M.Vassal (LR) : "Marseille a un énorme potentiel de développement"

Jeunesse, foncier, géographie… La métropole provençale possède des atouts économiques que Martine Vassal, candidate LR à la mairie, entend développer. Tour d’horizon.

Jeunesse, foncier, géographie… La métropole provençale possède des atouts économiques que Martine Vassal, candidate LR à la mairie, entend développer. Tour d’horizon.

Décideurs. Dans votre programme, vous proposez d’attirer davantage de sièges sociaux de grands groupes à Marseille. Pour quelles raisons ? Comment s’y prendre ?

Martine Vassal. Ils servent de vitrine à la ville et contribuent à son attractivité. Des multinationales ancrées à Marseille, c’est aussi des retombées positives pour les TPE, les PME et toute l’économie locale. Pour le moment, la ville en attire moins que des communes de taille comparable, même si nous comptons Ricard et CMA-CGM.

Pour changer la donne, il est nécessaire de proposer des infrastructures appropriées. Marseille a la chance de posséder beaucoup de foncier disponible, notamment sur le front de mer. La mairie peut favoriser la construction d’une skyline. Améliorer l’attractivité passe aussi par la création de services qui permettent d’avoir un interlocuteur unique pour lancer et développer son business dans notre ville. Il y a aussi un travail de communication à faire autour d’une « marque Marseille », notamment pour mettre en avant nos filières d’excellence telles que l’aéronautique, la santé ou le numérique. Une tâche que je lancerai immédiatement à l’issue du scrutin, si celui-ci nous est favorable.

"Il y a un travail de communication à mener autour d'une marque Marseille"

Attirer les nouveaux arrivants, retenir les diplômés locaux passe aussi par une ville dans laquelle on vit mieux : écoles fonctionnelles, sécurité, transports en commun plus efficaces… sont la condition primordiale pour développer économiquement la vile.

Quels sont les atouts de Marseille ?

C’est une ville jeune, dynamique avec de la main-d’œuvre qui a envie de travailler. Les médias évoquent souvent les questions de trafic de drogue et de délinquance. S’il s’agit de problèmes majeurs, l’écrasante majorité de la population souhaite mener une vie normale, travailler, avoir un logement. Si la ville donne les moyens d’attirer les investisseurs, résout l’inadéquation entre l’offre et la demande (en été, il faut parfois une heure pour rallier le front de mer en partant des quartiers Nord), les choses pourraient changer très rapidement. Avec à la clé, une augmentation du taux d’activité, des recettes fiscales donc de l’investissement public. Un véritable cercle vertueux. Le climat, la situation géographique constituent également des atouts. Il faut rapidement capitaliser sur nos points forts qui ont trop longtemps été tus. La ville arrive clairement à un tournant, souhaitons qu’elle le prenne rapidement. Marseille a un immense potentiel de développement.

Développer la ville passe aussi par ce que vous nommez le « Plan Charlemagne ». En quoi consiste-t-il ?

Il s’agit d’un plan lancé au niveau du département qui est centré sur les politiques éducatives (investissement, accompagnement…). Maire, je compte le renforcer à l’échelle marseillaise. Ce plan proposera la remise à neuf des établissements scolaires, la création d’un conseil municipal des jeunes, le développement des politiques publiques. Il agira également sur le volet sportif, par exemple au niveau des sports d’eau. Songez qu’aujourd’hui, un jeune Marseillais sur deux ne sait pas nager…

Quel regard portez-vous sur le bilan de Jean-Claude Gaudin ?

Pendant des années, j’ai le sentiment que la ville de Marseille a été isolée par les autres collectivités locales qui n’ont pas toujours fait preuve de solidarité. Malgré tout, entre 1995 et 2020, le taux de chômage est passé de 22% à 11%. C’est remarquable, même s’il existe des quartiers où il touche 40% des jeunes. Sur le plan des infrastructures, le changement est visible aux yeux de tous : Euroméditerranée, tramway, métro… 

Quelle est la situation politique à Marseille ?

Marseille est une ville avec de fortes inégalités dans laquelle les corps intermédiaires et le tissu associatif sont très présents. La culture du dialogue est ancrée dans les mentalités. Malgré sa situation sociologique, la ville a été moins concernée que d’autres par le mouvement des gilets jaunes.

