M. Vedrenne (Société Générale Private Banking) : "Préserver le capital de nos clients"

Mathieu Vedrenne vient d’être nommé à la tête de Société Générale Private Banking en France. Il succède à Patrick Folléa, devenu responsable de la business unit gestion d’actifs et banque privée du géant bancaire français. Auparavant directeur commercial France de la banque privée, Mathieu Vedrenne apporte son esprit de conquête à l’établissement qui compte 55 milliards d’actifs sous gestion.

© DR

Mathieu Vedrenne vient d’être nommé à la tête de Société Générale Private Banking en France. Il succède à Patrick Folléa, devenu responsable de la business unit gestion d’actifs et banque privée du géant bancaire français. Auparavant directeur commercial France de la banque privée, Mathieu Vedrenne apporte son esprit de conquête à l’établissement qui compte 55 milliards d’actifs sous gestion.

Décideurs. Comment percevez-vous le marché de la banque privée aujourd’hui ?

Mathieu Vedrenne. Le secteur de la gestion privée en France est à la fois porteur et compétitif. La concurrence y est forte car le marché de la clientèle fortunée est en croissance d’environ 3 % depuis plusieurs années, à la fois pour des raisons de fondamentaux économiques et sociologiques favorables. Les grands acteurs bancaires en France disposent tous de banques privées adossées à leurs réseaux, celles-ci possèdent près de 75 % de part de marché. Les acteurs spécialisés, souvent pure players, et les indépendants du patrimoine gèrent le quart du marché restant. Il n’y a pas de réel bouleversement dans ce « classement » bien que l’on observe l’arrivée de nouveaux entrants, en plus de quelques mouvements de concentration et l’émergence rapide de family office ou multi family office sur la grande clientèle.

Pouvez-vous décrire la démarche de Société Générale Private Banking auprès de ses clients ?

Nos clients sont majoritairement des entrepreneurs. Les chefs d’entreprise qui nous font confiance sont en activité ou ont cédé tout ou partie de leur entreprise. Notre rôle est de préserver et accompagner la transmission du capital de nos clients, qui ont souvent pris des risques importants pour le constituer au cours de leur vie. Les clients recherchent donc souvent, en complément de la structuration de leur patrimoine, un accompagnement dans la gestion financière de leurs avoirs. Cela nécessite pédagogie, écoute approfondie, compréhension fine de la sensibilité aux risques financiers du client et de son horizon d’investissement. A cet effet, nos banquiers, chefs d’orchestre de la relation, mobilisent l’ensemble des experts les mieux à même de répondre aux besoins des clients.

Quels sont les points forts de votre maison ?

Sans aucun doute la qualité du conseil, la forte dimension relationnelle de nos équipes, la profondeur de nos services et la proximité avec lesquels ils sont délivrés. Nous sommes présents dans 80 villes françaises, avec des hubs dans les huit principales métropoles hexagonales. Clairement une autre de nos forces est de pouvoir proposer du financement y compris complexe dans un laps de temps très court pour répondre au mieux aux projets de nos clients. Nous couvrons également l’ensemble des classes d’actifs, dont l’immobilier, thématique sur laquelle nous opérons des synergies avec les entités spécialisées du Groupe. De plus, la banque privée travaille de concert avec la banque d’investissement, ce qui nous donne la capacité d’être réactifs sur de nombreuses problématiques à forte valeur ajoutée pour les grands clients. Avec cette offre très complète en architecture ouverte, nous pouvons accompagner de manière personnalisée l’ensemble de nos clients. Enfin, spécifiquement pour les entrepreneurs, nous avons créé Société Générale Entrepreneurs. Ce dispositif regroupe l’ensemble des forces de Société Générale tournées vers le dirigeant d’entreprise afin de l’accompagner sur l’ensemble de ses besoins M&A, immobilier, sujets patrimoniaux, etc...

Quelles tendances voyez-vous émerger parmi votre clientèle, notamment les millennials ?

De plus en plus de clients souhaitent donner du sens à leurs investissements, notamment les plus jeunes. Cela passe par de l’accompagnement philanthropique, la mise en relation de clients entre eux partageant des projets de développement communs ou souhaitant échanger sur leurs expériences. La notion de « club » est importante pour cette clientèle spécifique en phase de constitution de patrimoine. Plus largement, pour répondre aux besoins des clients sur la thématique ISR, nous avons par exemple créé des produits structurés à impact positif dans lesquels le nominal collecté par la banque sert pour financer des projets de développement durable. Nous proposons également une gamme de produits structurés caritatifs, pour lesquels la Société Générale s’engage à reverser une partie de sa marge à des associations. Nous sommes en mesure de créer des produits totalement personnalisés, notamment en matière d’investissement responsable.

À quel stade se trouve la digitalisation de votre établissement ?

Bien que notre métier comporte une large part d’intuitu personae et soit un métier relationnel par excellence, c’est l’une de nos priorités majeures. Cette digitalisation se fait aussi bien à l’attention de nos clients que de nos collaborateurs pour leur permettre de « vivre » ou d’offrir une expérience client enrichie et plus dynamique. Nos services digitaux sont très innovants. Outre l’Appli Société Générale, qui est l’une des meilleures en matière de banque au quotidien, nous avons par exemple lancé récemment une nouvelle solution permettant à chaque client de la banque privée en France d’obtenir une vue claire et précise de l’ensemble de sa situation patrimoniale : actifs financiers, non-financiers, crédits, qu’ils soient détenus directement, en indivision ou via une structure patrimoniale.  Nous proposons par ailleurs aux clients non-délégataires une offre de la gestion de conseil digitale. Concrètement, le client reçoit à fréquence régulière du conseil et des propositions d’arbitrage dans le cadre d’un mandat de conseil sur un portefeuille en assurance-vie. En cas de besoin, il lui est également possible d’avoir un contact avec le gérant. Pour bâtir ces offres innovantes et adaptées aux attentes des clients, nous nous associons certains d’entre eux aux développements via un client innovation board.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le gouvernement précise les conditions d’activité du BTP pendant le confinement

Le gouvernement précise les conditions d’activité du BTP pendant le confinement

Suite à l’intervention du Président de la République au cours de laquelle Emmanuel Macron a assuré que le BTP continuerait de fonctionner pendant le d...

Assurance habitation, des protections sur-mesure…

Assurance habitation, des protections sur-mesure…

Pour quelques dizaines d’euros supplémentaires, notre contrat d’assurance habitation peut couvrir un large spectre de risques du quotidien. Entre offr...

LVMH finalise ses noces avec Tiffany

LVMH finalise ses noces avec Tiffany

LVMH a annoncé ce jeudi 29 octobre avoir trouvé un accord révisant les termes du contrat de fusion avec le joailler Tiffany. La fin d’une année de déb...

Confinement : Bercy annonce des mesures supplémentaires

Confinement : Bercy annonce des mesures supplémentaires

Afin de soutenir les entreprises, Bruno Le Maire dévoilait le 29 octobre toute une batterie de mesures. Des dispositifs déjà utilisés au printemps son...

Pierre Bellon (Sodexo) : le patriarche de la restauration d’entreprise

Pierre Bellon (Sodexo) : le patriarche de la restauration d’entreprise

Le marseillais se lance dans la restauration d’entreprise en 1966. Jackpot. Aujourd’hui actionnaire-fondateur d’un groupe qui dégage près de 22 millia...

Ocabsa, l’heure de la maturité

Ocabsa, l’heure de la maturité

Dans un contexte de financement compliqué pour de nombreux groupes cotés, les Ocabsa ont plus que jamais leur place dans le financement alternatif. Er...

H. Philippe et N. Barsalou : "Un actif vaut ce qu’il rapportera dans le futur"

H. Philippe et N. Barsalou : "Un actif vaut ce qu’il rapportera dans le futur"

Henri Philippe et Nicolas Barsalou, tous deux associés d’Accuracy, société de conseil en finance d’entreprise, reviennent sur la difficulté d’évaluer...

L’activité du capital-investissement se maintient en France au premier semestre

L’activité du capital-investissement se maintient en France au premier semestre

France Invest, l’association des investisseurs pour la croissance et Grant Thornton présentaient ce mercredi 28 octobre la 33e édition du rapport d’ac...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte