M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui près de 130 membres parmi lesquelles des avocates, administrateurs et mandataires judiciaires, expertes du chiffre, banquières ou encore spécialistes de la communication de crise comme l’explique Mylène Boché-Robinet, sa présidente.

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui près de 130 membres parmi lesquelles des avocates, administrateurs et mandataires judiciaires, expertes du chiffre, banquières ou encore spécialistes de la communication de crise comme l’explique Mylène Boché-Robinet, sa présidente.

Quelles sont les missions et les actions menées par l’association ?

L’objectif fixé par le bureau (Clotilde Delemazure, Hélène Bourbouloux, Véronique Pernin, Valérie Leloup-Thomas, Delphine Caramalli et moi-même) est de rassembler les expertes du restructuring pour des moments de partage, de convivialité et d’échange des savoirs et des bonnes pratiques.

Depuis 2018, nous avons organisé de nombreux événements, autour notamment de présentations et retours d’expériences de nos membres (les "Dessous des WiR"), sur des thématiques très variées : actualités juridiques, communication de crise, agences de notation, fiscalité du restructuring, aides d’État, arbitrage et procédures collectives, négociation de crise, etc. Nous avons eu des temps forts, comme le sommet organisé avec nos homologues allemandes sur la directive restructuration, ainsi que des événements plus décalés ou festifs : ateliers de méditation et de yoga, et les fameuses soirées des WiR !

Pourquoi rejoindre les WiR ?

Parce que ça fait du bien, tout simplement.

Chacune vient y puiser quelque chose de différent, qui lui est propre. Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments.

"Nos associations rassemblent les meilleurs experts de l’entreprise en difficulté et il était important de mettre ces expertises à la disposition des dirigeants pour les aider à faire face à cette crise sans précédent"

Comment WiR a vécu ces derniers mois ?

Ces derniers mois ont été absolument extraordinaires –  au sens premier du terme – pour l’association et certainement aussi pour tous ses membres ; un bouleversement de nos repères.

Dès les premiers jours du confinement en mars, nous nous sommes rapprochées, avec mes homologues Virginie Verfaillie-Tanguy, présidente de l’ARE et Géraldine Astrup, présidente de l’AJR, pour réfléchir ensemble à la façon dont nos associations pouvaient se mobiliser en faveur des entreprises. Nous avons défini plusieurs actions de solidarité, auxquelles se sont jointes l’Association des Acteurs du Retournement de l’Ouest (AARO) et Prévention & Retournement. Nos associations rassemblent les meilleurs experts de l’entreprise en difficulté et il était important de mettre ces expertises à la disposition des dirigeants pour les aider à faire face à cette crise sans précédent.

Par ailleurs, nous mettons en place très régulièrement des webinars interactifs. Nous avons commencé au printemps avec des échanges sous forme de "retours d’expérience", très appréciés dans un contexte normatif nouveau et en évolution permanente. Nous organisons des webinars une à deux fois par mois depuis la rentrée, notamment sur les différents aspects des mesures de soutien aux entreprises.

Quel est le message porté par l’association ?

La bienveillance.

J’évoquai notre envie de nous rassembler, nous, femmes du restructuring. Mais il n’est pas seulement question de réseau ou de moments de convivialité. Il s’agit aussi de valeurs, que nous avions définies ainsi à la création de l’association : bienveillance, entraide, confiance et sympathie. S’y ajoute également l’éthique.

Ces valeurs sont l’ADN de notre association. Je souhaite profondément que nous les incarnions, pour construire et représenter le monde du restructuring, et pour qu’il soit comme nous souhaitons le vivre et le transmettre.

Quelles vont être vos principales missions en 2021 ?

L’association doit continuer à se développer, nous allons bientôt intégrer de nouveaux membres. Nous avons aussi beaucoup d’événements dans le "pipeline", surtout festifs car nous avons besoin de nous retrouver "vraiment", dès que la situation sanitaire le permettra.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégie, réorganisation & restructuring 2020

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégie, réorganisation & restructuring 2020
Sommaire
Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

O. Tichit (AdVini) : "L’étiquette tricolore joue de moins en moins"

O. Tichit (AdVini) : "L’étiquette tricolore joue de moins en moins"

À la tête de la direction financière du producteur et négociant en vins AdVini depuis 2018, Olivier Tichit s’attèle, avec ses équipes, à moderniser le...

Hip hip hip, IPO

Hip hip hip, IPO

Les introductions en Bourse ont le vent en poupe. Après une année 2020 particulièrement décevante, l’année 2021 a démarré sur les chapeaux de roues et...

G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A"

G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A"

Aramis Group, leader européen de la vente en ligne de voitures d’occasion, a réalisé au mois de juin 2021 la plus grosse introduction en Bourse de Par...

J. Waldron (Suez) : "La notion de service public correspond à notre ADN"

J. Waldron (Suez) : "La notion de service public correspond à notre ADN"

Malgré une année 2020 marquée par la crise sanitaire et l’OPA lancée à son encontre, Suez a su garder sa ligne de conduite ainsi que son plan stratégi...

Daniel Julien, le petit nouveau du Cac40

Daniel Julien, le petit nouveau du Cac40

Peu connu du grand public, Daniel Julien a pourtant réussi un exploit. Parti de rien, il a bâti un groupe de 300 000 salariés qui travaille pour les p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte