Antoine Rondeau (cordonnier) « Mon luxe, c’est l’indépendance »

Sa gouaille éminemment sympathique et son professionnalisme ont conquis les personnalités de tous bords comme les anonymes 
du quartier. Rencontre avec le cordonnier Antoine Rondeau.
Antoine Rondeau, cordonnier de l’Atelier d’Antoine

Sa gouaille éminemment sympathique et son professionnalisme ont conquis les personnalités de tous bords comme les anonymes du quartier. Rencontre avec le cordonnier Antoine Rondeau.

Décideurs. Comment devient-on « ­Meilleur cordonnier de Paris » élu par le magazine Vogue ?

 Antoine Rondeau. Sans y prêter vraiment attention ! Le trophée est exposé dans ma boutique. Ce n’est pas de la prétention, c’est plutôt de l’ambition. Ce qu’il faut, c’est réussir à durer, comme je le fais depuis 35 ans. Et dire que j’ai mis dix ans, à mes débuts, avant d’oser dire ce que je faisais comme métier !

 Vous êtes nantais d’origine. Comment êtes-vous arrivé rue de Miromesnil ?

J’ai arrêté l’école à 14 ans pour entrer en apprentissage et passer mon CAP. Je suis passé par l’Angleterre puis l’Espagne avant de m’installer à Paris en 1984. Un an plus tard, j’ai commencé à cette adresse pour un remplacement de trois mois… Et je suis toujours là ! J’ai d’abord été salarié, puis gérant, à nouveau salarié, et j’ai fini par acheter en 1996. À l’époque, il y avait peu de cordonneries haut de gamme. Aujourd’hui, nous sommes une dizaine. Mon luxe, c’est l’indépendance.

 Pour quelles spécialités vient-on jusque chez vous ?

Pour toute prestation classique. ­Talons, patins… Mais en particulier pour le ressemelage cuir, les teintures et la restauration des mocassins à picots, comme les Tod’s, que personne d’autre ne veut réparer.

 Quelle est votre clientèle ?

Je m’occupe aussi bien du gardien d’immeuble que du P-DG en passant par l’employé de bureau. Je fais en sorte qu’ils se sentent bien chez moi. Tout le monde est de la même façon, que ce soit la boulangère ou Nicolas Sarkozy, dont je m’occupe depuis bientôt vingt ans.

À l’instar des barbiers, on assiste à un retour de votre métier sur le devant de la scène depuis quelques années. En quoi a-t-il changé depuis vos débuts ?

On ne peut plus faire ce que l’on veut, comme refuser une prestation. On se doit de toujours dire oui au client. Là, je viens d’accepter une paire de bottes Free Lance… La prestation s’annonce beaucoup plus chronophage que je ne l’avais estimée. J’y passerai des heures, mais c’est ainsi. Quant à la vogue de la patine et du glaçage, qui s’est beaucoup développée ces derniers temps, je l’observe avec circonspection. Il n’y aura pas la place pour tout le monde. Gare à la casse d’ici deux ans… Moi, j’ai choisi mon camp. Je préfère le travail au bichonnage.

 À 56 ans, comment envisagez-vous l’avenir de L’Atelier d’Antoine ?

 Croyez-le ou non, le futur de la cordonnerie appartient aux femmes. La plupart des C.V. que je reçois viennent de candidates diplômées jusqu’à Bac + 5. Avec mon employée Zoé, que j’ai commencé à former il y a dix ans, j’ai le projet de m’associer pour une deuxième boutique. Je veux me développer, pas me reposer. Je cherche à lancer la cordonnerie au féminin, en veillant ‒ pourquoi pas ? ‒ sur plusieurs ateliers, un peu comme Charlie au milieu de ses Drôles de Dames ! (rires)

 Des regrets ?

Je n’ai pas réussi à avoir Macron. Il a une garde trop rapprochée. C’est dur de se faire connaître auprès de lui. J’aurais aussi aimé avoir Johnny Hallyday, mais je m’y suis pris trop tard…

 Une déformation professionnelle ?

Je commence toujours par regarder les chaussures des gens. Un peu comme un coiffeur regarde une coiffure pour vérifier si c’est bien fait et… Si le client n’est pas allé voir ailleurs !

Trois indiscrétions sur Antoine…

- Il roule en Harley Davidson.

- Il pratique la méditation.

- En 1987, dans son atelier, il confectionne pour son plaisir une botte miniature. Une cliente lui donne son numéro de téléphone : « Rappelez-moi quand elle sera terminée ». Il ne le sait pas encore, mais c’est la directrice France du Livre Guinness des records. Antoine se voit dans la foulée décerner le record de la plus petite botte du monde !

 Guillaume Tesson

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Président du directoire de Bénéteau, Hervé Gastinel revient sur la culture de ce groupe au positionnement unique qui propose « de l’inaccessible au...

Au volant avec Jacques Séguéla

Au volant avec Jacques Séguéla

Pour Décideurs Magazine, Jacques Séguéla, publicitaire et pilote chevronné a essayé le Citroën SUV C5 Aircross. Voici son verdict.

Louis Vuitton, voyage dans le temps

Louis Vuitton, voyage dans le temps

Le célèbre malletier a su se faire une place au zénith de la haute horlogerie en moins de vingt ans. Retour sur un succès annoncé.

J.M. Weston, l'artisan du temps long

J.M. Weston, l'artisan du temps long

Symbole d’un luxe « fait pour servir » et d’une élégance intemporelle, J.M. Weston cultive depuis plus d’un siècle le goût des choses qui durent et du...

Au volant du Maserati Levante

Au volant du Maserati Levante

Puissant, racé et authentique, le Maserati Levante porte haut les couleurs de l’Italie grâce au savoir-faire historique de la firme au trident. La sob...

Paul-Charles Ricard (Distillerie Générale) : "Derrière les grandes marques, il y a des artisans passionnés"

Paul-Charles Ricard (Distillerie Générale) : "Derrière les grandes marques, il y a des artisans pass...

Paul-Charles Ricard trace un nouveau sillon en parallèle de ses fonctions d’administrateur de la SA Paul Ricard. Son credo : la quête de spiritueux ul...

Karin Nebot (Kaviari) : "La traçabilité est en cœur de notre démarche"

Karin Nebot (Kaviari) : "La traçabilité est en cœur de notre démarche"

Du caviar sauvage au caviar d’élevage, l’entreprise poursuit, depuis quatre décennies, une culture d’excellence et de transmission. Rencontre avec Kar...

Mes chaussettes rouges, une pointure

Mes chaussettes rouges, une pointure

Il y a bientôt dix ans, Vincent Metzger et son associé Jacques Tiberghien fondaient leur site de vente en ligne spécialisé dans la chaussette haut de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message