Marie-Pierre Vedrenne (Renew) : "La France est de retour au centre de l’UE"

La députée européenne Renew revient sur les chantiers de la Commission von der Leyen. Elle se réjouit également du rôle de la France qui fait office de moteur de la construction européenne.

La députée européenne Renew revient sur les chantiers de la Commission von der Leyen. Elle se réjouit également du rôle de la France qui fait office de moteur de la construction européenne.

Décideurs. Avez-vous l’impression que la France devient de plus en plus en plus influente dans l’Union européenne ?

Marie-Pierre Vedrenne. Plus qu’une impression c’est une réalité. Les choses ont commencé à changer en 2017 avec Emmanuel Macron qui a été élu sur un projet pro-européen. Cette vision aussi clairement assumée est nouvelle pour un président de la République. Cela a désinhibé certains pays, tout en permettant à la France d’être une force motrice dans la construction européenne. Il s’agit d’une rupture par rapport aux années précédentes où notre pays était plus attentiste et effacé. Comme la nature a horreur du vide, d’autres ont pris le leadership.

Aujourd’hui, la France est présente en force à tous les niveaux et l’implication de l’exécutif a permis au pays d’avoir plusieurs « top jobs » importants : Christine Lagarde est à la tête de la BCE, Thierry Breton aux commandes d’un super commissariat, Michel Barnier reste le négociateur en chef du Brexit.

Soulignons également qu’Ursula von der Leyen doit en partie sa nomination au soutien d’Emmanuel Macron, tandis que Charles Michels, qui est politiquement proche de lui, s’apprête à succéder à Donald Tusk à la tête du Conseil européen. Au Parlement européen, Renew, qui comporte de nombreux eurodéputés français, est une force incontournable présente dans toutes les commissions. D’autres groupes comptent également des compatriotes très expérimentés. La France est revenue au centre de l’UE.

La commission Juncker s’apprête à laisser la place. Quel regard portez-vous sur le travail accompli ?

Elle se présentait comme la "commission de la dernière chance" et a enregistré de nombreuses avancées. Désormais, il faudra aller encore plus loin sur bien des sujets comme l’environnement, le social, le numérique… Renew soutient la future Commission qui se veut ambitieuse, par exemple avec le green new deal, la transformation de la Banque européenne d’investissement (BEI) en banque du climat ou encore, la création de géants du numérique ou d’une véritable industrie de défense. Nous sommes satisfaits de voir Margrethe Vestager poursuivre son travail de commissaire en faveur de la transmission numérique. Notre groupe se réjouit également des ambitions en matière d’Europe sociale et du choix de Nicolas Schmit qui se propose de légiférer pour mieux protéger les travailleurs des plateformes.

La commission juridique du Parlement européen a invalidé trois candidatures de commissaires. Certains estiment qu’elle devient un véritable organe de contrôle au service de la démocratie, d’autres qu’elle permet aux partis politiques de régler leurs comptes. Quelle est votre vision des choses ?

Le Parlement européen est un organe de contrôle des responsables politiques, ce qui est normal puisqu’il est élu. La commission juridique est dans son rôle lorsqu’elle examine en profondeur le parcours des commissaires afin de vérifier qu’il n’y a pas de conflits d’intérêts.

"L'audition de Sylvie Goulard était un véritable traquenard" 

Hélas, cet organe peut aussi servir à faire ce que j’appelle de la politique de bas étage. Une fois leurs commissaires auditionnés, le PPE et le PSE ont recalé la candidature de Sylvie Goulard. Comme si le PPE voulait venger Manfred Weber, leur Spitzenkandidat qui, finalement, ne présidera pas la Commission. Personne n’est sorti grandi de cette séquence…

Pour éviter le risque de règlements de compte, la meilleure solution serait de mettre en place une haute autorité indépendante des rapports de force politiques. La grande majorité des partis y est favorable.

Vous affirmez donc que Sylvie Goulard a été victime d’un règlement de compte ?

Oui. Sur le fond, elle a fait ses preuves et était compétente. Mais son audition devant les commissions marché intérieur (IMCO) et industrie et recherche (ITRE) s’est apparentée à un véritable traquenard. Je peux le confirmer, j’y étais présente. Traditionnellement, la séance s’ouvre par des questions techniques. Mais dans le cas de Sylvie Goulard, c’est François-Xavier Bellamy qui a pris la parole en premier pour tenter de la déstabiliser. L’aspect politique a pris le pas sur les questions de compétences pour le poste.

Propos recueillis par Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J-P. Riso (FNADEPA) : "On ne peut pas attendre trois ans pour changer de modèle"

J-P. Riso (FNADEPA) : "On ne peut pas attendre trois ans pour changer de modèle"

Jean-Pierre Riso, président de la FNADEPA, fédération nationale qui regroupe 1 200 directeurs et directrices d’établissements médico-sociaux, revient...

Alain Griset, la reconnaissance d’un indépendant

Alain Griset, la reconnaissance d’un indépendant

Nommé lundi 6 juillet ministre délégué en charge des PME, Alain Griset est engagé depuis le début de la crise pour défendre les 2,8 millions d’entrepr...

Coralie Dubost (députée LREM) : "le nouveau gouvernement est plutôt gaulliste social"

Coralie Dubost (députée LREM) : "le nouveau gouvernement est plutôt gaulliste social"

La députée LREM de l’Hérault, Vice présidente du groupe majoritaire, estime que l’exécutif avait besoin d’un nouveau souffle après des mois marqués pa...

Censure de la loi Avia : contrôler la violence sur les réseaux sociaux reste une urgence

Censure de la loi Avia : contrôler la violence sur les réseaux sociaux reste une urgence

Alors que bon nombre se réjouissent du sort de la loi Avia, cet échec interroge sur la fragilité des contrôles de contenus diffamants, et plus général...

Gérald Darmanin, l'aventure "Intérieur"

Gérald Darmanin, l'aventure "Intérieur"

"Vous avez demandé la police, ne quittez pas". L’homme qui "voulait peser" devient un poids lourd du gouvernement, puisque qu'il obtient le ministère...

L’ascension d'Amélie de Montchalin

L’ascension d'Amélie de Montchalin

Issue des rangs du privé, Amélie de Montchalin s’est fait connaître à l’Assemblée nationale pour son travail à la commission des finances et ses posit...

Roselyne Bachelot, une culture politique

Roselyne Bachelot, une culture politique

Elle est l’une des attractions de ce nouveau gouvernement. Personnage atypique de la vie publique, populaire mais cultivée, on en oublie parfois qu’el...

Barbara Pompili, une écologiste réformiste

Barbara Pompili, une écologiste réformiste

La voici protocolairement numéro 2 du gouvernement. Barbara Pompili a un parcours qui symbolise au mieux les évolutions de l’écologie politique. Réfor...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message