Meero impose sa vision

En France, la levée de l’année est à mettre au crédit de Meero qui souhaite « disrupter la photographie ». Un pari audacieux en passe d’être gagné.

En France, la levée de l’année est à mettre au crédit de Meero qui souhaite « disrupter la photographie ». Un pari audacieux en passe d’être gagné.

Coup de tonnerre dans le petit milieu de la French Tech. Le 19 juin 2019, Meero annonce une levée de 230 millions de dollars soit 205 millions d’euros. Dans l’Hexagone, seul le concepteur de drones Parrot avec 300 millions d’euros en 2015 et l’hébergeur OVH, 250 millions un an plus tard, font mieux. Cette opération permet à la start-up fondée par Thomas Rebaud en 2014 de devenir la sixième licorne française. Cocorico.

Pour mener à bien l’opération, les fonds Eurazeo Growth, Prime Ventures ou Avenir Growth se sont joints aux investisseurs historiques que sont Global Founders Capital, Aglaé Ventures, Alven, White Star Capital et Indivest. La recette miracle de la jeune pousse pour attirer les capitaux ? La photo.

Photographes amateurs et multinationales

Plus précisément, Meero souhaite révolutionner la photographie en déchargeant professionnels et amateurs de toutes les tâches laborieuses et chronophages que sont la retouche ou la post-production. Au-delà de la seule technique, la société parisienne accompagne ses clients via des offres de formation et de networking mais aussi des outils de comptabilité, de CRM ou de marketing.

Un choix judicieux puisque, à l’heure du e-commerce et de la marque employeur, les entreprises ont besoin de mettre en valeur leurs produits et leurs locaux pour attirer les consommateurs et les collaborateurs. Et la force de frappe de Meero est telle qu’elle permet de produire un important volume d’image, à des prix plus attractifs que les photographes indépendants ou les agences de communication, plus que jamais menacés de disruption. Avec un tel positionnement, Meero attire de grands comptes tels que Booking, Expedia, Deliveroo, L’Oreal et Louis Vuitton. Le groupe qui revendique 31 000 clients se rémunère en prélevant une commission sur les missions des photographes ; un modèle qui rappelle les relations entre Uber et ses chauffeurs. Afin d’augmenter ses revenus, le groupe envisage de rendre payante les prestations telles que les devis et les factures des photographes, qui, selon la direction de Meero, seront gagnants au vu du nombre de missions que la néo-licorne rapporte aux freelances.

Tuer le match

Pour le moment, Meero n’est pas encore rentable. Ce qui ne pose pas de problème aux fonds et au fondateur pour qui la photographie professionnelle est un « marché à 80 milliards de dollars ». Sans aucun acteur de taille mondiale présent. Un territoire vierge qui ne demande qu’à être investi à condition de sortir le carnet de chèques : « le fait d’aller vite limite le risque de voir les concurrents se lancer. » Meero tire en partie sa force de l’IA pour assurer la post-production des images. La levée permettra de garder cette avance technologique en faisant passer de 90 à 300 l’équipe tech.

Continuer son hyper-croissance et devenir à moyen terme le leader intouchable du secteur passe par une présence sur tous les continents, ce qui est déjà en partie le cas puisque 5 bureaux sont dispersés dans le monde. D’ici à la fin 2019, le groupe devrait employer 1 200 collaborateurs, sans compter les 60 000 photographes freelances inscrits sur la plateforme.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier 2019 : les deals de l'année

Annoncée comme une année morose, 2019 n'en a pas moins été marquée par des deals colossaux. Fusions-acquisitions, IPO, levées de fonds... Voici les opérations à retenir.
Sommaire Didier Fontaine (Verallia) : "Nous sommes là où nous voulions être à l’issue de l’IPO" Deals, rachats, M&A : l’économie en mutation permanente Avec Gatwick, Vinci Airports décolle PSA - Fiat Chrysler, le mariage du siècle Swiss Life AM France, coup de maître à Paris Capgemini – Altran, se diront-ils oui ? Bristol-Myers Squibb et Celgene, naissance d’un géant contre le cancer Rallye-Casino : les jeux sont-ils faits ? Takeda-Shire, l’innovateur de la pharmacie
Pourquoi une édition quotidienne ?

Pourquoi une édition quotidienne ?

Décideurs Magazine innove et vous propose désormais un flash info quotidien. Voici pourquoi...

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

Après les dividendes, c’est au tour des rémunérations des patrons des plus grandes banques d’être passées au crible par les superviseurs. En pleine cr...

France, UK, US : premiers pas des plans de soutien aux entreprises

France, UK, US : premiers pas des plans de soutien aux entreprises

Si les prêts bancaires garantis par le gouvernement français semblent être un mécanisme qui fonctionne, leurs débuts aux États-Unis et au Royaume-Uni...

L.Margueritte (Ciri) : "Nous ne vivons pas une situation de rupture d’accès au crédit"

L.Margueritte (Ciri) : "Nous ne vivons pas une situation de rupture d’accès au crédit"

Le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) accompagne les entreprises de plus de 400 salariés, durement touchées par la crise d...

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

Le cabinet de gestion de patrimoine DLCM Finances renforce sa présence à Paris en finalisant son rapprochement avec La Financière DV.

Gestion de crise : challenges et solutions

Gestion de crise : challenges et solutions

PDG, directeurs financiers, DRH, patrons d’institutions publiques... Depuis plusieurs semaines, ils montent au front pour répondre à la crise liée au...

O.Vaury (ManoMano) : "La crise du Covid-19 va accélérer la digitalisation du marché"

O.Vaury (ManoMano) : "La crise du Covid-19 va accélérer la digitalisation du marché"

Même si la demande ne faiblit pas pour l’instant, l’équipe financière de ManoMano a anticipé les effets de la crise sanitaire. Et si le spécialiste d...

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Le coronavirus n’épargne rien ni personne. La holding qui gère les affaires de la famille du président des États-Unis, la Trump Organization, en fait...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message