LVMH-Tiffany : quand les éléments se déchaînent

LVMH-Tiffany : quand les éléments se déchaînent

LVMH a annoncé le 9 septembre la suspension de l’acquisition de Tiffany sur fond de guerre commerciale entre la France et les États-Unis. Le joaillier n’entend pas se résoudre à cette décision.

Les fiançailles sont-elles définitivement rompues ? LVMH a annoncé le 9 septembre la suspension de l’acquisition de Tiffany. La décision a été prise par le conseil d’administration après étude d’"une succession d’événements de nature à fragiliser l’opération", selon le communiqué. Le deal d’un montant de 14,7 milliards de dollars, annoncé en novembre dernier – soit avant le début de la crise du coronavirus –, aurait été le plus important mené par le géant du luxe.

Une lettre du Quai d’Orsay

C’est une lettre du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui aurait conduit à ce coup d’arrêt. "Le gouvernement américain a décidé d’instaurer de nouveaux droits de douane sur certains produits français, en particulier dans le secteur du luxe, en réaction à l’adoption par la France d’une taxe sur les services numériques." Le Quai d’Orsay, qui souhaite dissuader le pays de l’oncle Sam de mettre ses menaces à exécution dès le 6 janvier prochain, conseille aux entreprises des secteurs concernés de réévaluer leurs projets d’investissements.

Alors que l’opération avait déjà été repoussée au 24 novembre, Tiffany demandait que la date soit à nouveau reportée, cette fois au 31 décembre 2020. Mais LVHM souhaite s’en tenir à l’accord, qui prévoit une date limite de closing au 24 novembre. Et "acte, qu’en l’état, le Groupe ne serait pas en mesure de réaliser l’opération d’acquisition de la société Tiffany & Co".

Tiffany n’entend pas les choses de cette oreille. Le joaillier annonce avoir engagé des poursuites contre LVMH aux États-Unis pour le contraindre à boucler le rachat. Il considère que le groupe français n’a pas honoré ses engagements. "Il s'agit de la seule transaction qui n'ait pas encore officiellement déposé une demande d'approbation antitrust dans l'Union européenne", tacle notamment l’américain. Et d’ajouter : "L'accord ne permet pas à LVMH de repousser la fusion simplement parce qu'un ministre du gouvernement l'a demandé." La bataille s’annonce corsée.

OV

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message