N.Roos (L'Oréal): "Former des entrepreneurs capables d'innover"

Directrice générale de la division des produits professionnels de L’Oréal et membre du comex, Nathalie Roos est à l’initiative de Real Campus, une école bien dans son époque.

Directrice générale de la division des produits professionnels de L’Oréal et membre du comex, Nathalie Roos est à l’initiative de Real Campus, une école bien dans son époque.

Décideurs. Real Campus a accueilli sa première promotion en janvier 2019. Pourquoi, en ouvrant cette école dédiée à la coiffure et à l’entreprenariat, L’Oréal décide de franchir le pas de la formation initiale ?

Natalie Roos. Pour tirer l’ensemble de la profession vers le haut. Signe que la filière manque d’attractivité, 10 000 postes de coiffeurs sont aujourd’hui vacants en France. Pour un jeune de 15 ans, devenir coiffeur demeure une lourde décision à prendre, car la profession est insuffisamment valorisée. Or, le nom de L’Oréal fournit une caution incroyable aux étudiants ou aux parents qui hésiteraient à aller à l’encontre de leurs préjugés.

Les enseignements du CAP de coiffure vous paraissent-ils inadaptés ?

La filière se renouvelle très lentement. Mais le bachelor « Coiffure et Entreprenariat » ne concurrence pas directement les CFA puisqu’il se situe à un niveau d’études supérieur. Real Campus s’inspire de l’école hôtelière de Lausanne qui propose un cursus centré autant sur les bonnes pratiques professionnelles que sur les compétences managériales. Plutôt que de combler directement le déficit de coiffeurs, nous souhaitons former de vrais entrepreneurs de la coiffure capables d’innover et de revaloriser le métier.

Qu’entendez-vous par « entrepreneur de la coiffure » ?

Aujourd’hui, un coiffeur ne doit pas juste savoir couper les cheveux, il doit proposer à ses clients une expérience complète, qui mérite que l’on se déplace jusqu’à lui. Pour bâtir ce programme, nous avons travaillé en concertation avec l’Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC) ainsi qu’avec le Conseil national des entreprises de coiffure (CNEC). Le bachelor se fonde sur cinq blocs de compétences : la technique, la signature propre à chaque artisan ou à chaque projet, la stratégie marketing, digitale et commerciale, la gestion classique d’un compte d’exploitation adaptée au salon et les ressources humaines. Mais la pédagogie est centrée sur l’expérience client, une approche indispensable pour affronter les grandes transformations induites notamment par l’arrivée du digital.

Quelle réponse apportez-vous à la question de la personnalisation de la formation ?

C’est tout l’enjeu de la prochaine rentrée. Les étudiants de Real Campus présentent des profils divers. Certains sont déjà titulaires d’un brevet professionnel ou du baccalauréat, d’autres se trouvent en situation de reconversion. La personnalisation s’impose. Le cursus commence par un« bootcamp », une formation accélérée aux rudiments techniques du métier pour les étudiants qui n’y ont jamais été initiés, et nous prévoyons prochainement de mettre en place des groupes de niveaux d’anglais. Par ailleurs, tous les projets entrepreneuriaux font l’objet d’un suivi individuel par l’intermédiaire d’un système de parrainage.

Que vous reste-t-il à finaliser pour atteindre votre rythme de croisière ?

L’ensemble du cursus reste à planifier sur les trois ans que dure le bachelor ou sur un format plus court. À plus long terme, nous espérons pouvoir labelliser le programme et permettre à d’autres écoles de le proposer, tout en laissant la certification sous notre responsabilité.

Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nathalie Fontaine (Renault Trucks) : « Nous avons tous des connaissances à partager »

Nathalie Fontaine (Renault Trucks) : « Nous avons tous des connaissances à partager »

Chez Renault Trucks, devenir une entreprise apprenante est une réflexion de longue date. Pour Nathalie Fontaine, directrice des compétences et du déve...

RH : s’adapter pour garder le Nord

RH : s’adapter pour garder le Nord

La stupeur causée par la brutalité de la crise du Coronavirus est passée. Nous sommes aujourd’hui dans un monde où les cartes ont été rebattues… Un mo...

Comment encourager les femmes à dynamiser leur carrière ?

Comment encourager les femmes à dynamiser leur carrière ?

Si la place des femmes dans la société semble être aujourd’hui un sujet d’arrière-garde, celui de la mixité au sommet des entreprises est bel et bien...

V. Vuillod (Coca-Cola): "Je vise 2023 pour parvenir à la parité!"

V. Vuillod (Coca-Cola): "Je vise 2023 pour parvenir à la parité!"

Avec un score de 98/100 à l’Index Égalité femmes-hommes, Coca-Cola European Partners France fait figure de bon élève. Entretien avec la DRH France du...

Jean-François Ode (Aviva) : « Le télétravail génère de la monotonie que nous combattons »

Jean-François Ode (Aviva) : « Le télétravail génère de la monotonie que nous combattons »

La crise sanitaire et le confinement de l’ensemble de la population ont nécessité une généralisation du télétravail. Jean-François Ode, DRH d’Aviva Fr...

Partout en Europe, un dialogue social maintenu pendant la crise

Partout en Europe, un dialogue social maintenu pendant la crise

Un dialogue social de qualité dans l’entreprise suppose des échanges nourris et réguliers entre l’employeur et les représentants du personnel, chose q...

Maxime Aiach (Groupe Domia) : « IK a plus été un associé qu’un actionnaire pour nous »

Maxime Aiach (Groupe Domia) : « IK a plus été un associé qu’un actionnaire pour nous »

Dans une France confinée, les services à la personne doivent s’adapter au numérique quand cela est possible ou supporter la crise lorsqu’il n’y a pas...

Alternance : l’entreprise au coeur de la réforme

Alternance : l’entreprise au coeur de la réforme

La loi Avenir professionnel a transformé le paysage de l’alternance. Elle permet notamment aux entreprises de combler leur manque de main-d’œuvre en l...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message