Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter

Microsoft a bien failli se faire bousculer par plus agile. Comment le géant de Redmond est-il parvenu à inverser la tendance ? La réponse tient en deux mots : growth mindset. Zoom sur cette dynamique de l’apprentissage insufflée par le CEO, Satya Nadella.

Microsoft a bien failli se faire bousculer par plus agile. Comment le géant de Redmond est-il parvenu à inverser la tendance ? La réponse tient en deux mots : growth mindset. Zoom sur cette dynamique de l’apprentissage insufflée par le CEO, Satya Nadella.

Les entreprises les plus révolutionnaires peuvent, au fil du temps, s’endormir sur leurs lauriers et adopter un mode de management bureaucratique. Puis perdre leur ADN et se retrouver menacées par de nouveaux venus aux dents longues. C’est exactement le cas de Microsoft, pionnier de l’informatique qui, au cours des années 2010, a perdu l’esprit d’innovation initialement insufflé par Bill Gates. Heureusement, la firme de l’État de Washington est parvenue à se remettre en question pour retrouver l’esprit pionnier des débuts. Au point de devenir un maillon incontournable des Gafam qui, désormais, dominent l’économie mondiale. Retour sur les pratiques d’un géant endormi qui s’est autodisrupté.

Un géant aux pieds d'argile

Pour s’en convaincre, il suffit de prendre l’exemple de Microsoft. Au moment du départ de Steve Ballmer, en 2014, qui aurait parié une seule pièce sur une société de l’avis de tous déclinante et à l’ambiance interne mortifère ? Peu de monde. Les années 2000 ont sonné le glas de l’âge d’or. Bing ne parvient pas à anéantir le moteur de recherche de Google. Zune ne fait pas le poids contre l’IPod d’Apple. Microsoft ne peut enrayer la chute d’Explorer face à Chrome ni endiguer la fuite des cerveaux. La faute à quoi  ? Au management qui préfère les "lèche-bottes" aux bonnes idées, mais pas seulement. C’est son état d’esprit fixe, ou fixed mindset, qui a empêché Microsoft d’anticiper les tournants majeurs que sont le Web et le mobile.

Satya Nadella est parvenu a identifier les freins qui bloquaient Microsoft

Ce frein, un homme a su particulièrement bien l’identifier : Satya Nadella, le successeur de Steve Ballmer. Pur produit de la maison fondée par Bill Gates, l’ingénieur indien a consacré sa première année en tant que CEO à poser les jalons d’une stratégie mobile and cloud first. Il a surtout pris le temps d’écouter les employés de la firme de Redmond afin de renouer avec la raison d’être de Microsoft, à savoir "changer le monde", "concevoir des produits qui soient source d’empowerment". Mais, les intentions, aussi louables soient-elles, ne sauraient suffire. Pour se donner les moyens de ses ambitions, Microsoft devait, selon lui, transformer radicalement sa culture d’entreprise.

Changer d'état d'esprit

Nadella s’est donc entouré d’une "senior leadership team" capable de "se pencher sur les problèmes des uns et des autres, de promouvoir le dialogue et d’être effective". Mais, il a surtout trouvé sa plus grande source d’inspiration dans les travaux de la chercheuse en psychologie Carol Dweck, lui empruntant sa notion de "growth mindset" ou théorie de l’apprentissage de développement. Comme l’explique Stijn Nauwelaerts, Corporate Vice President Human Resources chez Microsoft, une "growth mindset" repose sur la conviction que "chacun d’entre nous, à n’importe quel moment de sa vie, peut apprendre, grandir et se développer".

"Ne pas se sentir obligé de viser la perfection"

Autrement dit, cet état d’esprit refuse tout déterminisme. Ce qui suppose aussi de rompre avec une posture de sachant pour embrasser une attitude d’apprenant. La garde rapprochée de Satya Nadella a donc œuvré à créer un espace dans lequel les collaborateurs de Microsoft s’estiment suffisamment en sécurité pour "ne pas se sentir obligés de viser la perfection". L’enjeu ? Préférer au succès les challenges pour faire bouger les statu quo en expérimentant, en acceptant l’échec et en l’utilisant pour s’améliorer.

Le chef donne l'exemple

Ce fut le cas par exemple avec Tay, le chatbot conçu par les chercheurs du laboratoire Microsoft’s Future Social Experiences (FUSE). L’intelligence artificielle intégrée dans le chatbot a très vite échappé à ses créateurs. Tay s’est, en effet, mis à proférer des insultes en réponse à la rhétorique haineuse, raciste et sexiste diffusée sur son compte Twitter par des trolls. L’humiliation passée, les équipes ont donné naissance à Zo, petit frère de Tay mais plus résistant aux trolls.

Le changement de mentalité ne serait pas complet si la nouvelle culture n’était pas incarnée au plus haut niveau. Car, le patron lui-même n’est pas à l’abri de commettre des erreurs. Comme ce jour où, lors d’une conférence, le CEO a conseillé aux femmes qui n’osaient pas demander une augmentation de se montrer patientes… Au mépris de la réalité des inégalités salariales. Plutôt que de tenter de se dédouaner, Nadella a reconnu qu’il n’était pas exempt de biais, promettant de transformer cet épisode en levier d’apprentissage.

Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership : ces stratèges qui disruptent leur secteur

Entrepreneurs visionnaires, ils sont à l’origine de ruptures technologiques profondes. Comment les patrons de Netflix, d’Alan ou encore de Tesla ont-ils réussi à mettre leurs idées en musique, mais aussi à fédérer des équipes autour de projets qui, au départ, pouvaient paraître fous ?
Sommaire Netflix, les clés du succès Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu E.Salobir : "Les dirigeants de la Silicon Valley fonctionnent comme des chefs de clan" P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché" F. Mazzella (BlaBlaCar) : "Si je n’apprends pas, je me fane" F. Arata (LinkedIn) : "Nous sommes incités à nous comporter comme des entrepreneurs" A. Loesekrug-Pietri (JEDI) : "Ce qui importe c’est de se projeter dans le coup d’après" F. Dupré (Medtronic) : "Nous nous attachons à insuffler une culture de l’essai" Sartorius Stedim Biotech, la pépite franco-allemande de la santé
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte