Nathalie Berthelot Briday (Nexity) : « On attend de la QVT une incidence sur la performance des salariés »

La qualité de vie au travail (QVT) est au cœur de toutes les préoccupations. De façon plus ou moins investie, les entreprises s’en emparent pour améliorer la vie de leurs collaborateurs. Nathalie Berthelot-Briday, Directeur des rémunérations, avantages sociaux et relations sociales chez Nexity, nous en parle.

La qualité de vie au travail (QVT) est au cœur de toutes les préoccupations. De façon plus ou moins investie, les entreprises s’en emparent pour améliorer la vie de leurs collaborateurs. Nathalie Berthelot-Briday, Directeur des rémunérations, avantages sociaux et relations sociales chez Nexity, nous en parle.

Décideurs. La QVT est un sujet clé en entreprise. N’est-il pas abordé de manière un peu superficielle parfois ?

Nathalie Berthelot Briday. Tout dépend ce qu’on met derrière, on parle beaucoup de sujets liés aux conditions de travail qui ne sont parfois pas ancrés dans la réalité. On attend de la QVT l’amélioration des conditions de travail des salariés et une incidence sur leur performance : c’est un cercle vertueux.

Nexity a récemment mis en place la téléconsultation médicale, comment avez-vous eu l’idée de ce projet et comment a-t-il été accueilli ?

Notre groupe a soif d’innovation, cela concerne tous les métiers et même les fonctions support : au sein de la DRH également nous nous adaptons au digital ! Aussi, nous avons cherché des solutions novatrices et pourquoi pas digitales en facilité l’utilisation, pour simplifier la vie de nos collaborateurs. Nous avons par exemple choisi de les aider à accéder à une consultation médicale dès qu’ils en ont besoin, sans attendre et en évitant le maximum de contraintes. Notre partenariat avec SIACI Saint Honoré nous a permis de proposer un nouveau service : une consultation gratuite par téléphone et webcam si besoin, dispensée par des médecins inscrits à l’Ordre disponible 24/24h et 7/7j . Ils peuvent ensuite, selon le cas, envoyer une ordonnance à la pharmacie choisie par le salarié ou lui conseiller de se rendre aux urgences… Nous avons déployé une importante campagne de communication à ce sujet et ce projet a été très bien accueilli. Il s’agit à la fois de maitriser notre régime de protection sociale et de trouver des solutions pour les collaborateurs ayant des difficultés à trouver un médecin rapidement près de chez eux. Nous avons aujourd’hui en moyenne trente consultations par mois, ce qui est un très bon retour d’après notre assureur partenaire.

Plus largement, quelles sont les actions QVT menées par Nexity ?

Nous avons également déployé une conciergerie digitale ! Notre cahier des charges était assez simple : toutes nos actions devaient concerner l’ensemble de nos collaborateurs qui sont situés dans toute la France. Une conciergerie classique n’était donc pas envisageable. Nous avons rencontré une start-up qui propose de répondre à toutes les demandes de nos collaborateurs par mails ou sms. Aujourd’hui, après quelques mois d’utilisation, nous avons 1 500 utilisateurs mais je pense que l’on peut mieux faire : nous devons communiquer davantage sur ce service en donnant des exemples concrets aux collaborateurs des demandes qu’ils peuvent formuler.  Nous avons remarqué que dès lors que le collaborateur accédait au service, il l’utilisait de manière régulière.

Quels rôles jouent les partenaires sociaux ?

Nous comptons beaucoup sur eux. Ces dispositifs QVT s’inscrivent dans le cadre de négociations et font ensuite l’objet d’un suivi régulier en commission.  Pour revenir sur la téléconsultation médicale par exemple : nous avons longuement échangé avec nos partenaires pour peser le pour et le contre puis décidé de tester le service ensemble. Il s’agissait en effet d’un service lié directement aux habitudes de santé des collaborateurs, et dans ce cadre le changement peut parfois faire peur. C’est pourquoi c’est un plus offert aux collaborateurs qui ne se substitue en rien à leur protection sociale existante. Il faut parfois convaincre et cela demande du temps et de la persévérance. Nous avons donc instauré un dialogue continu qui n’intervient pas uniquement lors des négociations. Plus généralement, nous avons saisi l’innovation comme une opportunité, notre président et notre comité exécutif sont également convaincus de l’importance à accorder à l’aspect social.

Que va modifier la fusion des CE et du CHSCT ?

Dans notre contexte et au regard des spécificités de notre secteur d’activité, nous constatons que de nombreux projets sont présentés à la fois en CE et CHSCT. Il n’existe pas en effet de métiers avec des risques physiques avérés chez Nexity, cette fusion pourrait donc avoir du sens puisqu’elle éviterait la répétition des sujets. Dans tous les cas, fusion ou non, nous avons pour habitude de partager tous les sujets, et quelle que soit la décision prise il ne s’agira en aucun cas de remettre en cause le bon fonctionnement de nos instances représentatives.

 

Propos recueillis par Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière des les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation concer...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Après deux années de débat interne, les institutions européennes se sont mises d’accord sur les objectifs énergétiques à atteindre sur la prochaine dé...

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de chacun »

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de...

Nommé l’an dernier au poste de président de l’Association française des investisseurs institutionnels (AF2i), Jean-François Boulier met un point d’org...

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

Dans les tuyaux depuis de nombreux mois, la vente de 49,99 % des tours télécoms se fait au profit du fonds « infra » de la société d’investissement am...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message