M. Aulagnon et D. Charles-Péronne : "La FSIF a fait dix propositions pour accélérer la reprise"

Quelques jours après la conclusion de la médiation entre bailleurs et locataires commerçants, Maryse Aulagnon et Delphine Charles-Péronne, respectivement présidente et déléguée générale de la Fédération des sociétés immobilières et foncières (FSIF), dressent le bilan de ces travaux. Elles dévoilent également les propositions de l’organisation pour accélérer la reprise.
Maryse Aulagnon (à gauche) et Delphine Charles-Péronne (©D.R.)

Quelques jours après la conclusion de la médiation entre bailleurs et locataires commerçants, Maryse Aulagnon et Delphine Charles-Péronne, respectivement présidente et déléguée générale de la Fédération des sociétés immobilières et foncières (FSIF), dressent le bilan de ces travaux. Elles dévoilent également les propositions de l’organisation pour accélérer la reprise.

Décideurs. Quel bilan dressez-vous de la médiation sur les loyers des commerçants ?

Maryse Aulagnon. La médiatrice a fait un travail remarquable dans un contexte compliqué, ce qui a conduit à l’élaboration d’une charte de bonnes pratiques. Cette dernière va nous servir de cadre de réflexion et de négociation. En tant que bailleurs, nous avons obtenu la réaffirmation de principes fondamentaux telles que la primauté de la relation contractuelle, la négociation au cas par cas, et la non-remise en cause des accords antérieurs passés avec les locataires. Les propriétaires sont de bonne volonté et ont des intérêts convergents avec les enseignes, ce qui a conduit à l’élaboration de solutions avant même le début de la médiation. Nos adhérents avaient mis en place fin avril 450 M€ de report et annulation de loyers pour 14 000 locataires. Il était donc crucial que la charte de bonnes pratiques ne remette pas en cause ces accords. Autre point important, la crise que nous traversons ne doit pas être l’occasion, pour des locataires ne respectant pas leurs engagements, de bénéficier de mesures supplémentaires. Une enseigne doit donc être à jour dans le paiement de ses loyers avant la période de confinement pour que la charte de bonnes pratiques puisse s’appliquer. Quant aux charges et taxes, elles doivent être payées car les bailleurs ne sont que des intermédiaires sur ces sujets.

Si nous avons eu des satisfactions, nous n’avons pas obtenu tout ce que nous demandions car nous sommes dans le cadre d’un compromis. Tous les bailleurs ont néanmoins décidé de signer cette charte, marquant ainsi une troisième étape dans notre mouvement de solidarité après l’annonce en mars du report des loyers de nos locataires TPE-PME, puis l’annulation des loyers des TPE ayant subi une fermeture administrative. Nous regrettons que toutes les associations de commerçants n’aient pas signé la charte de bonnes pratiques car elle concrétise un travail intense entre les parties prenantes et permet d’avoir un cadre de discussions homogène.

Quels premiers enseignements tirez-vous de la crise sanitaire et du confinement ?

M.A. La généralisation immédiate du télétravail constitue une des grandes surprises de cette période. Elle amène à réfléchir sur la fabrique de la ville : quels bureaux doivent-être développés ? Quels logements ? Quels centres d’affaires ? Des questions se posent également concernant la capacité des systèmes informatiques à supporter un usage intensif dans les entreprises.

Autre enseignement, le besoin de nature a été exacerbé pendant le confinement. Cela va nous conduire à nous interroger sur la localisation des lieux de travail. Nous pourrions observer un regain d’intérêt pour les villes situés à une cinquantaine de kilomètres de Paris et parfaitement reliées à la capitale par les axes ferroviaires ou routiers.  La fabrique de la ville va ainsi devoir changer d’approche à l’égard des « satellites » des métropoles. Nos adhérents anticipent d’ores et déjà la multiplication de centres d’affaires permettant de travailler à proximité de son logement dans ces territoires. Pour autant, le confinement a aussi mis en lumière la nécessité pour les collaborateurs d’une entreprise de pouvoir se retrouver afin d’échanger et travailler collectivement de manière fluide.

Enfin, les inégalités liées à la taille et à la configuration des logements ont été accentuées pendant cette période. Cette dimension devra être prise en compte dans la fabrique de la ville. Outre l’ajout de balcons et de terrasses dans leurs programmes, les promoteurs devront sans doute intégrer des espaces permettant de travailler en s’isolant dans les futures habitations. Des réflexions autour de l’installation de « cabines de travail » sont déjà en cours.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement ?

D. C.-P. Nos interlocuteurs au sein des différents cabinets ministériels ont été très actifs et disponibles pendant le confinement, à l’écoute de nos demandes et ont fait de leur mieux pour faciliter le dialogue dans des dossiers compliqués comme celui des loyers des commerçants, des surcoûts liés aux mesures sanitaires sur les chantiers ou encore des mesures de reprise. Nous avons également travaillé avec eux sur des initiatives de solidarité (mise à disposition d’hôtels ou de résidences étudiantes pour les personnels de santé ou les femmes violentées, dons de masques pour l’APHP et la BSPP…).

"Les ensembles hybrides vont prendre une place de plus en plus importante dans la fabrique de la ville [...]. Mais leur développement est freiné par l’absence de cadre juridique. La FSIF travaille sur le sujet."

