Marchés financiers, entreprises : à quoi faut-il s’attendre ?

Alors que de nombreux observateurs prédisaient un scénario catastrophe sur les marchés boursiers en cas de victoire de Trump, force est de constater qu’il n’en ait rien. Si certains acteurs économiques pourraient tirer profit de cette victoire, d’autres seront invités à revoir leur priorité d’investissements.

© Crédit : Pixabay

Pour l’heure, les marchés ne reproduisent donc pas le vent de panique qu’avait suscité le Brexit en juin dernier.

Alors que de nombreux observateurs prédisaient un scénario catastrophe sur les marchés boursiers en cas de victoire de Trump, force est de constater qu’il n’en ait rien. Si certains acteurs économiques pourraient tirer profit de cette victoire, d’autres seront invités à revoir leur priorité d’investissements.

Les marchés financiers n’aiment pas l’incertitude. Pour autant, le tsunami boursier que certains prédisaient en cas de victoire de Donald Trump à la présidentielle n’a, pour le moment, pas lieu. Certes, les principales Bourses européennes ont ouvert en nette baisse, mais elles réduisent leurs pertes tout au long de la journée. Le CAC 40 ouvrait en recul à -2,83 %, mais à 15h30 la perte se réduisait à seulement -0,4 %. Certaines places financières vont même jusqu’à connaître une petite progression, à l’instar de la Suisse et de la Russie. Dans la matinée, le Swiss Market Index enregistrait une hausse de 0,51 % et le Micex prenait 1,02 %. Mieux encore, le CAC 40 finit en hausse ce soir (+1,49 %) ! La non-catastrophe boursière peut s’expliquer par le fait que le programme de Trump comporte plusieurs mesures valorisées par les marchés financiers : une baisse massive des impôts ou encore une déréglementation du secteur financier. Mais en tout état de cause, l’élection de Donald Trump devrait, à terme, faire « chuter le dollar et grimper l’euro, ce qui aura pour effet de casser la croissance de la zone euro et impactera toutes les économies européennes », déclare Marc Touati dans nos colonnes.  Pour l’heure, les marchés ne reproduisent donc pas le vent de panique qu’avait suscité le Brexit en juin dernier.

 

 

Entreprises et croissance : nationalisme et atomicité des marchés ?

 

En amont de cette victoire inattendue, Donald Trump ne s'est fendu que de quelques déclarations concernant les entreprises et les mesures qu'il mettrait en place afin de stimuler leur croissance. Si le champ des possibles reste assez large, il semblerait tout de même que la tendance soit à la confiance dans l'économie américaine sur son propre territoire et à la défense d'une atomicité des grands marchés du pays.

D'une part, et c'est à mettre en relation avec deux lois fiscales qui feraient passer l'impôt sur les sociétés de 35 % à 15 % et l'impôt des bénéfices rapatriés de l'étranger à un taux forfaitaire de 10 %, les fleurons industriels tels qu'Apple (plus de 200 milliards de dollars de réserves hors des États-Unis) seront vivement encouragés à investir sur place. D'autre part, Donald Trump s'est dit fermement opposé aux mégafusions du type AT&T-Time Warner, estimant qu'elles compromettaient la démocratie en laissant « trop de pouvoir dans les mains de seulement quelques-uns ». Les plus gros acteurs devront donc réfléchir à deux fois avant de se lancer dans de telles opérations, ce qui pourrait faire les affaires des fonds de private equity les plus solides.  

 

Mathieu Marcinkiewicz et Firmin Sylla

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Dossier spécial : présidentielle américaine

D’ici quelques heures, les États-Unis connaîtront le nom de leur nouveau président et les chefs d’État du monde entier, celui de leur nouvel interlocuteur pour les quatre prochaines années.  À quelques heures du résultat, retour sur les conséquences attendues – économiques, géopolitiques, sociales… - de cette élection, pour les États-Unis et le reste du monde.
Sommaire La drôle d’élection... Constance Borde, représentante du parti démocrate en France : « Si Trump est élu, cela donnera un souffle nouveau aux populismes Stuart Haugen, ex-président du parti républicain en France : « Donald Trump est seul à pouvoir provoquer le choc dont notre syst Romain Huret, historien : « La fonction présidentielle sort amoindrie de cette campagne » Marc Touati, économiste : « On ne peut exclure qu’une fois élu, Donald Trump crée un sursaut économique » Dominique Simonnet, essayiste et politologue : « Le comportement de Donald Trump pose un problème démocratique » Pascal Baudry, psychanalyste : « On a laissé se développer un terreau favorable à Trump » Probable/improbable : 5 mesures chocs du programme de Trump Jérôme Lecat (Scality) : « Ce n’est pas le moment de paniquer »
J.B. Crucis (Birchbox) : "Certaines marques de luxe sont encore frileuses à l’idée de vendre leurs produits en ligne"

J.B. Crucis (Birchbox) : "Certaines marques de luxe sont encore frileuses à l’idée de vendre leurs p...

Créée en 2011 sous le nom de JolieBox, puis rachetée l’année suivante par son homologue américain, dont elle a adopté le nom, la start-up de coffrets...

Le groupe DLPK s’offre Tailor Capital

Le groupe DLPK s’offre Tailor Capital

Le groupe DLPK étoffe son expertise en gestion d’actifs et plus particulièrement sur le segment obligataire international grâce à l'acquisition majori...

Generali France accélère sa digitalisation avec Advize Group

Generali France accélère sa digitalisation avec Advize Group

Generali France renforce ses liens avec la fintech Advize Group et signe avec elle un partenariat capitalistique afin d’offrir toujours plus de soluti...

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

Ce lundi 28 septembre, s’ouvre un procès disciplinaire inédit qui durera une semaine. Le Haut Conseil du commissariat aux comptes (H3C) examine l’impl...

Sophie Boissard, dirigeante tout-terrain

Sophie Boissard, dirigeante tout-terrain

Après avoir occupé différents postes dans la sphère publique, Sophie Boissard a contribué à l’évolution de la SNCF puis a rejoint le secteur privé en...

Covid-19, le grand bond en avant du digital

Covid-19, le grand bond en avant du digital

De l’agriculture au tourisme, en passant par l’industrie, la pandémie a donné un coup d’accélérateur inédit à la transformation numérique des entrepri...

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Hab...

M&A : évolution du contrôle de concentration

M&A : évolution du contrôle de concentration

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager l’avait annoncé lors du renouvellement des commissaires fin 2019 : le droi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message