"La liste LR est celle du vote utile"

En revanche, Marseille devient de plus en plus un terrain de jeu pour les groupuscules d’extrême gauche qui commencent à s’y implanter. Cela se traduit par des arrachages de caméras de journalistes, des insultes, des taggages de lieux publics ou de permanences électorales.

Par rapport aux grandes métropoles Marseille est beaucoup moins macroniste. LREM a d’ailleurs des difficultés à s’implanter dans la ville pour cette campagne électorale. Certes, le mouvement possède un certain nombre de députés, mais au niveau municipal, il n’y a pas d’incarnation. Il est vrai qu’il est difficile de dupliquer 36 000 Emmanuel Macron dans les communes.

Résultat, le parti n’a désigné son candidat qu’au mois de décembre et a attendu le dernier moment pour déposer sa liste complète. Je pense donc que l’élection municipale prend la forme d’un match à trois entre le Rassemblement national, une liste de gauche unie qui regroupe LFI, PCF et PS et la liste LR que je conduis. Elle est à mon sens le seul vote utile face aux listes extrémistes qui incarnent haine et chaos.

Propos recueillis par Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Suivez les Municipales 2020

Interviews de maires sortants, de candidats, articles de décryptage... Décideurs Magazine se plonge dans les élections municipales.
Sommaire E.Chalas (LREM) : "Malgré son potentiel, Grenoble décline" C. Béchu (Maire d'Angers) : "Je veux qu’Angers soit la première smart city d’une nouvelle génération de territoire intelligent" S. Maillard (député LREM) : "Paris perd plus de 10 000 habitants par an" P.Y Bournazel (Agir) : "Benjamin Griveaux a fait évoluer son projet et a repris certaines de mes propositions" Cédric Villani, l'appel de Paris Le paradoxe Anne Hidalgo Municipales : À Paris les insoumis jouent en seconde division Municipales, le PS mal parti ? Cyberharcèlement : édiles en péril Municipales et Coronavirus : la peur de l’abstention
Éric Zemmour s’inspire de Donald Trump. Et ça ne marchera pas…

Éric Zemmour s’inspire de Donald Trump. Et ça ne marchera pas…

Dans son meeting de Villepinte ou dans sa vidéo de déclaration de candidature, Éric Zemmour semble très proche de Donald Trump : haine contre les élit...

Valérie Pécresse candidate LR : un danger pour Emmanuel Macron ?

Valérie Pécresse candidate LR : un danger pour Emmanuel Macron ?

La candidature de la présidente de la région Ile-de-France n’est pas la meilleure nouvelle pour le président de la République. Pour autant, ce dernier...

Éric Zemmour : l’homme seul

Éric Zemmour : l’homme seul

Des soutiens de la première heure qui prennent le large, une société civile qui n’adhère pas, des "professionnels" de LR et du RN qui le fuient, un pe...

Primaire LR : les votants plastiquent Bertrand

Primaire LR : les votants plastiquent Bertrand

Valérie Pécresse contre Éric Ciotti. Si la finale de la primaire LR peut surprendre certains, son issue ne fait guère de doute. Mais la probable victo...

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Alors que la fin du quinquennat approche, Décideurs a rencontré Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique. L’occasion de faire le...

Guillaume Lacroix (PRG) : "L’approche intersectionnelle fait courir un danger à la gauche"

Guillaume Lacroix (PRG) : "L’approche intersectionnelle fait courir un danger à la gauche"

Intransigeant sur la laïcité et l’universalisme, le parti radical de gauche tente de préserver sa ligne au sein des partis de gauche. Selon son présid...

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

En appel, le parquet général a requis cinq ans d’emprisonnement dont quatre avec sursis, 375 000 euros d’amende et une peine de dix ans d’inéligibilit...

Avec son magazine 2022, Robert Laffont se lance dans la présidentielle

Avec son magazine 2022, Robert Laffont se lance dans la présidentielle

La maison d’édition publie un magazine éphémère composé de quatre numéros. Objectif, couvrir la reine des élections faisant la part belle à l’analyse....

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte