M. Paoli (GENEO) : "Je suis convaincue de la corrélation entre finance positive et création de valeur"

Geneo Partenaires lance sa stratégie de mezzanine de capital-développement. Mathilde Paoli, à la tête de la nouvelle offre du groupe en matière de quasi-fonds propres, détaille les raisons qui l’ont poussée à rejoindre la société de gestion et ses engagements pour l’investissement à impact.

Geneo Partenaires lance sa stratégie de mezzanine de capital-développement. Mathilde Paoli, à la tête de la nouvelle offre du groupe en matière de quasi-fonds propres, détaille les raisons qui l’ont poussée à rejoindre la société de gestion et ses engagements pour l’investissement à impact.

Décideurs. Quelles ont été les différentes étapes de votre carrière et qu’en avez-vous retiré ?

Mathilde Paoli. J’ai débuté ma carrière il y a 25 ans chez Crédit commercial de France qui a ensuite été racheté par HSBC. Pendant sept années, j’ai travaillé dans la dette bancaire mais aussi en equity pour le propre compte de la banque. Ensuite, j’ai fait le choix de passer côté conseil. J’ai donc rejoint Rothschild où durant 18 ans j’ai eu la chance de traiter un deal flow d’une quinzaine d’opérations par an et de créer l’équipe conseil en financement mid-cap. Ainsi, mon travail a porté sur toute la palette des produits et financements, qu’il s’agisse de la dette senior, bancaire ou du fonds de dette jusqu’au quasi-equity, voire l’equity minoritaire en passant par les produits d’unitranche, de dette mezzanine, senior, junior, etc. Mon quotidien pendant toutes ces années a été de discuter avec les entrepreneurs pour structurer leur bilan afin de répondre au mieux à leurs besoins de croissance, de rebond, voire de retournement ou de restructuring.

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à rejoindre Geneo ?

J’ai toujours gardé en tête le souhait de revenir au capital-investissement. Mon projet s’est précisé ces dernières années avec la volonté de me tourner vers l’investissement à impact à la fois car cela correspond à mes valeurs mais également parce que je suis convaincue – d’ailleurs les études et notre portefeuille Geneo le montrent – de la corrélation entre finance positive et création de valeur. Le sujet de l’ESG est particulièrement à la mode ces dernières années mais je souhaitais travailler avec des personnes qui s’engagent réellement, sans faux-semblant.

C’est donc tout naturellement que la raison d’être de Geneo m’a attirée : "mettre à disposition des PME et ETI une finance positive". Elle met en avant la transformation vers l’impact sans éviction sectorielle à l’entrée. En effet, ce qui nous intéresse est davantage le résultat que le point de départ. Nous sommes là pour fixer des objectifs et offrir aux entrepreneurs les moyens d’y aboutir. Par ailleurs, il ne faut pas négliger le côté humain de notre métier et la rencontre avec Fanny Letier, François Rivolier et leurs équipes a été une réelle évidence car nous partageons les mêmes valeurs. Je suis très heureuse qu’ils me fassent confiance pour développer cette stratégie qui s’inscrit dans l’ADN entrepreneurial qu’est celui de Geneo.

En quoi votre stratégie est-elle différenciante sur le marché ?

Les entrepreneurs ont aujourd’hui un besoin d’accompagnement financier et humain sur tous leurs sujets de croissance et d’impact positif, tout en minimisant la dilution. Une demande qui s’est nettement accélérée avec la crise sanitaire et les changements sociétaux et environnementaux de ces dernières années.

En termes d’offre sur le marché, il y a bien sûr des produits mezzanine mais pour l’essentiel de l’offre, il s’agit de mezzanine de buy out plus que de mezzanine de capital développement avec accompagnement. Ma mission chez Geneo sera de développer ce nouveau produit qui est complémentaire des instruments d’equity minoritaire existants, pour aller vraiment en soutien des entrepreneurs sur leurs projets d’impact.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Alibaba à la conquête des marques

Alibaba à la conquête des marques

Michelle Lau, co-directrice d’Alibaba Group en France, est en charge de la stratégie retail d'Alibaba et des partenariats avec les marques. Elle revie...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur dédié au supercalcul"

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur déd...

Spécialiste du semi-conducteur depuis plus de 25 ans, après avoir travaillé notamment chez STMicroelectronics et Atos, Philippe Notton a fondé SiPearl...

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

En juin, le quinquagénaire issu du groupe en prendra la direction générale, tandis que l’actuel PDG, Benoît Potier, est appelé à conserver la présiden...

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Les réseaux féminins ont le vent en poupe et ne cessent de se multiplier. À l’heure des lois Copé-Zimmerman et Rixain, la question de leur utilité se...

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

C’est un homme connu pour son humanité que les associés de KPMG France ont élu à la tête de leur conseil de surveillance en 2019. Une homme engagé, au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message