Martin Richer (Management & RSE) : « Impossible d'être durablement profitable tout en "massacrant" les parties prenantes »

Autrefois perçue comme un outil de communication, la RSE
(responsabilité sociétale des entreprises) s’impose désormais
comme un moyen de mesurer la capacité d’une entreprise à
prendre des engagements durables. Un levier d’innovation
source de croissance, selon Martin Richer.

Autrefois perçue comme un outil de communication, la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) s’impose désormais comme un moyen de mesurer la capacité d’une entreprise à prendre des engagements durables. Un levier d’innovation source de croissance, selon Martin Richer.

Décideurs. Le capitalisme conscient suppose-t-il, pour un chef d’entreprise, d’avoir une vision à long terme ?

Martin Richer. Il est facile de couper à court terme certaines dépenses, notamment en matière de RSE ou de recherche et développement, et ainsi de faire de la marge rapidement. Mais je crois aussi qu’il n’y a pas d’entreprise qui gagne dans un monde qui perd. D’où la montée de la notion d’« écosystème ». Impossible d’être durablement profitable tout en « massacrant » les parties prenantes. Je crois que le capitalisme est suffisamment intelligent pour se régénérer sans cesse et s’approprier les contestations de la société. L’essor de la RSE aujourd’hui montre d’ailleurs que l’économie de marché sait s’adapter. 

L’État doit-il contraindre les entreprises à adopter des pratiques plus éthiques ?

Je pense que l’évolution passe par la persuasion. Une nouvelle loi n’implique pas systé- matiquement un nouveau comportement. En 2003, le législateur a, par exemple, imposé à toutes les entreprises de disposer d’un document unique des risques. Celui-ci doit être mis à jour chaque année. Pourtant, la moitié seulement des entreprises en sont aujourd’hui dotées. Paradoxalement, on se rend aussi compte que, en France, une loi peut changer les mentalités sur un certain nombre de sujets éthiques. En matière de parité, la loi Copé-Zimmermann a fait bouger les lignes dans les conseils d’administration, qui comptent aujourd’hui 39 % de femmes. Les comités exécutifs comme les comités de direction, qui ne sont pas concernés par la loi, restent de leur côté très largement composés d’hommes. 

« Le capitalisme est suffisamment intelligent pour se régénérer sans cesse et s’approprier les contestations de la société »

La soft law permet, selon vous, de modifier les comportements sur le long terme… 

Tout à fait. Avec Terra Nova, nous pré- conisons un mélange intelligent entre réglementation et incitation. Entre le risque de réputation – le «  name and shame » – et la conduite du changement, sachant que celle-ci a tendance à progresser avec la loi.

Le projet de loi Pacte qui se profile depuis plusieurs mois va-t-il dans ce sens ? 

Oui, je le crois. Modifier le Code civil est très positif. C’est une mesure certes symbolique, mais très importante. Parallèlement, la notion de « raison d’être », consacrée dans le rapport piloté par Nicole Notat et Jean-Dominique Senard, et qui sera a priori reprise dans la loi Pacte, permet de mettre en mouvement le manager d’une façon douce. Ce sera un véritable outil au service de l’entreprise.

C’est-à-dire ? 

Avec la raison d’être, le conseil d’administration devra réfléchir à la façon dont l’entreprise contribue à résoudre certaines problématiques sociales et environnementales. Elle s’inscrira ainsi dans le quotidien de l’entreprise. Il faudra la faire vivre, s’en emparer, la décliner tout au long de la chaîne managériale et en faire un outil de cohésion. La raison d’être fait écho au management responsable et s’inscrit, in fine, comme un facteur d’innovation et donc de compétitivité. 

N’y a-t-il pas, derrière cette notion de capitalisme conscient, une vieille utopie?

Je crois que l’objectif n’est pas un capitalisme conscient, mais un capitalisme responsable. Les entreprises doivent s’engager et rendre des comptes vis-à-vis de leurs parties prenantes. La raison d’être va les contraindre à s’interroger sur leur utilité sociale. À quoi servent-elles? Le monde serait-il différent sans elles? Avant, on ne pointait du doigt que les impacts négatifs des entreprises. Aujourd’hui, on regarde surtout leur impact positif.

Propos recueillis par Capucine Coquand 

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

e-coaching : double réponse aux défis du management à distance et du retour sur investissement des formations

e-coaching : double réponse aux défis du management à distance et du retour sur investissement des f...

Selon un livre blanc de SPI Sales Performance, si les équipes ne mettent pas rapidement en pratique les formations, 80% du contenu est oublié au cours...

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

En 2010, quand la Société Générale lance son plan « Ambition SG 2015 », elle y introduit la volonté de développer l’engagement citoyen au sein du grou...

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Avec l'arrivée de la robotisation et de l'intelligence artificielle, ou encore l'émergence des cyber-risques, l'audit et le contrôle interne sont conf...

Ghada Hatem : la magicienne

Ghada Hatem : la magicienne

Le prix Nobel de la paix décerné au docteur Denis Mukwege pourrait être le sien. Comme lui, Ghada Hatem, gynécologue et fondatrice de La Maison des fe...

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message