Nadine Levratto (économiste/CNRS) : « Les politiques ont facilité les licenciements »

Tati, Whirlpool ou encore GM&S... Aux annonces de plans sociaux de grande envergure répondent les promesses et les visites des candidats en campagne. Mais pour Nadine Levratto, économiste et directrice de recherche au CNRS, l'emballement médiatique se heurte à quelques données bien réelles.

Tati, Whirlpool ou encore GM&S... Aux annonces de plans sociaux de grande envergure répondent les promesses et les visites des candidats en campagne. Mais pour Nadine Levratto, économiste et directrice de recherche au CNRS, l'emballement médiatique se heurte à quelques données bien réelles.

Décideurs. Lors de leurs déplacements, de nombreux candidats ont affirmé être en mesure de sauver les emplois au sein des entreprises menacées par des plans sociaux. Quel est le réel pouvoir des hommes politiques en la matière ? 

 

Nadine Levratto. Il est évident que les politiques ne disposent que d’une marge de manœuvre limitée. Ce n’est qu’un effet d’annonce, on reste dans le cadre verbal. Sur le fond, on ne peut pas en attendre beaucoup. Par ailleurs, tout est mis en œuvre afin d’autoriser ces licenciements. Il y a une extension des possibilités offertes aux entreprises pour procéder à des suppressions de postes, que ce soit de manière individuelle ou collective afin de garder une certaine compétitivité. Les entreprises s’inscrivent dans la plus stricte légalité.

 

Pourtant, à travers tous les changements qu’ils peuvent opérer dans les lois, les politiques ont un impact. Malheureusement, il semble qu’ils aient pris le parti de faciliter les licenciements. Aujourd’hui, on constate qu’il est beaucoup plus simple pour une entreprise de licencier des salariés qu’auparavant.

 

Pensez-vous que l’État français dispose des moyens suffisants pour les enrayer ? 

 

Oui, il dispose des outils pour pouvoir le faire. Cependant depuis trente ans, la piste empruntée par les pouvoirs publics repose sur l’hypothèse suivante : afin de créer des emplois, il faut autoriser les entreprises à interrompre la relation de travail de la manière la moins contraignante.  En ce sens, on se rapproche de la notion de flexibilité du travail.

 

« Les plans sociaux ne représentent qu’une infime partie des entrées au chômage »

 

Quelles solutions économiques devraient être mises en place afin d’éviter la multiplication des plans sociaux ?

 

Avant tout, ils doivent être conditionnés. En rétablissant les autorisations préalables, en édictant les règles de validité des plans sociaux. Mais le plus étonnant, c’est que les plans sociaux ne représentent qu’une infime partie des entrées au chômage, loin derrière les interruptions de contrat à durée indéterminée et les ruptures conventionnelles.

 

Pourquoi alors se concentrer uniquement sur les plans sociaux ?

 

C’est un peu comme l’électricité et le gaz ! Tous les ans, vous avez des milliers d’individus qui meurent électrocutés de manière isolée. Mais en présence d’une explosion de gaz, il y a plusieurs victimes en même temps. Pour le chômage, c’est exactement la même chose. On a constamment des personnes qui perdent leur emploi, mais cela reste dispersé, de l'ordre individuel. Les plans sociaux sont médiatisés car ils concernent un grand nombre de salariés en même temps qui vont se retrouver au chômage d’un coup.

 

Propos recueillis par Gatien Pierre-Charles

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’entreprise biopharmaceutique UCB intègre l’accélérateur Future4care

L’entreprise biopharmaceutique UCB intègre l’accélérateur Future4care

L’accélérateur de start-up européennes Future4care se renforce en accueillant le belge UCB en qualité de nouvel adhérent et membre du comité de sélect...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

C’est un homme connu pour son humanité que les associés de KPMG France ont élu à la tête de leur conseil de surveillance en 2019. Une homme engagé, au...

Future4care : à la découverte des start-up ArcaScience et Casis

Future4care : à la découverte des start-up ArcaScience et Casis

Chaque semaine, Décideurs vous fait découvrir deux start-up issues de la première promotion de l'incubateur européen Future4care.

Orpea nomme à sa tête Laurent Guillot, ancien directeur financier de Saint-Gobain

Orpea nomme à sa tête Laurent Guillot, ancien directeur financier de Saint-Gobain

En juillet, Laurent Guillot deviendra directeur général du groupe d’Ehpad privés. Il aura la lourde de tâche de transformer Orpea dont certaines prati...

Gautam Adani : ce milliardaire indien devenu plus riche que Warren Buffett

Gautam Adani : ce milliardaire indien devenu plus riche que Warren Buffett

Avec une fortune estimée à 122 milliards de dollars, l’industriel indien Gautam Adani ravit à Warren Buffett la cinquième place du palmarès édité par...

Le laboratoire Mitem Pharma lève 10 millions d’euros auprès du fonds TechLife Capital

Le laboratoire Mitem Pharma lève 10 millions d’euros auprès du fonds TechLife Capital

TechLife Capital, le fonds de LBO français dédié à la santé et la tech, investit la somme de 10 millions d’euros dans le laboratoire Mitem Pharma, bas...

Elon Musk, l'art d'avoir raison avant les autres

Elon Musk, l'art d'avoir raison avant les autres

Le rachat de Twitter permet au milliardaire de continuer à écrire sa légende. L’entrepreneur peut déjà se targuer d’un exploit inédit : s’être imposé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message