M. Cohen (Groupama) : "Nous avons, en moyenne, 5 à 6 % de nos actifs exposés en actions"

Le directeur des opérations financières et des investissements de Groupama, Mikaël Cohen nous fait part de sa « relative prudence » sur les marchés actions, en raison notamment de l’influence des banques centrales et des risques pesant sur les relations commerciales entre les Etats-Unis et l’Europe.
Mikaël Cohen

Le directeur des opérations financières et des investissements de Groupama, Mikaël Cohen nous fait part de sa « relative prudence » sur les marchés actions, en raison notamment de l’influence des banques centrales et des risques pesant sur les relations commerciales entre les Etats-Unis et l’Europe.

Décideurs. L’évolution des marchés actions est aujourd’hui étroitement liée à l’environnement de taux. Cela influence-t-il votre politique d’investissement ?

Mikaël Cohen. L’élément déterminant du rebond du début d’année a été le changement de ton et de comportement des banques centrales aux États-Unis et en Europe. Nous sommes donc très attentifs à leurs messages. Je ne pense cependant pas que les banques centrales soient entrées dans un nouveau cycle d’assouplissement. Elles sont plutôt dans une phase de pause. D’autres éléments sont de nature à influencer les marchés actions. Si les investisseurs ont toujours les yeux braqués sur les négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis, ils semblent aujourd’hui avoir déjà acheté le principe d’un accord entre ces deux superpuissances. L’ouverture d’un nouveau front entre les Etats-Unis et l’Europe pourrait toutefois prendre le relais. Le Brexit semble, quant à lui, peu visible outre-Atlantique. Le niveau de la conjoncture chinoise inquiète également les investisseurs mais il semble que les mesures prises par le gouvernement chinois portent leurs fruits. Enfin, il n’y a pas eu de mauvaises nouvelles concernant les publications des résultats des entreprises. Tout cet environnement se traduit néanmoins par une relative prudence de notre part sur les marchés actions.

Les valorisations actuelles des marchés actions sont-elles soutenables ?

Les valorisations actuelles ne sont pas anormales. Nous ne sommes pas dans une situation comparable aux années 2000 ou à 2007. Avec un price earning ratio (PER) de 15 en Europe, un niveau proche de la moyenne historique, nous ne pouvons pas dire que les marchés soient surévalués. Ce ratio cours/bénéfices doit aussi s’analyser par rapport aux taux d’intérêt. Or ces derniers n’ont jamais été aussi bas. C’est donc très compliqué aujourd’hui d’être sous-exposé en actions. Alléger son portefeuille serait également coûteux en termes de rendement. Le rendement des dividendes des actions de la zone euro est supérieur à 3 %, alors que conserver des liquidités coûte de l’argent. Aujourd’hui, Groupama a, en moyenne, 5 % à 6 % de ses actifs exposés en actions ce qui est plutôt dans le bas de fourchette des comparables.

« Pour l’investissement obligataire, le maître mot est la diversification »

Quels sont vos choix d’investissement sur les marchés actions ? Quelle diversification apportez-vous à vos portefeuilles, malgré les contraintes réglementaires qui pèsent sur votre activité ?

L’idée est de tendre vers une poche action plus diversifiée géographiquement, quand bien même il y aurait un risque de devise qui serait coûteux en capital. Mais nous estimons, comme de nombreux confrères, que la différence de valorisation entre les marchés européens et américains est importante qu’il reste plus pertinent de rester davantage pondérés sur celui de la zone euro pour le moment.

Quelle est votre position sur le crédit ? Quels sont vos critères pour composer votre poche crédit Investment Grade et High Yield ? Quelle est votre stratégie d’investissements sur les obligations émergentes ?

Nous avons trois poches d’investissement distinctes pour le crédit : les obligations gouvernementales, les obligations Investment Grade et enfin les obligations High Yield et émergentes. Cette dernière poche n’étant pas considérée comme stratégique, nous pouvons en sortir complètement si nous l’estimons nécessaire. Concernant plus spécifiquement la dette émergente, nous privilégions les obligations d'État au détriment des corporates. Les facteurs de risque à surveiller particulièrement en fonction de l’économie des pays émergents sont le dollar (monnaie dans laquelle ils s’endettent souvent) et les matières premières pour ceux qui en sont exportateurs.

Les obligations High Yield sont sensibles aux mêmes facteurs de stress que les actions et à l’aversion globale au risque. Pour ces catégories d’actifs, nous prenons en compte la liquidité, très faible dans ces marchés, dans le dimensionnement de nos investissements.

Dans le crédit, où le gain potentiel est limité par nature, le maître mot est la diversification. Cela passe par des règles de dispersion par émetteurs, pays etc.

Propos recueillis par Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau Initiative France accompagne les entreprises pour traverser cette période inédite. Son président, Gu...

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte