M.Brogli (DPO Consulting) : "Les directions juridiques devraient être au centre des réflexions stratégiques de l’entreprise"

Positionné sur le segment de la mise en conformité des entreprises au RGPD, le cabinet de conseil DPO Consulting a profité de la crise sanitaire pour parfaire son outil de protection des données personnelles, un sujet central durant cette période de recours au travail à distance. Marine Brogli, présidente groupe de DPO Consulting, nous livre sa vision du marché de la legaltech à l’heure de la reprise d’activité.

Positionné sur le segment de la mise en conformité des entreprises au RGPD, le cabinet de conseil DPO Consulting a profité de la crise sanitaire pour parfaire son outil de protection des données personnelles, un sujet central durant cette période de recours au travail à distance. Marine Brogli, présidente groupe de DPO Consulting, nous livre sa vision du marché de la legaltech à l’heure de la reprise d’activité.

Décideurs Juridiques. Pensez-vous que la legaltech sortira renforcée de la crise sanitaire?

Marine Brogli. Nécessairement. La crise sanitaire est en train de contraindre les entreprises à se réorganiser : tout outil ou plateforme qui permettra d’automatiser certaines tâches ou de faciliter le travail des juristes sera le bienvenu. En revanche, cette crise risque d’accélérer les processus habituels de contraction de marché, et certaines legaltechs trop fragiles ou trop dépendantes de grandes entreprises n’y résisteront pas.

Pensez-vous que de nouveaux budgets seront débloqués par les directions juridiques pour leur ­digitalisation ?

Je pense en effet que les dirigeants vont repositionner de nombreux budgets sur la digitalisation de leurs processus internes. En revanche, les directions juridiques sont souvent les moins dotées sur le plan budgétaire, et la crise sanitaire ne devrait pas améliorer la situation. Je crains que tout budget qu’elles récupéreront pour leur digitalisation ne se fasse au détriment de l’embauche d’un nouveau collaborateur ou d’un nouveau stagiaire. Ce qui est dommage car elles devraient aujourd’hui être au centre des réflexions stratégiques de l’entreprise, le risque réglementaire étant finalement celui qui a le plus d’impact tant d’un point de vue réputationnel que financier.

Avez-vous utilisé la période de confinement pour travailler sur de nouveaux ­produits ?

Tout à fait, nous avons profité de cette période pour repenser complètement notre application myDPO et la rendre encore plus accessible, y compris à des non-­spécialistes du RGPD. Nous avons beaucoup travaillé avec nos clients utilisateurs de cette solution pendant le confinement. Désormais, n’importe quel collaborateur d’une direction juridique peut gérer lui-même facilement sa conformité de bout en bout, en relation avec tous ses clients internes directement depuis la plateforme. L’utilisateur peut lui-même se former, se tenir au courant des dernières actualités sur le sujet grâce à notre partenariat avec Lexis Nexis et visualiser en temps réel la criticité des données traitées pour l’entreprise.

Le segment de la compliance digitale a explosé depuis les nouvelles réglementations Sapin 2 et RGPD. Comment évoluera le marché ?

Le marché aura plutôt tendance à se stabiliser. Aujourd’hui, de nombreux acteurs, souvent peu spécialistes du sujet, se lancent sur le segment de la compliance digitale, attirés par des profits financiers rapides. Certains, qui ne maîtrisaient qu’une partie du sujet, commencent à s’associer et c’est une bonne chose. Les clients avaient jusqu’ici assez peu de recul sur ce que ces acteurs devaient proposer comme services ou produits, mais il semblerait que le ciel s’éclaircisse. En tant que premier DPO de France, nous suivons le marché avec attention et nous nous réjouissons de voir une concurrence plus sérieuse arriver peu à peu.

Pensez-vous que l’Europe verra naître un géant européen ?

À titre personnel, je le souhaite, mais pas nécessairement sur le segment de la legaltech dans la mesure où les réglementations sont encore trop disparates d’un État à l’autre. Je pense que nous avons davantage nos chances sur le secteur de la e-santé.

Propos reccueillis par Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech : les voyants sont au vert

Mappemonde par segment, bilan des financements, actions communes, projets & développements... Décideurs Juridiques réunit les principaux indices de réussite auprès des acteurs et des observateurs de la legaltech.
Sommaire Clémence Arto (Doctrine) : "Plus on a de données, plus performant sera l’algorithme qui ciblera les recherches" Les nouveaux acteurs et les nouveaux produits de la legaltech Du legal design jusque dans la legaltech Grégoire Debit (Closd) : "Réduire le nombre d’outils utilisés est un besoin formulé par de nombreux acteurs" Huissiers et notaires : une digitalisation à rythme différé L’Europe, terre promise de la legaltech française C.Roquilly (Edhec) : "Les machines sauront faire de plus en plus de choses, nous devons avoir confiance en elles" La regtech, un univers à part L'avenir de la legaltch française : le débat en podcast
Renfort en corporate chez Peltier Juvigny Marpeau & Associés

Renfort en corporate chez Peltier Juvigny Marpeau & Associés

L’avocate associée Julie Herzog et son collaborateur rejoignent Peltier Juvigny Marpeau & Associés qui développe ainsi son département corporate/M...

Naissance de MWF Advogados

Naissance de MWF Advogados

Les trois associés Alfredo Migliore, Kedma Moraes Watanabe et Cláudia Regina Figueira lancent cabinet de règlement des litiges basé à São Paulo.

Vandenbulke se renforce en corporate

Vandenbulke se renforce en corporate

Vandenbulke accueille une spécialiste des transactions, Hida Ozveren, accompagnée de ses collaborateurs Luis Alberto Aguerre Enríquez et Séamus McCall...

Croissance interne et externe chez Courrégé Foreman

Croissance interne et externe chez Courrégé Foreman

L’avocate pénaliste Aurélie Girault devient associée du cabinet Courrégé Foreman, tandis que Aloïs Blin rejoint l’équipe en qualité de counsel.

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

Ce lundi 28 septembre, s’ouvre un procès disciplinaire inédit qui durera une semaine. Le Haut Conseil du commissariat aux comptes (H3C) examine l’impl...

Le professeur Paul-Henri Antonmattei rejoint Bredin Prat

Le professeur Paul-Henri Antonmattei rejoint Bredin Prat

Ancien associé de Barthélémy Avocats, Paul-Henri Antonmattei choisit l’équipe de Pascale Lagesse chez Bredin Prat pour poursuivre sa carrière.

Le promoteur Verrecchia accueille un nouveau directeur juridique

Le promoteur Verrecchia accueille un nouveau directeur juridique

Julien Sauvé devient directeur juridique chez Verrecchia, après plusieurs années passées chez son concurrent Quartus.

Les nouvelles technologies à l’honneur au Cercle Montesquieu

Les nouvelles technologies à l’honneur au Cercle Montesquieu

Le prix du Cercle Montesquieu 2020 a été remis le 24 septembre dernier à l’ouvrage Blockchain et actifs numériques rédigé par le professeur Dominique...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message