M. Bansay : "Apsys a un pipeline de développement sécurisé d’1,8 Md€"

Apsys a inauguré mercredi un nouveau retail park baptisé Eden à Servon en Seine-et-Marne. L’occasion de faire le point avec Maurice Bansay, son président fondateur, sur l’activité du groupe et sa stratégie de développement.
Maurice Bansay (©Apsys)

Apsys a inauguré mercredi un nouveau retail park baptisé Eden à Servon en Seine-et-Marne. L’occasion de faire le point avec Maurice Bansay, son président fondateur, sur l’activité du groupe et sa stratégie de développement.

Décideurs. Que représente aujourd’hui Apsys ?

Maurice Bansay. Fondé en 1996, Apsys était jusqu’à récemment un pure player de l’immobilier commercial orienté sur des opérations de renouvellement urbain en centre-ville ou en milieu urbain. Depuis le début de l’année et forts de l’expérience acquise sur nos réalisations urbaines complexes, nous avons décidé d’assumer la totalité des composantes de nos programmes, y compris la partie non commerciale. Apsys gère un peu plus de 4 milliards d’euros d’actifs dont 2,4 milliards d’euros nous appartiennent. Nous avons un pipeline de développement sécurisé d’1,8 milliard d’euros (en valeur à terminaison) en France et en Pologne. Ce dernier inclut notamment l’opération de « haute-couture urbaine » Bordeaux Saint-Jean située en face de la gare éponyme. Nous allons achever l’aménagement des quais et réaliser un quartier mixte idéal en partenariat avec l’EPA Bordeaux Euratlantique. Le projet, conçu avec la Maison Edouard François, trace un « méridien », nouvel axe et lieu de vie qui reliera le parvis de la gare et la Garonne. De part et d’autre, nous recréerons des rues ouvertes avec des commerces en pieds d’immeubles et de l’hôtellerie, des bureaux et des logements en superstructure. « La nouvelle rue bordelaise » sera livrée en 2024.

Quels sont vos autres projets ?

Nous venons d’ouvrir l’opération Eden en Seine-et-Marne. Ce retail park totalement commercialisé offre une expérience de shopping et de loisirs généreuse et chaleureuse à ciel ouvert. Suivra ensuite au printemps 2020 l’ouverture de Steel à Saint-Etienne. Ce grand projet de requalification de la principale entrée de ville de Saint-Etienne développera 70 000 mètres carrés dans un environnement très végétalisé et avec une sur-toiture emblématique conçue par Sud Architectes et Studio Briand & Berthereau. Nous conduisons en parallèle l’opération Neyrpic dans l’agglomération de Grenoble. Pour cette requalification d’anciennes usines de fabrication de turbines, nous veillons au respect de la mémoire du site et à un ancrage local fort. Une partie de l’ensemble existant sera conservée et nous la prolongerons avec de nouveaux bâtiments. Dans ce projet de 50 000 mètres carrés de surface de plancher, nous associons des activités basées sur les loisirs et la restauration avec un espace shopping à ciel ouvert. L’ouverture est prévue pour 2021-2022. Enfin, nous menons, avec l’architecte Jean-Paul Viguier, une opération emblématique de notre diversification à Paris : la requalification du siège historique du Parti Socialiste. Ce projet sera livré en 2021. A noter que notre évolution vers le métier d’ensemblier urbain a déjà commencé en Pologne avec une opération résidentielle dans le quartier de Mokotow à Varsovie.

"Nous sommes sélectifs car nous souhaitons développer des opérations qui s’inscrivent dans la durée et permettent de créer de la valeur"

Pourquoi avez-vous décidé de vous diversifier ?

Apsys s’est toujours positionné comme un acteur passionné de la ville. A l’époque où nos concurrents se concentraient sur des opérations en périphérie, nous étions convaincus que nos métiers passaient par le centre-ville ou le milieu urbain. Aujourd’hui, maîtriser et déployer un savoir-faire d’ensemblier urbain va nous permettre de répondre davantage encore aux attentes des villes et de leurs aménageurs.

Quelle place occupe l’innovation dans votre activité ?

L’innovation fait partie de l’ADN de notre entreprise. Apsys a toujours cherché à casser les codes, à se positionner de manière différenciante sur le marché et à développer des produits adaptés aux attentes de l’utilisateur final. En suivant cette logique, le chiffre d’affaires des enseignes progresse et les loyers du propriétaire également. L’innovation passe également par  « Apsys Lab », plateforme d’innovation qui permet aux 400 collaborateurs de l’entreprise de proposer et développer leurs idées de nouveaux concepts et services. Cet outil a notamment été utilisé pour la conception de Posnania, trophée ICSC du meilleur centre commercial  européen 2018.

Quels sont les objectifs d’Apsys ? 

A court terme, nous continuerons à sourcer de nouveaux projets correspondant à notre nouveau positionnement. Nous sommes sélectifs car nous souhaitons développer des opérations qui s’inscrivent dans la durée et permettent de créer de la valeur. Nous pourrions répondre à certains appels à projets urbains innovants. A moyen terme, mon objectif est de poursuivre l’expérience familiale de l’entreprise grâce aux nouvelles générations. Mon neveu, Fabrice Bansay, a ainsi pris le poste de CEO début 2017 et mes enfants, Sacha et Morgane, participent aux réflexions stratégiques.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Cette interview est extraite du guide immobilier 2019 de Décideurs

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 15 janvier 2021

La veille urbaine du 15 janvier 2021

Real I.S. qui s’offre le Grand Large à Marseille pour 70 M€, Mata Capital qui signe quatre Monoprix en Île-de-France pour 117 M€, Réalités qui devient...

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

Peut-on encore se dispenser d’un permis d’aménager ou d’une déclaration préalable pour diviser un terrain en vue d’une opération immobilière important...

A. Blanc (Altarea Entreprise) : "Nous continuerons à lancer des opérations en privilégiant notre activité de MOD et les CPI"

A. Blanc (Altarea Entreprise) : "Nous continuerons à lancer des opérations en privilégiant notre act...

Alors qu’Altarea Entreprise se positionne comme le premier promoteur de bureaux en France, son président Adrien Blanc partage les premiers enseignemen...

La veille urbaine du 14 janvier 2021

La veille urbaine du 14 janvier 2021

Le dépôt du permis de construire modificatif de la future Gare du Nord, LBO France et CDC Investissement Immobilier qui acquièrent Network II à Bagneu...

La veille urbaine du 13 janvier 2021

La veille urbaine du 13 janvier 2021

Baytree qui va développer une plateforme logistique de 60 000 m² à Salbris, SFL qui cède le 112 Wagram à Aviva Investors pour 120 M€, la Banque des Te...

La veille urbaine du 12 janvier 2021

La veille urbaine du 12 janvier 2021

WeWork qui ouvre deux nouveaux espaces à Paris, Gautier Beurnier qui prend la présidence de CBRE Global Investors France, Rodolphe de Malet qui rejoin...

La veille urbaine du 11 janvier 2021

La veille urbaine du 11 janvier 2021

Icade qui réalise une émission obligataire de 600 M€, Etienne Wicker qui prend la direction générale de MyShareCompany, le nouveau projet de productio...

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total annonce le rachat du français Fonroche Biogaz, qui détient 10 % de la méthanisation agricole avec une capacité installée de 500 GWh, et poursuit...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte