Michaël Delafosse, la gauche à l’ancienne

Montpellier, septième commune la plus peuplée de l’Hexagone, repasse sous le contrôle du PS. Son nouvel édile ne compte pas transiger avec les valeurs traditionnelles du parti de Jean Jaurès.

Montpellier, septième commune la plus peuplée de l’Hexagone, repasse sous le contrôle du PS. Son nouvel édile ne compte pas transiger avec les valeurs traditionnelles du parti de Jean Jaurès.

Des candidats "antisystème" tels que le milliardaire Mohed Altrad ou l’humoriste Rémi Gaillard, un maire sortant Macron-compatible, un député LREM, trois listes écologistes… Des alliances, des dissidences, des échanges parfois musclés. Et, à la clé, une victoire pour le candidat PS Michaël Delafosse, 43 ans, qui s’impose dans une triangulaire avec 47,22% des suffrages, loin devant Philippe Saurel à la tête de la ville depuis 2014 (34,65%) et l’homme d’affaires franco-syrien (18,12%).

Un parcours classique

Alors que les profils issus de la société civile ont le vent en poupe, le nouveau maire présente un parcours tout ce qu’il y a de plus classique, dans la parfaite tradition du socialisme époque Mitterrand. Professeur d’histoire-géographie dans un collège de la ville, il s’engage au MJS (Mouvement des jeunes socialistes) à 16 ans puis dans le syndicalisme étudiant. Un militantisme loin d’être dilettante puisqu’il devient vice-président de l’Unef-ID à l’âge de 21 ans. Des débuts très proches de nombreuses personnalités de gauche comme Jean-Christophe Cambadélis, Benoît Hamon ou Julien Dray.

Au niveau local, Michaël Delafosse ne tarde pas à gravir les échelons. En 2008, il intègre le conseil municipal de la socialiste Hélène Mandroux au poste d’adjoint à l’urbanisme avant de devenir adjoint à la culture lors de l’élection de Philippe Saurel, ancien membre du parti à la rose, se présentant comme indépendant. En 2015, il fait son entrée au conseil départemental où il est délégué aux finances et aux marchés publics. Une expérience solide qui lui permet de briguer l’hôtel de ville en 2020. Après une campagne réussie, il récolte 16,66% des voix, se plaçant trois points derrière Philippe Saurel, entré tardivement en campagne et handicapé par une blessure au genou qui a entravé ses déplacements.

Tradition socialiste

Le nouveau maire défend une ligne sociale, républicaine et pourfend le communautarisme

Dans l’entre deux-tours, c’est autour de lui que se sont agrégés PCF et EELV, supplétifs traditionnels du PS, à l’époque où le parti régnait en maître sur la gauche hexagonale. Ce qui semble encore le cas à Montpellier où le candidat a pu imposer son programme et sa vision de la société. N’en déplaise à certains, Michaël Delafosse fait partie des représentants du socialisme traditionnel, c’est-à-dire laïque, social et républicain. Défenseur d’une ligne prônant l’intérêt général sur les revendications communautaires ; il s’oppose à la « gauche sociétale » qui prônent plus ou moins ouvertement l’intersectionnalité des luttes et l’instrumentalisation de communautés à des fins électorales. Signaux forts, il a refusé la présence d’une candidate voilée et, pour le second tour, le nom de sa liste avait le mérite de la clarté : « Montpellier, une ville solidaire, écologiste laïque et innovante ».

Son équipe municipale devrait faire la part belle à des représentants de ce socialisme républicain, très présents dans l’Hérault et héritier de l’emblématique Georges Frêche. Un élu qui n’a pas fait carrière à Paris mais qui a régné sans partage sur la ville de 1977 à 2004. Sont notamment pressentis les anciens députés Fanny Dombre-Coste et Christian Assaf, mais aussi Julie Frêche, fille de l’ancien « roi » de la ville. Un casting qui va s’efforcer de montrer que, dans la gauche « d’avant », tout n’est pas à jeter.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Municipales 2020, ce qu'il faut retenir du second tour

Analyse par villes et par partis, portraits, impact sur la politique nationale... Voici les points essentiels à retenir du second tour des élections municipales.
Sommaire Municipales 2020. LREM, la marche avant freinée Municipales 2020 : des résultats locaux qui dessinent la présidentielle de 2022 Qui est Michèle Rubirola, nouvelle maire de Marseille ? Municipales à Strasbourg : Alain Fontanel, le dauphin déchu Remaniement et Édouard Philippe : chacun sa route, chacun son chemin ? Municipales 2020 : ce qu'il faut retenir du second tour Pierre Hurmic, le combat sa nature Jeanne Barseghian, la discrète Grégory Doucet, le manager militant
Marie Lebec (LREM) : "Le plan de relance est l'occasion de moderniser notre économie"

Marie Lebec (LREM) : "Le plan de relance est l'occasion de moderniser notre économie"

Alors que l’exécutif peaufine les détails du plan de relance qui sera présenté le 24 août, la députée LREM des Yvelines Marie Lebec revient sur ses gr...

Rencontre avec Patrick Pelloux

Rencontre avec Patrick Pelloux

Le président du syndicat des urgentistes ne partage pas la satisfaction de ceux qui se félicitent de voir le Ségur de la Santé déboucher sur un accord...

Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "Le véritable défi qui nous attend est celui du monde de maintenant"

Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "Le véritable défi qui nous attend est celui du monde de maintena...

De même qu’il perçoit la crise sanitaire comme une formidable "leçon d’humilité', Geoffroy Roux de Bézieux y voit une 'fenêtre de tir inestimable". Un...

Les responsables politiques toqués de TikTok

Les responsables politiques toqués de TikTok

Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sont déjà présents sur l’appli phare de la jeune génération. Les deux pionniers pourraient être rejoints par d’a...

Gouvernement Castex. Voici les nouveaux secrétaires d’État

Gouvernement Castex. Voici les nouveaux secrétaires d’État

Le gouvernement Castex est enfin au complet avec la nomination de onze secrétaires d’État. Le groupe LREM et les alliés du Modem sont mis à l’honneur.

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’es...

A. Voy-Gillis (June Partners) : "La France est encore une puissance industrielle"

A. Voy-Gillis (June Partners) : "La France est encore une puissance industrielle"

Depuis quelques années l’industrie tricolore est en pleine renaissance. La crise sanitaire pourrait casser ce dynamisme. Si le gouvernement semble avo...

Un ancien du gouvernement Philippe chez Flichy Grangé Avocats

Un ancien du gouvernement Philippe chez Flichy Grangé Avocats

Franck Morel, qui a occupé le poste de conseiller social à Matignon ces trois dernière années, devient associé chez Flichy Grangé Avocats.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message