Quel pourrait être le rôle de la fabrique de la ville dans la relance économique ?

D. C.-P. Notre secteur a un poids important dans l’économie et couvre de nombreux métiers. La FSIF a fait dix propositions pour accélérer la reprise. Nous suggérons notamment d’étendre les dispositions dérogatoires prévues par les lois JO et Restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris pendant un délai à déterminer afin d’alléger et de raccourcir la mise en œuvre des projets immobiliers. Nous préconisons également la mise en place d’outils informatiques au sein des services instructeurs afin que les demandes d’autorisations administratives puissent être déposées de manière dématérialisée pour éviter un trou d’activité dans quelques mois. Dernier exemple, nous recommandons de soutenir la rénovation énergétique des parcs de logements, propriétés des bailleurs personnes morales, avec une aide représentant au moins 50 % du coût de la rénovation thermique. Les retombées économiques pourraient même être démultipliées en portant l’aide à 100 % sous condition que le bailleur investisse le même montant dans la modernisation et l’adaptation de son parc.

M.A. Les villes seront l’épicentre de la relance économique. Les pouvoirs publics ont un rôle important à jouer dans ce cadre car ils pilotent de nombreux chantiers. Ils peuvent également soutenir les entreprises en difficulté en raccourcissant les délais de paiement sur les projets dont ils sont les commanditaires.

Dans quel état d’esprit sont vos adhérents pour les mois à venir ?

D. C.-P. Ils sont optimistes mais prudents. Optimistes car ils ont mis en place des financements supplémentaires ou anticipé des émissions obligataires qui ont été sursouscrites la plupart du temps. Cela montre d’ailleurs que les partenaires financiers de nos adhérents partagent cette confiance en l’avenir. Néanmoins, nous sommes prudents car nous n’avons pas encore mesuré tous les effets du ralentissement de l’économie ces derniers mois. Les premiers chiffres montrent une reprise en V aux Etats-Unis, nous espérons qu’il en sera de même en Europe. De même, l’indice de fréquentation des centres commerciaux rouverts, de près de 80%, démontre que la reprise s’accélère tout en préservant la sécurité des visiteurs.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait-elle faire évoluer à moyen terme les grands principes de fonctionnement du secteur de la fabrique de la ville selon vous ?

D. C.-P. Les secteurs publics et privés ont beaucoup échangé depuis le début du confinement et les nécessaires mesures de reprises ont à nouveau démontré la nécéssité de simplifications et de flexibilité administratives. Nous espérons que cette prise de conscience permettra d’accélérer le mouvement.

M.A. La crise sanitaire a également amplifié l’effacement des frontières entre les différentes typologies d’actifs. Les ensembles hybrides vont prendre une place de plus en plus importante dans la fabrique de la ville car ils correspondent aux nouveaux usages. Mais leur développement est freiné par l’absence de cadre juridique. La FSIF travaille sur le sujet. Nous avons même suggéré dans notre liste de dix propositions de permettre aux maires d’accorder au cas par cas des dérogations pour répondre aux nouveaux besoins en attendant l’adaptation du cadre juridique général.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
L’économie circulaire à un tournant dans le bâtiment

L’économie circulaire à un tournant dans le bâtiment

Sujet récurrent dans la construction française depuis plusieurs années, l’économie circulaire n’a pas encore trouvé sa place dans cette industrie. Le...

La veille urbaine du 26 janvier 2021

La veille urbaine du 26 janvier 2021

La filière bâtiment toujours opposée à la RE2020, BBCA qui dévoile son palmarès 2020, Cronos qui met en place un financement inaugural de 800 M€… Déci...

BBCA dévoile son palmarès des maîtres d’ouvrage

BBCA dévoile son palmarès des maîtres d’ouvrage

BBCA a dévoilé son palmarès des meilleurs maîtres d'ouvrage bas carbone pour 2020 : Nexity, Icade et Woodeum-WO2 font partie des trois meilleurs.

NGE lance sa filiale immobilière

NGE lance sa filiale immobilière

NGE lance sa filiale consacrée au développement immobilier. NGE Immobilier souhaite offrir aux territoires des possibilités de co-programmation sur-me...

L’Association familiale Mulliez crée un nouvel opérateur européen de services immobiliers

L’Association familiale Mulliez crée un nouvel opérateur européen de services immobiliers

Antoine Grolin, associé familial et membre de la gérance AFM (Association familiale Mulliez), annonce en ce début d'année la création d’une nouvelle e...

La veille urbaine du 25 janvier 2021

La veille urbaine du 25 janvier 2021

Paris La Défense qui souhaite se doter d'une « raison d'être », Eurazeo qui se développe dans les infrastructures, Shell sur le point d’acquérir ubitr...

T. Herrmann : "Nous allons poursuivre notre développement à Paris et chercher à conforter notre part de marché à Strasbourg"

T. Herrmann : "Nous allons poursuivre notre développement à Paris et chercher à conforter notre part...

Herrmann Frères & Fils Immeubles a animé le marché immobilier en 2020 avec, entre autres, les cessions du 11 boulevard de Magenta, du 96 rue de Tu...

La veille urbaine du 22 janvier 2021

La veille urbaine du 22 janvier 2021

Perial AM qui confie le property management de 300 000 m² à Nexity PM, la Banque des Territoires qui souscrit pour près de 200 M€ de titres participat...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte