Nathalie Fontaine (Renault Trucks) : « Nous avons tous des connaissances à partager »

Chez Renault Trucks, devenir une entreprise apprenante est une réflexion de longue date. Pour Nathalie Fontaine, directrice des compétences et du développement, ce type d’approche présente un double intérêt : elle est enrichissante pour le salarié qui partage comme pour celui qui « en bénéficie ».

Chez Renault Trucks, devenir une entreprise apprenante est une réflexion de longue date. Pour Nathalie Fontaine, directrice des compétences et du développement, ce type d’approche présente un double intérêt : elle est enrichissante pour le salarié qui partage comme pour celui qui « en bénéficie ».

Décideurs. Pourquoi avoir choisi de mettre l’accent sur la formation entre pairs ?

N. Fontaine : C’est un procédé efficace pour le collaborateur qui la reçoit et celui qui se trouve en situation de formateur se voit reconnaître plus de crédibilité de la part de l’apprenant qu’un formateur traditionnel puisqu’il est censé avoir déjà expérimenté ce dont il parle. Par ailleurs, la formation entre pairs facilite l’interaction et favorise l’apprentissage. De nombreuses études attestent qu’elle est plus puissante que la formation traditionnelle face à un sachant dispensant un savoir ou une théorie qui s’inscrit dans un rapport vertical. Pour le salarié qui entend transmettre ses connaissances, cela présente plusieurs avantages. En amont, il est incité à travailler la réflexivité, il se pose la question de ce qu’il sait et de ce qu’il a envie de transmettre. De plus, la préparation qu’il effectue en amont favorise l’ancrage des connaissances. C’est enfin une démarche très valorisante pour lui grâce aux retours de ses collègues de travail.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Chez Renault Trucks, nous avons mis sur pied une école de ventes. La première année, les tuteurs des différents apprenants suivaient une formation classique au cours de laquelle, leur était expliqué les objectifs de leurs missions. Cela n’a pas donné pleinement les résultats escomptés. La deuxième année, nous avons eu recours à la formation entre pairs au cours de laquelle chaque tuteur partageait ses bonnes pratiques. Un groupe de pairs est ainsi créé et doit coconstruire un livrable à l’issue de cette formation. Afin d’être le plus professionnel, nous nous sommes appuyés sur une start-up spécialisée dans l’apprentissage entre pairs « WAP – We Are Peers ». Elle nous aide, par exemple, à bien définir les thématiques, à structurer les échanges et nous offre une plateforme de partage. La formation entre pairs requiert une vraie méthodologie. Et le résultat est là : pour ce qui est de la deuxième promotion de l’école de vente, nous avons franchi un cap qualitatif en matière de formation de nos tuteurs.

« Mettre les collaborateurs en mouvement, les inscrire dans une réflexion individuelle »

Vous avez prévu d’organiser une journée 100 % learning, de quoi s’agit-il ?

Partant du principe que la connaissance est déjà présente dans l’entreprise, que nous avons tous des connaissances à partager, nous avons décidé de monter une journée avec des ateliers, des conférences et des stands, plus classiques, où seront présentées les formations disponibles. Chaque collaborateur aura donc la possibilité de présenter les sujets de son choix ou d’assister aux ateliers ou conférences sur les thématiques que les apprenants souhaitent découvrir.

Quelle en sera la suite ?

Le groupe qui a porté cette première édition du 100 % learning - et dont je fais partie - aimerait vraiment que les choses leur échappent. Concrètement, l’idéal serait que les salariés portent les éditions suivantes tant dans l’organisation ou le format que le choix des thèmes. Notre industrie connaît de profondes mutations, comme l’arrivée des véhicules connectés ou de l’électromobilité, ce qui la pousse à se transformer. Nous souhaitons de ce fait mettre les collaborateurs en mouvement, les inscrire dans une réflexion individuelle, et au-delà, accompagner le développement des connaissances nécessaires pour ces nouveaux métiers.

Propos recueillis par Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

Comment rendre opérationnelles de jeunes recrues tout en améliorant sa marque employeur ? En proposant, comme le fait Hartwood, un programme d’on-boar...

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Les quatre associés et cofondateurs du cabinet Wemean plaident pour une raison d’être concrète et opérationnelle à tous les niveaux de l’organisation....

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

Classes, évènements, télétravail, formations, etc : la crise sanitaire a consacré le règne de l’hybride. Mais comment dissocier ce qui en relève vraim...

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

Certains, conquis par le télétravail, ne veulent retourner au bureau qu'avec parcimonie. Pour autant, le bon vieil open space semble promis à un bel a...

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

En mars 2021, la start-up française PayFit a bouclé une nouvelle levée de fonds de 90 millions d'euros. L'entreprise, qui a connu une croissance à deu...

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes,  cela ne fonctionne pas "

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes, cela ne fonctionne pas "

Les forces commerciales du spécialiste des menuiseries Tryba ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise sanitaire grâce à la digitalisa...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte