M. Nègre (UBP) : "Les marchés émergents représentent 23 pays avec un potentiel d’impact positif important"

M. Nègre (UBP) : "Les marchés émergents représentent 23 pays avec un potentiel d’impact positif important"
Mathieu Nègre, gérant actions impact marchés émergents à l’Union bancaire privée

Entre élections présidentielles et politiques monétaires accommodantes, les marchés émergents sont à surveiller de près cette année. Véritable source d’opportunités pour la finance à impact, la classe d’actifs, longtemps délaissée par les investisseurs, risque de sortir de l’ombre. Zoom sur les convictions de Mathieu Nègre, gérant actions impact marchés émergents à l’Union Bancaire Privée.

DÉCIDEURS. Quelles sont vos convictions sur les marchés émergents ?  

Mathieu Nègre. L’impact. Nous pensons qu’il y a un retard de prise en compte de la durabilité sur ces marchés de la part des investisseurs. Cela s’explique par le caractère antinomique attribué durant de nombreuses années à la finance responsable dans les émergents, et encore aujourd’hui, il y a une sous-valorisation du thème. D’un point de vue "impact", nous recherchons des sociétés qui proposent des solutions concrètes aux problématiques environnementales et sociales, plutôt que des entreprises avec un business traditionnel ayant une forte politique ESG. Ensuite, différents secteurs sont porteurs dans le segment de la finance à impact positif. Nous avons connu quelques belles années du côté des énergies renouvelables. À titre d’exemple, quand on sait qu’un pays comme la Chine représente plus de 70 % de l’offre mondiale des équipements dans le solaire, on se rend compte qu’il est très ambitieux de se positionner sur ce secteur d’activité en se concentrant uniquement sur les pays développés. Cependant, ces derniers temps, les valorisations ont fortement augmenté et nous avons réduit notre exposition à ce secteur en 2021. Nous nous sommes orientés vers d’autres secteurs, avec trois axes de développement principaux : le premier concerne tout ce qui a trait à l’efficience énergétique, le second est la pharmaceutique et, enfin, le troisième est l’inclusion financière.  

"Nous risquons de vivre plusieurs mini-cycles liés au fait que les autorités chinoises cherchent l’équilibre entre politique accommodante et croissance de l’endettement"

La Chine nous a habitués à une politique monétaire forte en 2021, qu’attendons-nous pour 2022 ?  

Si l’année 2021 marque pour la Chine un tournant politique significatif, 2022 pourrait, elle, être un tournant monétaire. Nous voyons déjà qu’à la suite de l’assouplissement de la politique monétaire chinoise, les grandes valeurs financières se comportent très bien depuis début janvier. Cependant, nous risquons de vivre plusieurs mini-cycles liés au fait que les autorités chinoises cherchent l’équilibre entre politique accommodante et croissance de l’endettement. Nous avons également constaté des changements de réglementation destinés à améliorer des sujets comme les inégalités, la spéculation immobilière et le poids de certains monopoles. Cela semble parti pour durer, et pourrait influer significativement sur les perspectives des entreprises de beaucoup de secteurs. Par exemple, les sociétés investies dans l’enseignement supérieur et professionnel décrivent un environnement stable bien qu’exigeant, alors que celles impliquées dans le tutoring et l’enseignement privé secondaire, considérées par les autorités chinoises comme augmentant les inégalités, ont eu un certain nombre de changements drastiques à mettre en place.  

"Il semble difficile d’être optimiste quant à l’évolution du déficit budgétaire"

Quid des élections présidentielles à venir au Brésil, quels en sont les enjeux ?  

C’est une élection que nous allons suivre de près, le Brésil étant un pays qui recèle un très grand nombre de sociétés dans lesquelles nous voyons un fort potentiel d’impact. Cependant, nous restons limités dans nos investissements du fait de la fragilité de la devise, un gouvernement perçu comme incompétent face à la pandémie, avec notamment une figure très polarisante à sa tête. Au vu de ces éléments, il semble difficile d’être optimiste quant à l’évolution du déficit budgétaire, mais il suffirait d’une légère inversion de tendance sur ces facteurs pour activer les idées d’investissement sur ce pays.  

Le mot de la fin ?  

Étant donné le niveau de risque sur les marchés émergents, et un environnement marqué par un dollar très fort, les investisseurs n’ont pas eu besoin de s’intéresser plus que ça à cette classe d’actifs. Pourtant, cet univers représente 23 pays avec un potentiel d’impact positif important. Ce n’est pas parce qu’ils sont en retard sur les questions de gouvernance et de durabilité qu’il faut les laisser de côté. Au contraire, il faut les guider dans le bon sens et cela fait partie du rôle que nous pouvons jouer en tant qu’investisseurs. 

Propos recueillis par Marine Fleury 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Marchés émergents : la Chine, ce colosse aux pieds d'argile

Alors  que  les  pays  émergents  portaient  la  croissance  économique  mondiale  depuis  les  vingt  dernières  années,  des  problématiques  d’ordre  structurel  et  conjoncturel apparaissent dans ces économies, la locomotive chinoise en tête. Dans  un  contexte  où  la  crise  sanitaire  n’est  pas  encore  complètement  endiguée  et  où  l’incertitude demeure, quelques pays et certains secteurs d’activité tirent leur épingle du jeu et représentent de bonnes opportunités d’investissement.
Sommaire A. Attal (Russell Investments) : "Les pays émergents sont partie prenante de la reprise de la croissance mondiale" N. Parsons (ThomasLloyd) : "L'impact est ce qui importe vraiment en fin de compte" La locomotive chinoise en perte de vitesse P.-Y. Bareau (JP Morgan AM) : "Les Chinois veulent éviter la politique du bazooka" B. Vanier (Gemway Assets) : "La politique de la Banque centrale chinoise tend vers un assouplissement monétaire " Panorama des meilleures performances boursières des pays émergents G. Métifeux (Alter Egale) : "Les marchés émergents ont marqué le pas"
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message