Natixis cède 29,5 % du capital de la Coface pour près de 500 millions d’euros

La banque d'investissement française filiale du groupe BPCE, Natixis, vend plus de 70 % de sa participation dans la Coface, société d’assurance-crédit, à l’assureur Arch Capital Group. Elle quitte ainsi le conseil d’administration après avoir contribué au redressement de la société.

La banque d'investissement française filiale du groupe BPCE, Natixis, vend plus de 70 % de sa participation dans la Coface, société d’assurance-crédit, à l’assureur Arch Capital Group. Elle quitte ainsi le conseil d’administration après avoir contribué au redressement de la société.

Cette cession était attendue depuis longtemps, malgré différents démentis. Natixis vient de signer un accord avec Arch Capital Group, un assureur basé aux Bermudes et coté à New York, portant sur la vente de 29,5 % du capital de la Coface au prix de 10,70 euros par action, soit environ 475 millions d'euros. La banque française conservera alors 12,2 % du capital, pas assez pour rester au conseil d’administration. Au vu des difficultés rencontrées par l’assureur-crédit après la crise de 2008, cette cession est « le résultat du travail de redressement réalisé par la Coface que nous avons accompagné en tant qu'actionnaire », selon François Riahi, directeur général de la filiale des Banques Populaires et des Caisses d'épargne. La banque réalisera cependant une moins-value de 100 millions d’euros.

Depuis les accords de Bâle III, en 2010, les établissements financiers sont soumis à des règles prudentielles concernant leur solvabilité. Le ratio CET 1, qui désigne le rapport des fonds propres les plus sûrs, ceux de catégorie 1, sur les actifs pondérés du risque, doit être d’au moins 4,5%. Grâce à la cession de la Coface, Natixis pourra déconsolider 3,5 milliards d’euros d’actifs pondérés du risque et ainsi gagner 35 points de base sur le ratio CET 1, qui s’élevait déjà à 11,3% fin 2019, au-dessus de l’objectif initial de 11,2 %.

En plus du renforcement de la solvabilité du groupe, cette cession est une bonne nouvelle pour ses actionnaires, car Natixis a « pour discipline de ne pas conserver le capital excédentaire mais de le redistribuer », rappelle François Riahi. Ainsi, les 350 millions d’euros de fonds propres dégagés par l’opération devraient être redistribués aux actionnaires sous la forme de dividendes ordinaires ou extraordinaires, une fois la cession actée par l’accord des autorités, d’ici 6 à 12 mois.

L’univers de taux zéros dans lequel évolue actuellement l’économie mondiale a contribué au maintien sur le marché de sociétés « zombies », c’est-à-dire d’entreprises dont le modèle s’essouffle mais auxquelles la faiblesse des frais financiers permet la survie. Le nombre de défaillance probables pourrait pousser les assureurs-crédit à augmenter leurs prix et, tant que le système tient, à booster le chiffre d’affaires de la Coface. La perspective d’une crise financière d’ampleur, quant à elle, ravive les vieux démons de cette entreprise. Affaire à suivre.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

Après les dividendes, c’est au tour des rémunérations des patrons des plus grandes banques d’être passées au crible par les superviseurs. En pleine cr...

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

Le cabinet de gestion de patrimoine DLCM Finances renforce sa présence à Paris en finalisant son rapprochement avec La Financière DV.

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Le coronavirus n’épargne rien ni personne. La holding qui gère les affaires de la famille du président des États-Unis, la Trump Organization, en fait...

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

Selon le président de l’Eurogroupe Mario Centeno une ligne de crédit de 240 milliards d’euros ouverte à tous les pays va prochainement être activitée...

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

Le groupe Cyrus gère près de 3,8 Mds€ d’encours financiers et 1,5 Mds d’investissements immobiliers pour le compte de 4 500 familles. Pour accélérer s...

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

Les dirigeants doivent prendre des décisions financières stratégiques et accompagner leurs équipes dans un environnement incertain. David Mahé, fondat...

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en euros"

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en eur...

Pour Jean-Philippe Tasle d'Heliand, président de ODDO BHF Banque Privée France, la chute des marchés actions remet en perspective la rémunération des...

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

Les chiffres du chômage explosent aux États-Unis. On compte plus 6,6 millions de nouveaux demandeurs d'emploi en l’espace d’une semaine.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message