Marché japonais : bel horizon ou mirage ?

Le dynamisme économique est de mise au pays du Soleil-Levant. Pourtant certains doutes subsistent quant à l’avenir du Japon, notamment face au renforcement du yen et à la complexité du marché du travail. Point avec Kwok Chern-Yeh, responsable des investissements chez Aberdeen Standard Investment.

Le dynamisme économique est de mise au pays du Soleil-Levant. Pourtant certains doutes subsistent quant à l’avenir du Japon, notamment face au renforcement du yen et à la complexité du marché du travail. Point avec Kwok Chern-Yeh, responsable des investissements chez Aberdeen Standard Investment.

Depuis maintenant six ans au poste de premier ministre, Shinzō Abe mène une politique de relance économique qui semble porter ses fruits. « En apportant de la stabilité, il est une réelle bouffée d’air frais », affirme Kwok Chern-Yeh. Les célèbres Abenomics, colonne vertébrale de cette stratégie ont permis huit trimestres de croissance économique consécutifs dont 1,7 % sur l’année 2017. Le produit intérieur brut du pays s'est renforcé (en hausse de 1,8 %) et le fléau de la déflation à l’air de se tarir. L’économie japonaise « se porte globalement bien ». Un contexte qui permet alors au « marché de se tourner vers l’avenir et non pas vers le passé » et qui se répercute en Bourse puisque le Topix était en hausse de 2 % au mois de mars.

Le rôle prépondérant des entreprises

D’après le responsable, les entreprises nippones mènent la danse, dans la mesure où elles « ont fait plus en faveur de l’économie que la politique de Shinzō Abe ». Elles « profitent de ce contexte favorable » : le baromètre de confiance des grandes entreprises manufacturières était à son plus haut niveau au dernier trimestre 2017, une performance record depuis 2006. Leurs exportations se portent bien et les bénéfices dégagés relèvent de l’exploit. Preuve du dynamisme de la demande économique à travers le monde, ce résultat est, entre autres, dû aux bonnes performances des entreprises industrielles japonaises. Kwok Chern-Yeh plébiscite une stratégie consistant à « se concentrer sur les activités les plus rentables », expliquant alors « la bonne santé » des entreprises de l’Oyashima. Les investisseurs sont de retour : les flux sur les fonds actions japonaises ont atteint, fin mars, leur plus haut niveau depuis quatre ans, d’après l’institut d’analyses financières Informa PLC.

Un succès mitigé

Pourtant, la remontée du yen pourrait couper le souffle à la dynamique japonaise. Les experts sont inquiets du renforcement de la monnaie nationale, engagé après l’annonce du départ du chef de la diplomatie de Donald Trump, Rex Tillerson, en mars 2018, faisant ainsi dégringoler le cours du Nikkei 225. Mais plus inquiétant encore, « le modèle traditionnel de l’organisation du travail au Japon, difficile à changer, va être frappé de plein fouet par ce renforcement », prévient Kwok Chern-Yeh. Globalement, le marché du travail est au mieux de sa forme grâce, notamment, à la baisse du taux d’imposition des entreprises qui a permis d’augmenter les salaires et d’investir davantage. Toutefois, « d’un point de vue économique, le marché du travail est un problème car il engendre beaucoup de dépenses sociales », déplore le spécialiste d’Aberdeen Standard Investment. L’accroissement des dépenses sociales explose avec le vieillissement accéléré de la population. De plus, même si le Japon est connu pour son taux de chômage extrêmement faible, le nombre de postes en temps partiel ne cesse d’augmenter depuis 1989. En cause, les seniors à la retraite souvent contraints de travailler à temps partiel afin de compléter une maigre retraite. Par constraste, les sociétés souffrent de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, d’après la Banque du Japon (BoJ).

Banque du Japon : wait and see

Malgré quelques embuches, le gouvernement garde le cap donné par Shinzō Abe, et tout le monde se mobilise afin de poursuivre le redressement économique amorcé en 2012. « J’accorderai davantage de crédit à la Banque du Japon », déclare même Kwok Chern-Yeh. Le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, assurait à Reuters, qu’il continuera à mener une politique monétaire « ultra-accommodante » pour « atteindre [son objectif] avec certitude et sur la durée ». Politique qui profite d’ailleurs à Aberdeen Standard Investment puisque son fonds Japanese Equity Fund surperforme son indice, bien qu’il ait adopté un comportement similaire. Composé à 41 % de grandes capitalisations, le fonds créé en 2010 a réalisé une performance annualisée de 9,42 % sur cinq ans et de 8,53 % en 2017.

Morgane Al Mardini 

 

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Les deux grandes chaînes de la distribution alimentaire, Intermarché et Casino, annoncent un partenariat stratégique pour une période de 5 ans, en mat...

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

Diplômé de HEC, cet ophtalmologue a déroulé sa carrière dans le privé avant de fonder Point Vision. Gérés comme des entreprises, ses centres médicaux...

Démarrage réussi pour Stellantis

Démarrage réussi pour Stellantis

Quelques semaines après l’officialisation de leur fusion, PSA et FCA dévoilaient des résultats 2020 dans le vert malgré un contexte difficile pour le...

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

Certaines entreprises ont vu leur croissance de 2019 fondre l’année suivante. Pour le concepteur franco-italien de semi-conducteurs, c’est l’inverse....

VallJet, la bonne altitude

VallJet, la bonne altitude

La compagnie aérienne VallJet, spécialisée dans l’aviation privée, se déploie en France et devrait bientôt se lancer en Europe. En un an, son chiffre...

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Le groupe d’enseignement spécialisé dans l’hôtellerie, les arts culinaires et pâtissiers, Sommet Education, a annoncé l’acquisition de la majorité du...

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Le spécialiste du financement Bertrand Andriani est la tête du bureau de Paris de Linklaters depuis début 2019. Aux commandes d’une équipe de 170 avoc...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte