Mesures de Macron : ce que pense l’opposition

Hausse du Smic, exonération de la CSG pour une partie des retraités, prime de fin d’année, statu quo sur l’ISF… Le président de la République a annoncé des actes forts. Et l’opposition a immédiatement réagi. Florilège.

Hausse du Smic, exonération de la CSG pour une partie des retraités, prime de fin d’année, statu quo sur l’ISF… Le président de la République a annoncé des actes forts. Et l’opposition a immédiatement réagi. Florilège.

Les Républicains

Eric Woerth : Le vice-président du parti et président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale a pris la parole quelques minutes après l’intervention présidentielle. Pour le député de l’Oise, « certaines annonces sont efficaces ». Il pense notamment à la défiscalisation des heures supplémentaires mise en place par Nicolas Sarkozy en 2007 puis supprimée par François Hollande en 2012. En revanche, il dénonce « l’injustice » de la suppression incomplète de la hausse de la CSG qui ne concerne pas tous les retraités. Selon lui, Emmanuel Macron « est aux abois » et « la question se pose : aime-t-il vraiment les Français ? ».

Parti socialiste

Olivier Faure : Le premier secrétaire du parti socialiste a estimé que le président de la République avait présenté des mesurettes et a regretté que « le cap ne soit pas modifié ». Selon lui, il est possible d’aller plus loin : « Il y a 25 milliards d’euros mobilisables de suite. 5 milliards de cadeaux faits aux grandes fortunes et 20 milliards qui correspondent au doublement du CICE. »

Rassemblement national

Gilbert Collard : Le député des Bouches-du-Rhône est très sévère : « Il n’y a pas eu d’électrochoc démocratique. Emmanuel Macron a ressorti la boîte à outils de Hollande. On reste dans une technocratie qui découvre la misère. Après avoir écouté son discours, il est clair qu’il n’a pas pris en compte que le peuple souffre. »

France insoumise

Alexis Corbière : Le député de Seine-Saint-Denis a résumé l’intervention d’Emmanuel Macron de la manière suivante : « A un grand mouvement de Gilets jaunes, le gouvernement répond par une opération pièces jaunes. » D’après lui, « rien n’est annoncé pour les chômeurs. Tout ce qui est annoncé est au bon vouloir des chefs d’entreprise.»

Parti communiste français

Fabien Roussel : Le nouveau secrétaire général du parti communiste estime que malgré les annonces, Emmanuel Macron reste le président des premiers de cordée : « Le président des riches vacille mais les riches restent ses protégés. Rien pour les petites retraites, rien pour les minimas sociaux, rien pour les services publics. »

Lucas Jakubowicz (lucas_jaku)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Présidents de la République : footeux ou footix ?

Présidents de la République : footeux ou footix ?

Parfois passionnés du ballon rond, nos chefs d’État en font parfois un peu trop, notamment quand il s’agit de l’équipe de France. Il faut dire que qua...

Kamala Harris : l'adversaire

Kamala Harris : l'adversaire

Femme et métisse. Il y a quelques années, cela aurait suffi à disqualifier Kamala Harris. Aujourd’hui, cela fait d’elle la candidate idéale pour battr...

Jo Spiegel (Place publique) : « Tous les partis politiques doivent changer de logiciel »

Jo Spiegel (Place publique) : « Tous les partis politiques doivent changer de logiciel »

Le cofondateur de ce nouveau mouvement de gauche revient sur la démocratie directe dont il est un spécialiste. Grand débat, futur des partis politique...

Jean-Christophe Fromantin : "Le grand débat n'interroge pas assez l'avenir des territoires"

Jean-Christophe Fromantin : "Le grand débat n'interroge pas assez l'avenir des territoires"

Dans un essai passionnant, le maire de Neuilly-sur-Seine, remet en question « le primat métropolitain » et la vague de valorisation actuelle des ville...

Jean-Dominique Senard : l'anti-Ghosn

Jean-Dominique Senard : l'anti-Ghosn

Respecté des politiques comme des syndicats, homme de dialogue et de vision réputé pour sa courtoisie autant que pour son sens de la diplomatie, Jean-...

Air France-KLM, une alliance dans la turbulence

Air France-KLM, une alliance dans la turbulence

Le 26 février, les Pays-Bas annoncent monter au capital d’Air France-KLM afin de peser sur l’avenir de la compagnie. Une décision, mal vécue par l’Éta...

Si l'UE était un État...

Si l'UE était un État...

Nos infographies prouvent noir sur blanc que l'union européenne serait un poids lourd intellectuel, sportif et économique.

UE, que de chemin parcouru !

UE, que de chemin parcouru !

Critiquée, l'Union européenne est parfois injustement traitée. Et pourtant, elle tourne !

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message