Microsoft, le Gafam exemplaire ?

Alors que l’image des Gafam est entamée par les scandales, Microsoft, dont la valorisation boursière dépasse les 1000 Mds$, préserve sa réputation.

Alors que l’image des Gafam est entamée par les scandales, Microsoft, dont la valorisation boursière dépasse les 1000 Mds$, préserve sa réputation.

Deux études viennent de confirmer le retour en grâce de Microsoft. Le géant américain arrive en tête d’une enquête réalisée par Odoxa portant sur l’image que les Français ont des Gafam. Une bonne opinion confirmée par le sondage Axios-Harris Poll 100 qui analyse la cote de popularité des 100 entreprises les plus visibles de la planète. Alors que le secteur des « techs » souffre d’une image de plus en plus dégradée, Microsoft sort son épingle du jeu en se classant en neuvième position, loin devant Netflix (24), Apple (32), Google (41) et surtout Facebook (75).

Nouvelle virginité

Une véritable réussite pour une entreprise qui a pourtant endossé le rôle de grand méchant technologique des années 1990. Et dont le fondateur et ex-PDG, Bill Gates, a longtemps incarné le milliardaire sans scrupule avant de s’offrir une nouvelle virginité médiatique en lançant la Bill & Melinda Gates Foundation et en finançant des œuvres humanitaires.

Microsoft a été – relativement – épargné par les principaux scandales qui ont émaillé l’actualité technologique au cours des derniers mois. Harcèlement sexuel, pratiques douteuses de management, utilisation et mauvaise protection des données personnelles, optimisation fiscale, abus de position dominante, mépris de la vie privée, accointance avec des partis politiques ou des pays étrangers, collaboration avec des régimes autoritaires… Les accusations portées à l’encontre des grands noms de la tech ne manquent pas. Et certains, Facebook en tête, en paient les conséquences.

Déminer

Si Microsoft ne fait pas partie des cibles les plus visées, c’est que l’entreprise a entrepris, en amont, de déminer certains sujets. En février 2019, le groupe de Satya Nadella faisait face à la contestation d’une partie de ses employés qui lui reprochaient d’avoir remporté un appel d’offres de l’armée américaine. Microsoft fournira 100 000 casques de réalité mixte, le HoloLens, destinés à améliorer la capacité de frappe des soldats. En clair, leur permettre de mieux tuer. Un contrat – de 479 millions de dollars – qui a été maintenu malgré la pression interne et dont les dommages collatéraux en matière d’image ont été contenus.

Microsoft, sous la houlette de son PDG Satya Nadella, s’est en effet efforcée de promouvoir une vision éthique des nouvelles technologies. Dès 2016, le PDG s’emparait de ces questions dans une lettre ouverte aux salariés et créait, en 2018, Aether, un comité de surveillance des questions liées à l’IA au sein de l’entreprise. Contrairement à Google dont les tentatives pour rassurer sur les évolutions et les utilisations de l’IA sont considérées comme peu crédibles, l’engagement de Microsoft porte ses fruits. L’entreprise a ainsi demandé au Sénat américain de réguler le recours à la reconnaissance faciale et ce alors que Google acceptait de participer au projet Maven du département de la Défense américain, un projet utilisant l’IA pour identifier des cibles et pouvant servir aux frappes de drones.

Inspiration

Microsoft se sert ainsi de grandes causes pour soigner son image. Dotée d’un Chief Environmental Officer, le groupe a annoncé s’être fixé comme objectif une réduction de 75 % de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 et 60 % de la consommation électrique de ses data centers proviendront, à la fin de l’année, de sources d’énergies renouvelables. Microsoft n’hésite pas non plus à promouvoir les usages positifs de ses technologies, mettant par exemple l’accent sur le rôle environnemental de l’intelligence artificielle (IA), que l’on parle de modélisation climatique, d’assistance aux agriculteurs dans une meilleure gestion des cultures et de l’irrigation ou encore de consommation électrique intelligente.

Une stratégie qui fait des envieux du côté des autres Gafam. Le site The Information rapporte ainsi que Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, est allé chercher de l’inspiration et des conseils auprès de Bill Gates mais aussi de Brad Smith, le président et le directeur juridique de Microsoft –un des artisans de la nouvelle image de l’entreprise depuis ses déboires avec la justice américaine et l’enquête antitrust dans les années 1990.

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sortie du livre "Le Délégué à la Protection des Données en action"

Sortie du livre "Le Délégué à la Protection des Données en action"

Paru à la Revue Banque de l'Essentiel intitulé "Le Délégué à la Protection des Données en action", auquel a participé Mathias Avocats, cabinet spécial...

J.-C. Rolland (CNCPI) : "Le rôle de Paris doit être le plus fort possible dans la future Juridiction Unifiée du Brevet"

J.-C. Rolland (CNCPI) : "Le rôle de Paris doit être le plus fort possible dans la future Juridiction...

Élu le 3 décembre 2020, Jean-Christophe Rolland a pris ses fonctions de président de la CNCPI, la Compagnie nationale des conseils en propriété indust...

T. Hulot (Merck) : " L'accès à la technologie et à l’innovation médicale est un sujet clef sur lequel la France est en retard"

T. Hulot (Merck) : " L'accès à la technologie et à l’innovation médicale est un sujet clef sur leque...

Fort de ses 25 ans d’expérience au sein du groupe allemand Merck, Thierry Hulot préside la filiale française de l’entreprise depuis 2017. Pharmacien d...

N.Hammer (Critizr) : "91% des retailers interrogés ont déclaré que le coronavirus a eu un impact sur leurs parcours clients"

N.Hammer (Critizr) : "91% des retailers interrogés ont déclaré que le coronavirus a eu un impact sur...

Comment le coronavirus a-t-il remodelé le paysage du retail et les parcours clients en France et au Royaume-Uni ? Quelles prédictions en tirer pour...

Marguerite Brac de La Perrière rejoint Lerins & BCW

Marguerite Brac de La Perrière rejoint Lerins & BCW

Après dix années passées au sein du cabinet Alain Bensoussan Lexing dans lequel elle a créé puis dirigé le département santé numérique, Marguerite Bra...

P. Faure (Inpi) : "Le rythme des dépôts de marques est supérieur à 2019 depuis le mois de mai 2020"

P. Faure (Inpi) : "Le rythme des dépôts de marques est supérieur à 2019 depuis le mois de mai 2020"

Depuis le début de la crise et grâce à des procédures 100% dématérialisées, l’Inpi a su maintenir le lien et accompagner les porteurs de projets innov...

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour nous en ces temps troublés"

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour no...

Le groupe PSA a retrouvé sa place de 1er déposant de brevets en 2019 dans le célèbre palmarès de l’INPI, devant Valéo, Safran, le CEA et Renault, pour...

Big Techs vs Wealth Managers ou David contre Goliath? Le combat ne fait que commencer !

Big Techs vs Wealth Managers ou David contre Goliath? Le combat ne fait que commencer !

À l’heure où les algorithmes des Big Techs régissent les données récoltées et retraitées à des fins patrimoniales, comment les Wealth Techs peuvent ti...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte