N. Charles (ULI France) : "Des fondamentaux comme la mixité vont sortir renforcés de cette crise sanitaire"

Alors que chacun s’interroge sur les conséquences de la crise sanitaire et du confinement sur la fabrique de la ville, Nathalie Charles, présidente d’ULI France et global head of investment management de BNP Paribas Real Estate, livre ses premières réflexions à Décideurs.
Nathalie Charles (©D.R.)

Alors que chacun s’interroge sur les conséquences de la crise sanitaire et du confinement sur la fabrique de la ville, Nathalie Charles, présidente d’ULI France et global head of investment management de BNP Paribas Real Estate, livre ses premières réflexions à Décideurs.

Décideurs. Quels premiers enseignements tirez-vous de la crise sanitaire et du confinement ?

Nathalie Charles. La fabrique de la ville est à l’arrêt de façon assez forte du fait de la problématique liée au processus d’instruction des autorisations administratives et des chantiers qui ont été arrêtés pendant plusieurs semaines. Cet énorme coup d’arrêt vient s’ajouter à l’impact des élections municipales, période pendant laquelle les démarches administratives avancent plus lentement qu’en cours de mandat. Le redémarrage de l’activité est quant à lui progressif à cause de la crise sanitaire. C’est valable en France mais aussi dans les autres pays où l’association ULI est active, à l’exception de l’Allemagne où les chantiers ne se sont pas arrêtés. Il est donc trop tôt pour tirer des enseignements sur l’impact de la crise sanitaire et du confinement au niveau de la fabrique de la ville.

Quel pourrait être le rôle de la fabrique de la ville dans la relance économique ? 

L’ensemble de notre secteur a un poids important dans l’économie. Il sera donc important dans la relance, d’autant qu’il répond à des besoins essentiels. Des fondamentaux comme la mixité vont sortir renforcés de cette crise sanitaire. Pendant le confinement, la taille des logements et la distance entre les commerces et les lieux de vie ont remis en exergue les inégalités sociales. Nous devrons en tenir compte pour adapter et penser la ville de demain. ULI étant une association qui rassemble des acteurs du public et du privé pour partager leurs expériences, nous contribuons à la réflexion sur ces questions.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait-elle faire évoluer à moyen terme les grands principes de fonctionnement de la fabrique de la ville selon vous ?

Nous avons besoin de simplification et d’agilité pour pouvoir améliorer notre capacité d’adaptation. Par ailleurs, le dialogue entre les différentes strates de la ville, de l’agglomération à l’immeuble, doit être renforcé car c’est le meilleur moyen de résoudre les problématiques actuelles et celles de demain. N’oublions pas enfin que nous devons faire avec le bâti existant. Nous devons coupler les idées innovantes avec la capacité de réalisation pour atteindre nos objectifs. Cela prendra naturellement du temps.

Concernant des sujets comme le télétravail, nous ne disposons pas encore d’arguments étayés pour savoir si cette pratique se diffusera massivement et durablement ou si son utilisation généralisée pendant le confinement restera un épiphénomène. Il est donc difficile de mesurer l’impact qu’elle pourrait avoir sur l’urbanisme, la mixité, les quartiers d’affaires… Quant aux conséquences sur la métropolisation, de nombreuses tendances contradictoires sont à l’œuvre actuellement. Impossible de savoir pour le moment celle qui prendra le pas sur les autres. Seule certitude, la poussée viendra des nouvelles générations comme cela a toujours été le cas. Et n’oublions pas que l’homme est un animal sociable. Il n’est pas fait pour vivre en ermite durablement. Le besoin d’avoir une ville qui se développe va donc perdurer.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire P. Colomer : "Je travaille sur un moyen de quantifier la baisse des valeurs locatives à partir des flux de personnes" C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société"
La veille urbaine du 22 mai 2020

La veille urbaine du 22 mai 2020

Les déménagements et visites immobilières désormais autorisés en dehors de son département et à plus de 100km de sa résidence, Damien Nerkowski nommé...

La veille urbaine du 20 mai 2020

La veille urbaine du 20 mai 2020

Les AG de copropriété qui pourront se tenir de manière dématérialisée, l'usage du vélo en forte hausse, le lancement du fonds M Capital en France, Mey...

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

Malgré les difficultés économiques provoquées par les mesures de confinements imposées pour enrayer l’épidémie de Covid-19, les sociétés de gestion im...

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entreprise"

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entrep...

Alors que les rapports entre les bailleurs et les locataires sont au cœur de l’attention, Gilles Allard, président de l’Association des directeurs imm...

La veille urbaine du 19 mai 2020

La veille urbaine du 19 mai 2020

Le CNCC, Procos et l’Alliance du commerce qui demandent la réouverture des centres de plus de 40 000 m², Beaugrenelle autorisé à ouvrir, Panhard qui r...

La Justice donne du poids aux revendications des partisans de la réouverture des grands centres

La Justice donne du poids aux revendications des partisans de la réouverture des grands centres

Le centre commercial Beaugrenelle a obtenu du Tribunal administratif de Paris la suspension immédiate de l’arrêté de fermeture dont il faisait l’objet...

Régulation des activités économiques : la protection du climat devient centrale

Régulation des activités économiques : la protection du climat devient centrale

Huit autorités administratives ou publiques indépendantes profitent de cette période inédite de crise sanitaire pour faire évoluer leurs actions en fa...

La veille urbaine du 18 mai 2020

La veille urbaine du 18 mai 2020

Intu qui négocie avec ses prêteurs pour sa survie, Novaxia qui lance le chantier du « Wonder Building » avec la Banque des Territoires, Total qui atta...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message