M.Le Coz (Mazars) : "Nous sommes très prudents avec le 100 % télétravail "

Directrice des talents et de la transformation chez Mazars, Mathilde Le Coz a été en première ligne durant le confinement : maintien de l’activité, bien-être des collaborateurs, épanouissement des managers ont été ses premières préoccupations. Aujourd’hui, elle est toujours sur le pont avec ses équipes afin de préparer l’avenir, repenser les espaces de travail et le rôle du manager tout en veillant à l’engagement des collaborateurs.

Directrice des talents et de la transformation chez Mazars, Mathilde Le Coz a été en première ligne durant le confinement : maintien de l’activité, bien-être des collaborateurs, épanouissement des managers ont été ses premières préoccupations. Aujourd’hui, elle est toujours sur le pont avec ses équipes afin de préparer l’avenir, repenser les espaces de travail et le rôle du manager tout en veillant à l’engagement des collaborateurs.

Décideurs. Quelles innovations RH avez-vous mis en place pendant la crise ?

Mathilde Le Coz. Nous travaillons sur l’innovation RH depuis six ans, notamment autour de la digitalisation, avec une vingtaine de start-up. À l’annonce du confinement, nous étions déjà bien outillés, il ne restait plus qu’à s’adapter d’un point de vue managérial. En faisant évoluer nos processus, nous avons surtout été confirmés dans nos choix. Onboarding digital, signature électronique, mesure de la satisfaction des collaborateurs à distance sont des solutions que nous utilisions déjà et qui ont permis de maintenir notre activité durant la crise, sans impacter la capacité de production.  Notre principale préoccupation était de maintenir le lien social. Chez Mazars, certains collaborateurs sont des ressources mutualisées, ils ont plusieurs managers et le bureau est en quelque sorte leur cocon. Durant le confinement, un référent avait pour unique mission d’écouter, coacher, discuter et créer du lien. Les managers opérationnels le font habituellement, mais compte tenu du contexte exceptionnel, ce référent, un manager plus expérimenté, s’est vu confier cette tâche. Ce dernier constituait en quelque sorte la courroie de transmission de l’information, il devait appeler chaque semaine son équipe  et s’entretenait ensuite avec un membre du comité de direction et moi-même. Cette innovation devrait perdurer car les jeunes générations ne voient plus les managers comme un supérieur hiérarchique, mais comme quelqu’un qui va les pousser à évoluer. C’est un travail difficile et faire changer les mentalités demande du temps. Dissocier les rôles a permis de libérer les managers qui se sont permis de créer du lien.

Et le rapport au bureau ?

Nous sommes très prudents avec le 100 % télétravail. D’ailleurs, les collaborateurs le refusent. Nous venons de vivre l’épreuve du feu, celle qui nous a montré l’importance de la transformation digitale. Nous avons constaté que la façon dont on organise le travail n’est pas cohérente avec le monde d’aujourd’hui, ce qui nous amène à nous poser la question suivante : pourquoi venir au bureau ? Pourquoi est-ce qu’il m’a manqué ? L’espace de travail où je suis doit apporter de la valeur à la fonction que j’accomplis. Quel environnement est optimal en fonction de la tâche ? À l’avenir, je viendrai au bureau pour cocréer, innover.

La crise a-t-elle eu un impact sur les recrutements ?

Nos processus de recrutement étaient déjà tous en grande partie digitalisés ou ont été adaptés en conséquence, de l’entretien digital à l’onboarding. L’audit étant un métier réglementé, il n’a pas été impacté par la crise. Nous avons donc continué à beaucoup recruter, même pendant le confinement.

Dans « le monde d’après », à quoi faut-il être vigilent ?

Je crois que le risque de désengagement est important. La capacité à créer de l’informel et du lien social est fondamental au travail, or cela va s’avérer plus compliqué avec le télétravail généralisé.

Le risque de désengagement est important

Le lien, l’informel n’étaient pas portés individuellement par le manager, cela se créait de manière autonome, dans l’entreprise. Or aujourd’hui, c’est le manager qui va devoir porter cette capacité à créer du lien.

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

Comment un groupe présent sur cinq continents traverse-t-il la crise de la Covid-19 ? Mènera-t-elle à transformer durablement l’organisation ? Le rega...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de crise sanitaire, les grands principes de gestion des transitions professionnelles ne changent pas... mais certaines modalités méritent u...

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Après plus de trente ans de barre, Joël Grangé se dit toujours autant fasciné par la chose juridique et le procès. Redoutable avocat, il met désormais...

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

La flexibilité du monde du travail renforcée par la crise sanitaire et la remise en question de la relation de travail poussent les entreprises à reco...

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage compétitif "

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage co...

Directeur de La Cité, Guillaume Ravix revient sur la transformation de Nexity en organisation apprenante. Ou comment mettre le développement des compé...

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La période du confinement a mis en exergue toute la complexité de la gestion de l’absence dans les entreprises. Elles vont désormais devoir composer a...

B.Kostic (Groupe Setec) : "Rester une femme, là où je pourrais parfois être tentée d’adopter la posture d’un homme"

B.Kostic (Groupe Setec) : "Rester une femme, là où je pourrais parfois être tentée d’adopter la post...

À la tête de la direction des ressources humaines du groupe d’ingénierie Setec, le défi de Biljana Kostic est double : faire vivre la fonction dans un...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte