Mão boa : une jeune pousse à la main verte

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : mão boa.

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : mão boa.

Et si le changement commençait par vous ? C’est le pari lancé par Maxime Marchand et Marie-Alphie Dallest, cofondateurs de mão boa, signifiant "bonne main" en portugais. Avec une plateforme digitale qui cherche à sensibiliser les collaborateurs d’une entreprise dans leur impact environnemental et social, ils entendent construire demain.

"On a conscience avant, on prend conscience après"

Maxime Marchand a, par le passé, travaillé au sein de plusieurs groupes de conseil. Rapidement, il prend conscience de l’importance grandissante de la RSE dans les attentes, à la fois des dirigeants, mais aussi des membres de l’entreprise. Fort de ce constat, il perçoit la nécessité d’intéresser toutes les parties prenantes d’une société à cette dynamique. Logiquement, ressort de cette réflexion le besoin de mettre en place un outil permettant cette collaboration bénéfique.

Cercle vertueux

La solution proposée par la plateforme est à la fois simple et innovante, se décomposant en trois étapes. Il s’agit tout d’abord de s’informer sur l’impact environnemental par du contenu pédagogique externe à l’entreprise, importé sur l’application. À cette fonctionnalité s’ajoute du partage d’informations des activités mises en place au sein de l’entreprise ainsi que des projets en devenir dans ce domaine. Afin de faire véritablement du salarié un collaborateur, 80 actions directement suggérées par mão boa peuvent aisément être mises en place dans l’entreprise. Dans la même dynamique, une fonctionnalité d’intelligence collective regroupe une cinquantaine de projets, mettant l’ensemble des collaborateurs des différentes entreprises à contribution. Enfin, l’application permet aux utilisateurs de mesurer et de quantifier l’impact environnemental de leurs actions.

Enfin, la possibilité, une fois le cercle vertueux enclenché, de débloquer des fonds pour l’association de son choix. La collecte de points se transforme alors, une fois dans l’année, en dons.

Impact positif à croissance rapide

Les choses se sont accélérées pour l’entreprise, qui a, rappelons-le, réalisé sa première levée de fonds seulement l’été dernier. L’ambition est à présent d’accentuer et d’intensifier son déploiement. Cet élargissement devra se faire tout en conservant le fort taux d’engagement actuel, à hauteur de 71 %, malgré un changement d’échelle. Si la commercialisation continue sur sa lancée, l’entreprise vise un objectif de plus de 50 clients d’ici à la fin de l’année.

Il s’agit d’ores et déjà d’une réussite, avec plusieurs entreprises investies dans le projet. Parmi sa clientèle, le promoteur immobilier Linkcity, dont la directrice RSE et innovation, Christine Grèzes, estime que mão boa a fait "émerger des échanges autour de notre démarche RSE et a surtout permis à nos collaborateurs de faire bouger les lignes de l’entreprise avec des actions concrètes et mesurables". Mieux encore, l’action de la start-up permet, dans un contexte de crise sanitaire, d’apporter une note joviale au quotidien des collaborateurs. Le cercle vertueux formé par l’association entre des entreprises privées et la start-up profite à tous, comme le mets en évidence, Massimo Magnifico, CEO de l’incubateur de start-up internationales ZEBOX : "La start-up apporte au grand groupe créativité, agilité, flexibilité et l’aide à répondre à une problématique précise. Cela permet à la start-up de grandir et de valider sa proposition de valeur ainsi que son business model. Depuis que mão boa a rejoint ZEBOX, la jeune pousse a finalisé son premier tour de table et multiplié par deux ses effectifs".

Une main lave l’autre

Avec 1000 utilisateurs à l’heure actuelle sur la plateforme, mão boa estime qu’ils dépasseront les 30 000 dans deux mois. Côté implantation, les utilisateurs sont pour le moment répartis dans plus de 52 pays. Le CEO de la start-up rappelle que les 11 000 actions à impact positif comptabilisées "représentent l’équivalent de 30 tonnes de CO2, soit 65 Paris-New York en avion". Les dizaines de milliers d’euros qui ont été débloqués ont d’ores et déjà été distribués à la communauté des associations partenaires, comme la Fondation des Apprentis d’Auteuil, aidant à l’insertion de jeunes en difficulté sociale, ou encore Planète Mer, qui cherche à préserver les fonds marins. Avec son optique résolument positive et sa démarche pédagogique, mão boa compte bien remettre du lien social au sein des entreprises, là où il a parfois disparu, tout en permettant aux employés de prendre conscience des enjeux climatiques.

Émile Le Scel

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Côté Tech

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la Tech française à travers les thématiques de l'immobilier, de l'énergie et de l'environnement.
Sommaire Third : de l'hôtel au bureau Solen : une start-up à l’idée lumineuse Carbon : renforcer la souveraineté énergétique de la France La Devanture : le Airbnb des commerces WiredScore : labels affaires Gridky : tout le neuf dans le même panier PlanRadar : le chantier digitalisé Water Horizon : la chaleur en perspective Deepki : mesurer pour corriger Glowee : la nature en lumière
TotalEnergies et les empêcheurs de polluer en rond

TotalEnergies et les empêcheurs de polluer en rond

Une centaine de militants écologistes ont barré ce matin l’entrée de l’assemblée générale qui devait notamment valider la politique climatique du grou...

Séché Environnement rachète les activités de traitement des eaux industrielles de Veolia

Séché Environnement rachète les activités de traitement des eaux industrielles de Veolia

Séché Environnement renforce ainsi son expertise dans le cycle de l’eau industrielle et élargit son offre de services. Montant de la transaction : 40...

Introduction en bourse réussie pour Lhyfe, spécialiste de l'hydrogène vert

Introduction en bourse réussie pour Lhyfe, spécialiste de l'hydrogène vert

L'entrée sur le marché réglementé d’Euronext® à Paris, a permis à la start-up d'effectuer une augmentation de capital d’un montant de 110 millions d'e...

Logement : ministère amer

Logement : ministère amer

Malgré les interpellations multiples dénonçant une campagne au cours de laquelle la question du logement est restée très secondaire, en dépit des aler...

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

À Elisabeth Borne, Première ministre en charge de la planification écologique, Emmanuel Macron a décidé d’adjoindre Agnès Pannier-Runacher à la Transi...

Glowee : la nature en lumière

Glowee : la nature en lumière

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui, Glowee.

Aurélie Pouliguen rejoint LexCase en qualité d’associée

Aurélie Pouliguen rejoint LexCase en qualité d’associée

Le cabinet LexCase intègre une nouvelle expertise en droit immobilier avec l’arrivée d’Aurélie Pouliguen et de sa collaboratrice Alice Angelot. Explic...

Marché de l'investissement immobilier : et si, finalement, tout allait bien ?

Marché de l'investissement immobilier : et si, finalement, tout allait bien ?

Depuis quelques mois, l'immobilier d'entreprise voit deux discours s’affronter : l’un voudrait que la situation soit particulièrement catastrophique,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message