N.Varenne-Woelflé (Krys Group) : "Quand on croit au cercle vertueux du collaborateur content, les clients sont satisfaits"

Leader français du marché de l’optique, Krys Group se distingue pour son implication dans la thématique de la qualité de vie au travail. La directrice des ressources humaines, Nathalie Varenne-Woelflé, révèle comment la coopérative familiale a développé une politique RH efficace.

Leader français du marché de l’optique, Krys Group se distingue pour son implication dans la thématique de la qualité de vie au travail. La directrice des ressources humaines, Nathalie Varenne-Woelflé, révèle comment la coopérative familiale a développé une politique RH efficace.

Décideurs. Quelle place prend la QVT au sein de votre groupe ?

Nathalie Varenne-Woelflé. Le projet de Krys Group est de construire une entreprise performante dans laquelle il fait bon travailler. Le collaborateur doit pouvoir s’épanouir dans les tâches qui lui sont confiées et être engagé dans son travail. La particularité du groupe réside dans le fait que c’est une coopérative avec un mode de fonctionnement basé sur la coconstruction. Dans ce cadre-là, la direction a intégré depuis 2012 la dimension « qualité de vie au travail » dans sa stratégie globale. Lorsque nous avons commencé à « penser QVT », nos résultats n’étaient pas du tout satisfaisants et bien en deçà de nos objectifs. En revanche, collaborer avec nos salariés a permis l’identification d’axes d’amélioration et le déploiement de plans d’action soutenus par la direction. 

Comment se traduit cette dynamique de coconstruction ?

Au sein de la coopérative, nous aimons utiliser le terme de « collaboraKteur » : le salarié doit devenir acteur du développement de l’entreprise dans une logique d’amélioration continue. Krys Group était auparavant une petite entreprise familiale dans laquelle la question de la coconstruction n’était pas prioritaire. Il était nécessaire de prendre ces sujets à bras-le-corps, tout en gardant le plaisir de travailler ensemble. Les résultats sur le développement et l’implication des salariés sont significatifs. Par exemple, pour repenser le rythme de production en 2012 et répondre aux besoins de notre activité, nous avons demandé aux collaborateurs comment ils souhaitaient procéder pour appréhender sereinement les changements d’heures de travail. Un certain nombre d’entre eux se sont réunis pendant plusieurs semaines et ont proposé trois scénarios. Une des trois solutions a ensuite été adoptée par l’ensemble des salariés concernés. L’année dernière, nous avons par ailleurs décidé de réaménager certains espaces de travail. Les personnes impactées par ce changement ont travaillé de concert avec un consultant et un architecte et ont proposé leur projet en janvier dernier au comité de direction et au conseil d’administration. Quand on mise sur la coconstruction, c’est positif pour la performance de l’entreprise.

Comment comptez-vous faire évoluer la politique RH de Krys Group ?

Le plan Krys Group Attitude 2019-2021 s’articulera autour de trois axes majeurs : l’accompagnement de la transformation culturelle, la coopération et la transversalité ainsi que la prévention des risques psychosociaux. 

L’objectif est d’abord de créer une forte communauté managériale. Pour cela, des ateliers et cursus sur mesure ont été mis en place. Ainsi, les managers répondent au modèle à « trois dimensions » : leaders, pilotes et coachs. Un leader doit pouvoir donner du sens, expliquer et fédérer. En fonction des situations, le manager prend une ou plusieurs casquettes. Comment doit-il déléguer ? Avec quel droit à l’erreur ? Quelle reconnaissance donner ? Ce sont autant d’enjeux pour assurer un bon fonctionnement entre les collaborateurs et les managers. D’autre part, nous poursuivons la dynamique de démarche collaborative avec des ateliers, des groupes de travail et une plateforme de suggestions d’amélioration, pour favoriser la coopération et l’amélioration continue.

Nous travaillons également sur le droit d’alerte dont une des thématiques que nous traitons est celle du droit à la déconnexion. Plus qu’une réduction de la charge de travail, les nouvelles technologies que nous utilisons permettent d’amenuiser le stress des salariés et de trouver un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.

Tom Fouan

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Profession : urgentistes du droit social

Profession : urgentistes du droit social

Interlocuteurs privilégiés des entreprises, les avocats en droit social ont été associés à la gestion de la crise sanitaire. Certains d’entre eux ont...

Jérôme Bouchet  (Groupe JLO) : "Initier un retour d'expérience pour capitaliser sur les bonnes pratiques"

Jérôme Bouchet (Groupe JLO) : "Initier un retour d'expérience pour capitaliser sur les bonnes prati...

Selon que l’on regagne son lieu de travail, qu’on ne l’ait jamais quitté ou que l’on travaille depuis la maison, la période de confinement que nous ve...

L'accord collectif : un moyen de sortir de la crise ?

L'accord collectif : un moyen de sortir de la crise ?

La négociation des accords collectifs tend à prendre une place de plus en plus importante au sein des différents pays européens. Ce constat ne change...

Emploi: innover pour limiter la casse sociale

Emploi: innover pour limiter la casse sociale

La crise économique en est à ses débuts, mais la menace sur l’emploi prend d’ores et déjà forme et la tension est palpable. Entre réalisme et convicti...

C.Garnier (SAP): "Pour former les femmes au leadership, il faut leur donner les clés pour oser"

C.Garnier (SAP): "Pour former les femmes au leadership, il faut leur donner les clés pour oser"

Leader mondial du marché des applications d’entreprise, SAP place depuis plusieurs années la diversité et la mixité au cœur de sa stratégie. Caroline...

Livres : la sélection du mois de la rédaction

Livres : la sélection du mois de la rédaction

BD, roman, essai... La Rédaction de Décideurs vous présente ses coups de cœur littéraires du mois.

France-Allemagne : deux modèles au banc d'essai

France-Allemagne : deux modèles au banc d'essai

En amont de leur démarche de coopération, Paris et Berlin ont opté pour deux stratégies, certes différentes, mais complémentaires. Tentative de compar...

Laure Châtillon (PwC), "Les femmes peuvent être actrices de la transformation de l’entreprise"

Laure Châtillon (PwC), "Les femmes peuvent être actrices de la transformation de l’entreprise"

PwC France promeut l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes en matière de considération professionnelle ou d’évolution de carrière. La...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message