M. Cohen (Groupama) : "Nous souhaitons développer l’infrastructure à moyen terme"

M. Cohen (Groupama) : "Nous souhaitons développer l’infrastructure à moyen terme"
Mikaël Cohen, Groupama

Private equity, infrastructure, dette privée… les marchés alternatifs prennent une place grandissante auprès des investisseurs institutionnels. Mikaël Cohen, directeur des investissements chez Groupama, détaille la politique du groupe en la matière.

Décideurs. Quelle est votre allocation globale ?

Mikaël Cohen. Notre allocation est stable et similaire à ce que peuvent détenir d’autres assureurs dans leur bilan. Sur un bilan de 80 milliards d’euros hors unités des comptes, elle se constitue de 80 % de taux - dont 1,5 % de dette privée -, 6 % d’actions cotées, 1,5 % de private equity et infrastructure que nous souhaitons développer à moyen terme, 6 % d’immobilier et 6 % de cash. Nous maintenons des liquidités pour être capables de profiter d’opportunités de marché, l’idée étant d’augmenter la poche infrastructure à 3 % - 4 %. L’immobilier a vocation à évoluer entre 7 % et 8 % de notre allocation.

Quelle est votre politique sur les investissements alternatifs ?

Nous nous basons sur des études d’allocation d’actifs tenant compte de perspectives de rendement variées. Ce qui gouverne souvent les décisions est notre capacité à assumer ces allocations dans le temps, notamment en accord avec Solvabilité 2 et la nécessité de projeter ces différents scénarios économiques à long terme.

"La problématique de la retraite joue un rôle important dans nos choix d’investissement"

La problématique de la retraite joue aussi un rôle important dans nos choix d’investissement. Elle suppose des durations longues et des actifs qui procurent un rendement courant ainsi qu’une protection contre l’inflation. L’infrastructure et l’immobilier permettent entre autres d’y répondre.

Comment déployez-vous votre stratégie ?

Sur le private equity, nous constituons un portefeuille de fonds diversifié, à la fois par nature (du leveraged buy-out au capital-risque) et par zone géographique (Europe, USA). Notre compétence est pour cela dans la sélection des gérants. Nous avons également un intérêt pour les co-investissements. C’est un bon moyen de mieux connaître les gérants pour comprendre leur fonctionnement. En infrastructure, nous passons également par des fonds, avec, quand c’est possible, des co-investissements, l’idée étant de se diversifier. Les énergies renouvelables se démarquent pour des raisons liées aux critères ESG et aux engagements d’investissement dans la transition énergétique pris par Groupama. Les fonds de dette constituent une diversification intéressante. Néanmoins, la prime d’illiquidité nous paraît moins attrayante que par le passé. Pour nous, il est par ailleurs préférable d’avoir une notation, ce qui est rarement le cas pour les fonds de dette.

L’investissement socialement responsable (ISR) joue-t-il un rôle dans ces investissements ?

Pour le non coté, nous réclamons aux gérants de nous présenter les indicateurs ESG intégrés dans le process de sélection et de gestion des investissements, ainsi qu’un reporting de suivi des indicateurs et éventuels objectifs fixés dans leurs portefeuilles. Nous devons aussi pouvoir fournir des informations ESG dans le cadre du règlement Sustainable Finance Disclosure Regulation (SFDR), d’où l’importance du reporting. En immobilier, les investissements sont réalisés principalement en direct par notre filiale Groupama Immobilier, qui intègre ces enjeux et nous transmet ces éléments. Dans tous les cas, au moins une analyse extra-financière est effectuée et, si possible, des indicateurs mesurés comme les émissions carbone.

Comment sélectionnez-vous les fonds d'actifs réels ?

Dans nos due-diligences, nous recherchons des sociétés de gestion qui ont mis en place des processus et se sont fixé des objectifs, notamment en matière d’investissement responsable. Notre grille de notation comprend par ailleurs l’ancienneté et la taille des équipes. Nous considérons important des éléments garantissant la pérennité de l’équipe tels que l’investissement propre des gérants dans le fonds, tout comme leur track record, associé à l’analyse de la manière dont les résultats ont été obtenus. La vitesse de déploiement des capitaux constitue également un facteur déterminant dans la sélection des fonds.

Comment voyez-vous la montée en puissance des actifs numériques comme classe d’actifs ?

Cela fait partie des actifs dont nous sommes totalement absents, au même titre que les hedge funds ou les matières premières comme l’or. Nous préférons les actifs disposant d’un sous-jacent réel et utile à l’économie, et qui produit de la valeur dans le temps.

Propos recueillis par Marc Munier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Investisseurs institutionnels : les investissements alternatifs sous les feux de la rampe

La tendance est à la démocratisation des classes d’actifs alternatifs, et les institutionnels font la part belle à ces placements. Private equity, private debt ou encore immobilier sont au centre de toutes les attentions, et pour cause : un environnement de taux bas, additionné à un marché actions volatile venant se coupler à un gain d’intérêt sur les secteurs porteurs tels que la tech ou la santé sur le non coté semblent favoriser les comportements des portefeuilles de cette classe d’actifs vers une certaine résilience, comme ce fut le cas lors de la crise sanitaire. Outre l’aspect financier, ces fonds ont un fort potentiel sur les questions environnementales. Best in class ou stratégie d’exclusion font aujourd’hui partie intégrante de la gestion des experts, ce qui ouvre le champ des possibles aux projets de transition écologique et bas carbone. Décryptage des stratégies d’allocation des institutionnels français.
Sommaire E. Kerenflec'h (Carac) : " La classe d’actifs du non-coté a fait preuve d’une certaine résilience lors de la crise sanitaire " C. Cattoir (M comme Mutuelle) : "La dette privée a beaucoup d’intérêt" J. André (La Mutuelle Générale) : "L’environnement de taux bas actuel nous pousse à chercher des primes de liquidité" Nicole Musicco nommée CIO chez CalPERS
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message