M. Mallédant (Hoppen) : "Les établissements de santé pensent se digitaliser en faisant du dossier médical informatique"

Le rennais Hoppen est devenu le premier acteur de la digitalisation de la santé en France avec plus de 150 clients, publics comme privés. Chaque année, 2,8 millions de patients, soit 1 patient sur 2, utilisent ses solutions lors de son hospitalisation. Le succès de l’entreprise, en France et à l’étranger, s’explique notamment par sa stratégie de croissance externe, un levier encore peu utilisé par les start-up françaises. Matthieu Mallédant, son co-fondateur, évoque le positionnement et le développement d’Hoppen.
Matthieu Mallédant, CEO et co-fondateur d'Hoppen

Le rennais Hoppen est devenu le premier acteur de la digitalisation de la santé en France avec plus de 150 clients, publics comme privés. Chaque année, 2,8 millions de patients, soit 1 patient sur 2, utilisent ses solutions lors de son hospitalisation. Le succès de l’entreprise, en France et à l’étranger, s’explique notamment par sa stratégie de croissance externe, un levier encore peu utilisé par les start-up françaises. Matthieu Mallédant, son co-fondateur, évoque le positionnement et le développement d’Hoppen.

Décideurs. À partir de quels constats est né la start-up Hoppen en 2011 ?

Matthieu Mallédant. Mon intérêt pour le monde de la santé est né à la suite de l’hospitalisation d’un ami plusieurs mois durant. Nous étions alors en 2007, l’Internet mobile était loin de s’être généralisé et les journées à l’hôpital étaient longues. C’est là que l’idée a germée : pourquoi ne pas mettre en place une offre de services digitalisés pour les patients hospitalisés ?

Fort de mon parcours dans l’ingénierie des réseaux sans fil et des logiciels embarqués puis dans la gestion de projets, nous avons créé en 2011 avec mon associé, Sébastien Duré, la société Télécom Santé, devenu en 2018 Hoppen, spécialiste de l’hôpital digital.

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur la digitalisation des établissements de santé ?

Malgré une dynamique positive, le secteur accuse un certain retard. Force est de constater un décalage d’une dizaine d’années environ entre la sphère personnelle et la chambre d’hôpital ! Si dans la vie de tous les jours, nous sommes multi-écrans et multi-sources avec une incroyable quantité de contenus disponibles via différentes plateformes. À l’inverse, dans 80% des chambres d’hôpital, les patients n’ont accès qu’aux chaînes de la TNT. Par ailleurs, lors d’une hospitalisation, les patients ne viennent généralement pas avec leurs appareils personnels, hormis leur smartphone dont la taille n’est pas adaptée au visionnage de films.

"Dans 80% des chambres d’hôpital, les patients n’ont accès qu’aux chaînes de la TNT"

Dans le même temps, aujourd’hui, les établissements de santé ont l’impression de se digitaliser en faisant du dossier médical informatique qui, en réalité, s’apparente à un travail de numérisation et de dématérialisation, sans résoudre les vraies problématiques inhérentes à l’optimisation du parcours du patient et du quotidien du soignant. Pire : cela peut être contre-productif car les ergonomies de ces dossiers médicaux ne sont pas intuitives et font perdre du temps.

La croissance d’Hoppen a-t-elle débuté dans le public ou le privé ?

Elle a débuté dans le privé car nos solutions mêlent image de marque, économie et bien-être du patient, en outre, dans le privé, il est plus facile d’être en contact direct avec le responsable qui détient le pouvoir de décision pour ce type d’investissement. Dans le public, c’est très différent, les process sont plus lourds.

Quelles solutions proposez-vous ? À quels enjeux répondent-elles ?

Nous proposons à la fois des solutions digitales pour améliorer le quotidien des patients en chambre mais nous optimisons aussi le quotidien du personnel en éliminant les tâches non soignantes récurrentes et sans valeur ajoutée.  

En 2014, nous avons ajouté des applications métiers sur les interfaces tactiles présentes dans les chambres qui peuvent être, soit réalisées par le patient lui-même (questionnaire de satisfaction, recueil du consentement, éducation thérapeutique), soit par les métiers eux-mêmes que l’on digitalise, notamment avec un logiciel de traçabilité du bionettoyage, ou encore l’accès au dossier informatique, où l’information est transmise en temps réel aux bonnes personnes. Résultat : nos solutions permettent aux infirmières de passer de 35% de leur temps devant les patients à 55% et de 6km parcourus dans les couloirs à 4km.

Propos recueillis par Anne-Sophie David

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Guide Santé, Pharmacie & biotechnologies 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Santé, pharmacie et biotechnologies 2021.
Sommaire
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte