Micro-learning, social learning, immersive learning : de quoi s’agit-il ?

Micro-learning, social learning, immersive learning : de quoi s’agit-il ?

Si les MOOC disruptaient le secteur de la formation il y a de cela quelques années, à présent serious game, micro-learning, mobile learning ou encore social learning se trouvent sur le devant de la scène. Quelles pédagogies se cachent derrière ? Explications.

La formation continue des collaborateurs représente aujourd’hui la priorité de toutes les directions Learning des entreprises. Les solutions de formation se multiplient et le digital offre une innovation permanente en la matière. Cependant, il est parfois difficile de s’y retrouver.

Micro-learning... ou learning nuggets

Le micro-learning, plus personne ne semble pouvoir s’en passer. Construit sur un modèle d’apprentissage via des modules courts : de 20 secondes à 5 minutes, son adaptabilité rencontre un réel succès. Les modules de micro-learning répondent parfaitement au besoin et à la disponibilité des apprenants. Son adage : ATAWAD pour “Anytime, Anywhere, Any device“. Partout, tout le temps, de n’importe quel support numérique, l’apprenant peut piocher au sein des contenus numériques proposés. Leur consommation rapide et sans contrainte explique l’autre nom employé au sujet du micro-learning, le “learning nugget“.

L’envie de l’apprenant constitue donc le fil conducteur du micro-learning : tout est à sa disposition, accessible immédiatement et selon les appétences de ce dernier. Parfait pour convenir à l’emploi du temps des collaborateurs, le micro-learning n’est en soi pas nouveau mais sa popularité ne cesse de croître. Le séquençage de l’apprentissage en durée courte porte ses fruits et engage davantage l’apprenant qui se trouve alors plus acteur de sa formation. Nul doute que les “learning nuggets“ vont continuer à séduire et faire parler d’eux.

Social learning : boosté par la crise sanitaire

Accéléré par la pandémie qui a pu isoler les apprenants, le social learning apparaît comme la nouvelle tendance de l’année 2022. Inspiré par les travaux du psychologue canadien Albert Bandura, le social learning place l’apprenant comme propre acteur de sa formation. Fini l’apprentissage scolaire descendant du professeur à l’élève, bienvenu dans l’ère de l’apprentissage collaboratif. Axé sur les données de neurosciences estimant que 20 % de nos savoirs sont acquis par l’interaction contre 10 % de façon formelle, le social learning incite à l’apprentissage par l’échange. Plus besoin de disposer de formateurs externes, les apprenants créent leurs propres contenus de formation et le partagent à la communauté.

Recréant le système des réseaux sociaux, ces solutions s’avèrent cependant d’une grande efficacité lorsqu’elles s’intègrent dans un écosystème de formation plus global et donc souvent au sein du LMS de l'entreprise. Hamza Sbaa, head of marketing chez Beedeez explique que “le social learning répond au besoin d’engagement des collaborateurs et facilite la production de contenu de formation toujours onéreuse pour une entreprise“.

Gamification ou comment gagner en confiance en soi

Et si l’on apprenait mieux en jouant ? Partant de l’engouement pour les jeux vidéo, nombreux sont les éditeurs de contenu à avoir “gamifié“ les parcours de formation. Conceptualisé par le chercheur américain Clark Abt qui instaura les jeux de société comme méthode d’apprentissage pour les salariés, l’armée américaine fut la première à exploiter le format du jeu vidéo pour attirer de nouvelles recrues. Depuis, le concept séduit et confirme que nous apprenons mieux en jouant qu’en écoutant. Selon le professeur et chercheur américain Edgar Dale, la stimulation et le jeu permettent de retenir 90 % du contenu contre 50 % en écoute/vision et 10 % par la lecture. Au-delà du côté ludique, la gamification possède la vertu de contextualiser l'apprentissage, de retenir la concentration de l’apprenant et d’augmenter son sentiment de réussite. Ainsi, le marché mondial de la gamification s’estimait à 11,94 milliards de dollars en 2021 contre 4,9 milliards en 2016 : un succès indéniable.

"le social learning répond au besoin d’engagement des collaborateurs et facilite la production de contenus de formation toujours onéreuse pour une entreprise "  Hamza Sbaa, Beedeez

Immersive learning : s’exercer à l’infini

Dans le prolongement de l’apprentissage par l’intermédiaire des jeux vidéo, le pouvoir de la réalité virtuelle a vite été adopté comme technique d’apprentissage. Plongé au sein d’un univers fictif, l’apprenant ne craint pas de se tromper et peut aisément se mettre à la place des autres collaborateurs. Autre capacité prisée de l’immersive learning : s’entraîner à des situations dangereuses sans prise de risques ou répéter des gestes avant leur réalisation en contexte réel et donc augmenter la mémoire corporelle. Solution reconnue pour être particulièrement inclusive, elle a les faveurs de nombreuses entreprises qui découvrent des collaborateurs plus engagés et, de ce fait, plus à l’aise lors de la mise en pratique de leurs compétences. Les résultats escomptés sont au rendez-vous : Renault a investi 3 millions d’euros pour doter son centre de visualisation 3D interactif en 2013 et estimait deux ans plus tard avoir déjà économisé 2 millions d’euros. L’immersive learning représente pour la formation professionnelle un véritable bond en avant facilitant encore les mises en condition de l’apprentissage.

Le secteur de la formation apparaît donc friand, à l’écoute, et acteur de sa transformation digitale. Si les neurosciences n’ont pas fini de comprendre les rouages de l’apprentissage, les directeurs de formation ont bien compris l’importance du numérique pour ne pas perdre le rythme.

Elsa Guérin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans les grandes écoles "

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans...

Récemment nommée responsable de l’inclusion et des diversités au sein du groupe Publicis France, Leïla Grison s’empare de ces thèmes avec conviction....

Cyprien Batut :  "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre les emplois"

Cyprien Batut : "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre...

Chercheur affilié à la Chaire Travail de PSE-École d'économie de Paris, Cyprien Batut étudie de près les mutations du secteur de l’emploi avec l’émerg...

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Figure incontournable du management de transition, Karina Sebti a été l’une des premières à reconnaître ce nouveau mode de recrutement comme un avanta...

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entreprise"

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entrep...

ETI internationale familiale fondée en 1922, Socomec vient de célébrer ses cent ans d’existence et d’indépendance. Avec un chiffre d’affaires de 604 m...

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Pour beaucoup d'entre vous, l'heure du grand départ en vacances approche. Avant d'éteindre votre poste, n'oubliez pas de configurer votre messagerie p...

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Le groupe spécialisé dans la mise en relation entre freelances et entreprises annonce la nomination d’un nouveau directeur général pour l’Hexagone.

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages de nos sociétés"

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages...

Paule Boffa-Comby est l’auteur de plusieurs livres sur le leadership et coache les dirigeants. En 2014, elle insuffle le mouvement ReThink&Lead qu...

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

Elior a signé la charte mondiale des Nations unies sur les principes d’autonomisation des femmes (Women’s Empowerment Principles) visant à promouvoir...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message