M. Depreux : "Urban Campus se définit comme un opérateur de résidentiel géré"

Maxime Depreux vient de rejoindre Urban Campus, un des spécialistes du coliving en Europe. Le nouveau chief development officer nous dévoile le business model, la stratégie de développement et les ambitions de la société.
Maxime Depreux (©D.R.)

Maxime Depreux vient de rejoindre Urban Campus, un des spécialistes du coliving en Europe. Le nouveau chief development officer nous dévoile le business model, la stratégie de développement et les ambitions de la société.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter Urban Campus ?

Maxime Depreux. Urban Campus a été créé par deux personnes aux profils complémentaires : le CEO John van Oost qui a une solide expérience dans le venture capital et l’immobilier, et le COO Maxime Armand qui vient du monde des nouvelles technologies. Ils ont constaté que le nombre de foyers avec une ou deux personnes sans enfants représentait la majorité des foyers dans les métropoles européennes et était en progression. En parallèle, le marché résidentiel ne répond pas complètement à leurs besoins. Nous avons donc vocation à répondre à leurs attentes. Nous avons ouvert notre première résidence Urban Campus à Madrid l’an passé. Ce campus développe 6 300 m² avec 110 studios pour la partie coliving, et des espaces de coworking ainsi qu’un food-lab. Nous avons des community developpers sur place. L’équipe dirigeante que je viens de rejoindre comme chief development officer est basée quant à elle à Paris et à Madrid. Le management dispose d’une majorité de contrôle au niveau du capital. Nexity et Fabernovel sont quant à eux actionnaires minoritaires.

Quel est votre business model ?

Le coliving est un marché dynamique. Nous avons décidé de l’adresser en développant un produit d’investissement institutionnel. Pour ce faire, notre business model s’articule autour de trois piliers. La communauté constitue le premier. Nos résidents partagent des ambitions de développement personnel et collectif et nos community developpers les aident à atteindre leurs objectifs. L’immobilier représente notre deuxième pilier. Il est défini par rapport aux besoins de ses résidents. Nous nous intéressons donc à des immeubles de 4 à 8 000 m² dans les principales villes européennes. Nous atteignons ainsi la taille critique nécessaire pour créer une communauté tout en restant à taille humaine pour conserver la cohésion entre nos résidents. Notre troisième pilier passe par la technologie. Cette dernière nous permet de simplifier la vie de nos utilisateurs et d’optimiser la gestion du bâtiment. Les premiers résultats nous confortent dans notre approche : 95 % des résidents de notre campus madrilène recommandent Urban Campus à leurs amis et 35 % ont décidé d’étendre leur séjour, dont la durée minimum contractuelle est d’un mois et la durée moyenne de près d’un an.

Quelle est votre stratégie de développement ?

Urban Campus se définit comme un opérateur de résidentiel géré. Nous travaillons avec des propriétaires investisseurs qui ont des projets de réhabilitation. Nous les conseillons dans le redéveloppement des immeubles puis gérons l’espace de coliving une fois le programme achevé. Nous nous engageons sur une durée longue à travers un contrat de management. Nous réfléchissons également à la mise en place de partenariats pour accompagner des investisseurs dans une stratégie d’acquisition, redéveloppement et exploitation. Nous pouvons intervenir sur des bâtiments non résidentiels. Concernant la géographie, Urban Campus vise les métropoles européennes en situation de tension et peut redévelopper dans des zones urbaines en devenir. Nos prochains projets se situeront vraisemblablement à Madrid, Paris intra-muros et en première couronne. A moyen terme, nous analyserons des données macro-économiques, comme la démographie, et la liquidité des marchés immobiliers pour déterminer nos principales villes cibles. Nous prendrons également en compte l’expertise de nos équipes dans notre approche. Nous regarderons l’Europe continentale et, de manière opportuniste, le Royaume-Uni.

Quelles sont vos ambitions ?

Urban Campus prévoit d’ouvrir une trentaine résidences d’ici cinq ans. Au quotidien, nous cherchons à réinventer le vivre ensemble en ville tout en répondant aux besoins des investisseurs institutionnels.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

Dans le cadre du plan de relance, sept milliards d’euros seront ainsi consacrés à la décarbonation de l’industrie, à la production d’hydrogène par éle...

La veille urbaine du 25 septembre 2020

La veille urbaine du 25 septembre 2020

L'Autorité environnementale qui rejette un recours de BNP Paribas Immobilier pour le projet Tribequa à Bordeaux, Anne-Sophie Sancerre et Vincent Ravat...

Rebecca Nachanakian rejoint WeWork en tant que directrice générale pour l'Europe du Sud

Rebecca Nachanakian rejoint WeWork en tant que directrice générale pour l'Europe du Sud

Précédemment chez Jumeirah Hotels, Rebecca Nachanakian va diriger la mise en oeuvre de la stratégie mondiale de WeWork au niveau européen. Explication...

La veille urbaine du 24 septembre 2020

La veille urbaine du 24 septembre 2020

Mobivia qui signe 103 000 m² dans le parc synergie Val de Loire, Welcome at Work qui lève 4 M€, la FNAIM, Plurience et l’UNIS qui s’engagent sur la ré...

Willy Gauttier (EDF Renouvelables) : "Le passage du oil&gas vers le renouvelable implique un changement de mentalités"

Willy Gauttier (EDF Renouvelables) : "Le passage du oil&gas vers le renouvelable implique un changem...

Arrivé récemment chez EDF Renouvelables pour prendre en charge la construction du parc éolien offshore de Fécamp, Willy Gauttier nous explique les rai...

Arnaud Réal del Sarte (CVE) : "Faire venir des collaborateurs de l’industrie pétrolière pourrait nous apporter"

Arnaud Réal del Sarte (CVE) : "Faire venir des collaborateurs de l’industrie pétrolière pourrait nou...

Passé par le monde parapétrolier et aujourd’hui associé d’une société productrice d’énergies renouvelables, Arnaud Réal del Sarte répond aux questions...

L’avenir des infrastructures d’aujourd’hui en question

L’avenir des infrastructures d’aujourd’hui en question

Le cabinet de conseil Carbone 4 a publié un rapport, proposant une méthodologie d’alignement des portefeuilles financiers d’infrastructures avec les o...

La veille urbaine du 23 septembre 2020

La veille urbaine du 23 septembre 2020

Comet Meetings qui lève 30 M€, Fabrice Veyron-Churlet qui quitte Euralille pour l’Oppidea… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobili...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message