M. Depreux : "Urban Campus se définit comme un opérateur de résidentiel géré"

Maxime Depreux vient de rejoindre Urban Campus, un des spécialistes du coliving en Europe. Le nouveau chief development officer nous dévoile le business model, la stratégie de développement et les ambitions de la société.
Maxime Depreux (©D.R.)

Maxime Depreux vient de rejoindre Urban Campus, un des spécialistes du coliving en Europe. Le nouveau chief development officer nous dévoile le business model, la stratégie de développement et les ambitions de la société.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter Urban Campus ?

Maxime Depreux. Urban Campus a été créé par deux personnes aux profils complémentaires : le CEO John van Oost qui a une solide expérience dans le venture capital et l’immobilier, et le COO Maxime Armand qui vient du monde des nouvelles technologies. Ils ont constaté que le nombre de foyers avec une ou deux personnes sans enfants représentait la majorité des foyers dans les métropoles européennes et était en progression. En parallèle, le marché résidentiel ne répond pas complètement à leurs besoins. Nous avons donc vocation à répondre à leurs attentes. Nous avons ouvert notre première résidence Urban Campus à Madrid l’an passé. Ce campus développe 6 300 m² avec 110 studios pour la partie coliving, et des espaces de coworking ainsi qu’un food-lab. Nous avons des community developpers sur place. L’équipe dirigeante que je viens de rejoindre comme chief development officer est basée quant à elle à Paris et à Madrid. Le management dispose d’une majorité de contrôle au niveau du capital. Nexity et Fabernovel sont quant à eux actionnaires minoritaires.

Quel est votre business model ?

Le coliving est un marché dynamique. Nous avons décidé de l’adresser en développant un produit d’investissement institutionnel. Pour ce faire, notre business model s’articule autour de trois piliers. La communauté constitue le premier. Nos résidents partagent des ambitions de développement personnel et collectif et nos community developpers les aident à atteindre leurs objectifs. L’immobilier représente notre deuxième pilier. Il est défini par rapport aux besoins de ses résidents. Nous nous intéressons donc à des immeubles de 4 à 8 000 m² dans les principales villes européennes. Nous atteignons ainsi la taille critique nécessaire pour créer une communauté tout en restant à taille humaine pour conserver la cohésion entre nos résidents. Notre troisième pilier passe par la technologie. Cette dernière nous permet de simplifier la vie de nos utilisateurs et d’optimiser la gestion du bâtiment. Les premiers résultats nous confortent dans notre approche : 95 % des résidents de notre campus madrilène recommandent Urban Campus à leurs amis et 35 % ont décidé d’étendre leur séjour, dont la durée minimum contractuelle est d’un mois et la durée moyenne de près d’un an.

Quelle est votre stratégie de développement ?

Urban Campus se définit comme un opérateur de résidentiel géré. Nous travaillons avec des propriétaires investisseurs qui ont des projets de réhabilitation. Nous les conseillons dans le redéveloppement des immeubles puis gérons l’espace de coliving une fois le programme achevé. Nous nous engageons sur une durée longue à travers un contrat de management. Nous réfléchissons également à la mise en place de partenariats pour accompagner des investisseurs dans une stratégie d’acquisition, redéveloppement et exploitation. Nous pouvons intervenir sur des bâtiments non résidentiels. Concernant la géographie, Urban Campus vise les métropoles européennes en situation de tension et peut redévelopper dans des zones urbaines en devenir. Nos prochains projets se situeront vraisemblablement à Madrid, Paris intra-muros et en première couronne. A moyen terme, nous analyserons des données macro-économiques, comme la démographie, et la liquidité des marchés immobiliers pour déterminer nos principales villes cibles. Nous prendrons également en compte l’expertise de nos équipes dans notre approche. Nous regarderons l’Europe continentale et, de manière opportuniste, le Royaume-Uni.

Quelles sont vos ambitions ?

Urban Campus prévoit d’ouvrir une trentaine résidences d’ici cinq ans. Au quotidien, nous cherchons à réinventer le vivre ensemble en ville tout en répondant aux besoins des investisseurs institutionnels.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

P. Zivkovic (WO2 – Woodeum) : "Le projet Arboretum est le prototype même du produit post-Covid"

P. Zivkovic (WO2 – Woodeum) : "Le projet Arboretum est le prototype même du produit post-Covid"

Figure de l’industrie immobilière, Philippe Zivkovic, cofondateur et codirigeant avec Guillaume Poitrinal du groupe WO2 – Woodeum, partage ses réflexi...

La veille urbaine du 25 mai 2020

La veille urbaine du 25 mai 2020

Capelli qui cède 911 logements à CDC Habitat pour 183,5 M€, Virtuo qui va développer 70 000 m² sur le port de Marseille Fos, Unofi qui acquiert le fut...

La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise

La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise

La crise sanitaire va impacter pendant plusieurs mois les fondamentaux qui servent à fixer les loyers des bureaux, des commerces et de la logistique....

La veille urbaine du 22 mai 2020

La veille urbaine du 22 mai 2020

Les déménagements et visites immobilières désormais autorisés en dehors de son département et à plus de 100km de sa résidence, Damien Nerkowski nommé...

La veille urbaine du 20 mai 2020

La veille urbaine du 20 mai 2020

Les AG de copropriété qui pourront se tenir de manière dématérialisée, l'usage du vélo en forte hausse, le lancement du fonds M Capital en France, Mey...

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

Malgré les difficultés économiques provoquées par les mesures de confinements imposées pour enrayer l’épidémie de Covid-19, les sociétés de gestion im...

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entreprise"

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entrep...

Alors que les rapports entre les bailleurs et les locataires sont au cœur de l’attention, Gilles Allard, président de l’Association des directeurs imm...

La veille urbaine du 19 mai 2020

La veille urbaine du 19 mai 2020

Le CNCC, Procos et l’Alliance du commerce qui demandent la réouverture des centres de plus de 40 000 m², Beaugrenelle autorisé à ouvrir, Panhard qui r...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message