M.Julienne (Ifri) : "En Chine, le contrôle de l'information passe par le contrôle de la vérité"

Alors que l’effet de sidération suscité par la violence de la crise s’estompe, les questions un temps mises de côté affluent quant à la responsabilité de Pékin dans la progression de la pandémie. Un peu partout, des voix s’élèvent pour demander des comptes à la Chine qui réfute tout manquement et rejette sur l’Europe la responsabilité du désastre. Spécialiste de la Chine au centre Asie de l’Ifri, Marc Julienne revient sur les raisons de ce bras de fer et sur le contexte qui l’a vu naître.

Alors que l’effet de sidération suscité par la violence de la crise s’estompe, les questions un temps mises de côté affluent quant à la responsabilité de Pékin dans la progression de la pandémie. Un peu partout, des voix s’élèvent pour demander des comptes à la Chine qui réfute tout manquement et rejette sur l’Europe la responsabilité du désastre. Spécialiste de la Chine au centre Asie de l’Ifri, Marc Julienne revient sur les raisons de ce bras de fer et sur le contexte qui l’a vu naître.

Décideurs. Aux États-Unis mais aussi au Royaume-Uni et en Allemagne, les mises en accusation contre Pékin s’accumulent. Pourquoi maintenant ?

Marc Julienne. Parce que c’était impossible avant. Dans un premier temps, l’épidémie est apparue comme un événement national, voire local. Le monde l’observait à distance en pensant qu’elle ne sortirait pas du pays. Dans cette phase, on n’a pas ou peu douté des informations données par la Chine parce que l’OMS les validait, qu’on ne disposait pas du recul temporel pour investiguer et que, en comparaison de l’épisode du Sras, Pékin semblait faire preuve de transparence.

Dans un second temps, l’Europe est devenue l’épicentre de l’épidémie, les dirigeants se sont trouvés à la fois totalement absorbés par la gestion de la crise et fascinés par l’efficacité de la riposte chinoise. Depuis début avril, la crise est entrée dans sa troisième phase : l’Europe commence à sortir la tête de l’eau, des informations en provenance de Chine nous parviennent… On sort d’un état de sidération pour renouer avec un esprit critique. Résultat, la parole internationale se libère.

Pensez-vous comme beaucoup que les dissimulations de Pékin aient des causes politiques ?

Bien sûr. En Chine, tout est politique. La priorité de Pékin étant la sauvegarde et la perpétuation du régime, ce qui est susceptible de la menacer doit être endigué. C’est le cas de toute crise, par nature apte à créer de l’instabilité. La crise sanitaire que nous connaissons actuellement a eu un impact sur l’économie, donc sur le social ; il peut en découler de la contestation et, par conséquent, une mise en danger du parti. La crainte de l’instabilité étant déterminante, voilà pourquoi, dès le début de la crise, la Chine va verrouiller l’information : pour éviter de s’exposer à des troubles internes et à des attaques externes.

"Il y a eu des mensonges, c'est certain"

Peut-on parler de mensonges délibérés et organisés ?

Le parti avait connaissance d’informations clés liées au virus et les a classées, c’est certain. Mais à cela se sont sans aucun doute ajoutées des failles dans la circulation de l’information entre directions des hôpitaux, autorités médicales et parti. Dans ce système où chacun est surveillé, contrôlé et évalué, les cadres préfèrent faire remonter à Pékin les bons résultats et maquiller ce qui pose problème. Cette réalité a nécessairement joué dans la mauvaise gestion de la crise à ses débuts. Il y a eu des mensonges (de Pékin ou de fonctionnaires locaux), mais aussi un mélange de fonctionnements structurels du régime et de responsabilités individuelles à l’échelon local.

Tout s’expliquerait donc par un souci de contrôle de l’information

Absolument. En Chine, le contrôle absolu de l’information est une priorité et il passe par le contrôle de la vérité. Aujourd’hui, le pays promeut de façon agressive un récit totalement univoque : sa gestion de crise a été exemplaire et c’est à cause de l’Occident qui, lui, a mal géré, que la crise sanitaire s’est muée en pandémie mondiale. Cette attitude s’inscrit dans un nouvel activisme diplomatique déployé par Xi Jinping depuis 2012 : la diplomatie dite du wolf warrior.

En quoi consiste cette forme d’activisme diplomatique ?

L'objectif est d'affirmer la puissance chinoise sur le plan intérieur comme extérieur en combattant toute position qui irait à l’encontre de ses intérêts, parfois de façon très agressive, ce qui nuit considérablement à l’image du pays dans l’opinion et au sein des gouvernements. Cette diplomatie  existait avant la pandémie, mais l’émergence de celle-ci lui a donné une dimension autre. Elle a constitué une sorte de test grandeur planétaire de cette nouvelle méthode.

Propos recueillis par Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’accord d'Abraham est avant tout un front anti-Iran

L’accord d'Abraham est avant tout un front anti-Iran

Le traité entre Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn est prometteur sur le plan économique et géopolitique, mais il ne fait pas que des gagna...

Christophe Castaner, les dessous d’une campagne victorieuse

Christophe Castaner, les dessous d’une campagne victorieuse

La traversée du désert aura été de courte durée pour l’ancien ministre de l’Intérieur qui succède à Gilles Le Gendre à la tête du groupe LREM à l’Asse...

LFI, EELV : la tentation communautariste

LFI, EELV : la tentation communautariste

Influencés par la nouvelle gauche américaine et par certaines associations, une partie des Verts et des Insoumis tendent de plus en plus à abandonner...

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Maintenant que le plan de relance français est annoncé, le gouvernement doit le mettre en œuvre et continuer à suivre de près la situation. Dans un en...

Coronavirus. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex

Coronavirus. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex

A l'issue d'une réunion avec le conseil scientifique, le premier ministre a fait le point sur l'évolution de l'épidémie. Malgré la hausse de cas, la s...

Nicolas Sarkozy et les singes sur Quotidien. Zoom sur un bad buzz de ComPol

Nicolas Sarkozy et les singes sur Quotidien. Zoom sur un bad buzz de ComPol

La vie politique est faite de petites phrases. Si certaines s’oublient, d’autres collent à la peau tel le sparadrap du capitaine Haddock. Un avis sure...

Covid-19 : voici les pays les plus touchés

Covid-19 : voici les pays les plus touchés

Si l’on comptabilise le nombre de morts pour un million d’habitants, les États les plus atteints par le coronavirus ne sont pas toujours ceux auxquels...

Christophe Castaner nouveau président du groupe LREM à l’Assemblée nationale

Christophe Castaner nouveau président du groupe LREM à l’Assemblée nationale

L’ancien ministre de l’Intérieur s’impose de peu face à Aurore Bergé et aura la lourde tâche de resserrer les rangs macronistes en vue de la prochaine...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message