LREM : ministres et ralliés sauvent la mise

Le parti de la majorité signe quelques victoires, notamment grâce aux membres du gouvernement et à certains maires convertis au macronisme. Mais, miné par les dissidences et le manque d’ancrage, le jeune mouvement est plutôt à la peine.
La victoire de Gérald Darmanin à Tourcoing devrait lui permettre de peser davantage au sein du gouvernement.

Le parti de la majorité signe quelques victoires, notamment grâce aux membres du gouvernement et à certains maires convertis au macronisme. Mais, miné par les dissidences et le manque d’ancrage, le jeune mouvement est plutôt à la peine.

Après une élection présidentielle et des législatives menées tambour battant, LREM avait fait plutôt bonne figure aux européennes grâce aux voix venues de la droite. Pour les municipales, la campagne s’annonçait plus difficiles. Elle l’a été.

Merci aux ministres

Si LREM évite la débâcle, c’est en partie grâce à certains membres du gouvernement qui ont profité d’une bonne implantation locale pour rafler la mise. Ainsi, à Tourcoing, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, confirme son statut d’homme fort de la Macronie puisqu’il est réélu à la tête de la ville avec 60,89% des voix contre 10,78% pour son principal challenger qui se réclamait de l’union de la gauche. Dans cette ville du Nord la participation a été particulièrement faible : 25%. Qu’importe, le ministre remporte une précieuse victoire qui devrait lui permettre de monter en grade lors d’un éventuel remaniement.

Même s’il représente Agir la droite constructive, le ministre de la Culture Franck Riester conserve également sa mairie de Coulommiers, ville de Seine-et-Marne qu’il dirige depuis 2008. Dans la commune normande de Vernon, la liste soutenue par le ministre chargé des collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, « patron officieux », présent en troisième position mais pleinement investi dans la campagne, est couronnée dès le premier tour avec 66,44%.

Pour le Premier ministre, Édouard Philippe, ce premier tour ne s’est pas passé comme prévu. Malgré des discours sur « l’humilité » ou « la difficulté de mener une campagne municipale », il misait sur une élection dès le premier tour ; il se retrouve en ballotage. Certes, il termine en tête avec 43,6% des voix. Mais son challenger de gauche, Jean-Paul Lecoq est à 35,88% et pourrait bénéficier de l’appui du candidat écologiste Alexis Deck, fort de 8,28%. Le jeu est ouvert pour le locataire de Matignon qui jouera très gros au second tour.

Les maires sortants sauvent la Macronie

Certains maires sortants ont également permis aux macronistes invités sur les plateaux le 15 mars au soir de faire relative bonne figure. À Angers, le sortant Christophe Béchu, un ex-LR soutenu par LREM est largement reconduit avec 55% tandis qu’à Nevers, Denis Thuriot, Marcheur assumé et encarté passe dans un trou de souris : 51%. La meilleure performance de la soirée est réalisée par le maire de Saint-Dié-des-Vosges, David Valentine, plébiscité par 72% des électeurs.

Construire un maillage local est un travail de longue haleine

Le second tour devrait permettre à la majorité de célébrer quelques victoires. Parmi les principales, citons Amiens, ville natale d’Emmanuel Macron où la maire UDI sortante soutenue par la majorité, Brigitte Fouré, semble en bonne position. Avec 29,81%, elle devance le candidat de gauche Julien Pradat (25,51%) mais pourra bénéficier du report de deux listes centristes totalisant 20% des voix et, probablement, des écolos puisque la tête de liste, Christophe Porquier, est le conjoint de la députée LREM Barbara Pompili.

Manque d’ancrage et dissidences : cocktail infernal

Ces victoires permettront peut-être au parti de la majorité de mettre sous le tapis certaines claques magistrales subies par des députés marcheurs trop peu ancrés localement, en proie à des dissidences et au vote sanction. Le sud du pays est riche en flops pour les députés macronistes : à Toulon, la députée Cécile Muschotti ne recueille que 7% des suffrages, à Arles Monica Michel est à 5%. Tandis-qu’à Montpellier, le député Philippe Vignal n’a séduit que 6,10% des électeurs et se classe huitième. Enfin, difficile de ne pas mentionner Marseille où l’universitaire Yvon Berland, désigné tardivement n’a obtenu que 7,88%. Moralité : construire un maillage local est un travail de longue haleine. Aux macronistes d’être patients.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Municipales, les leçons du premier tour

Un
Sommaire EELV part à l'assaut des grandes villes Municipales, le PS voit la vie en rose Municipales : le bilan mitigé du RN
Sondage : Régionales, qui vote quoi en Ile-de-France ?

Sondage : Régionales, qui vote quoi en Ile-de-France ?

Julien Bayou très haut chez les jeunes mais inexistant chez les retraités, Valérie Pécresse solide partout et très forte chez les plus âgés, Audrey Pu...

Régionales en Hauts-de-France : qui vote quoi ?

Régionales en Hauts-de-France : qui vote quoi ?

Si Xavier Bertrand fait figure de favori à sa réélection, c’est en grande partie grâce aux plus âgés et aux CSP+. La gauche réalise de bons scores che...

Emmanuel Macron giflé : le symbole d’une société malade ?

Emmanuel Macron giflé : le symbole d’une société malade ?

Ce n’est qu’une gifle anodine et probablement peu douloureuse qui a claqué sur la joue d’Emmanuel Macron lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage dans...

États généraux de la justice : comment cela va se passer...

États généraux de la justice : comment cela va se passer...

L’Élysée a annoncé le lancement des États généraux de la justice. Organisé à la rentrée, l’événement devrait se tenir sur plusieurs semaines et réunir...

Antisémites, racistes, violents, complotistes : ces étranges candidats RN

Antisémites, racistes, violents, complotistes : ces étranges candidats RN

De nombreux militants investis par le parti de Marine Le Pen se révèlent anti-républicains et asociaux. Une catastrophe pour le RN qui veut faire croi...

Tribune. L’écriture inclusive est tout sauf un progrès social

Tribune. L’écriture inclusive est tout sauf un progrès social

L’utilisation de l’écriture inclusive devient peu à peu une ligne de démarcation entre un autoproclamé "camp du bien" ultra-minoritaire et le reste de...

Edito. Y’a d’la joie

Edito. Y’a d’la joie

Roaring twenties, Trentes glorieuses, Renaissance… Après les crises, la population laisse exploser sa rage de vivre et de s’amuser. De quoi espérer un...

LR : Mais où sont passés les jeunes ?

LR : Mais où sont passés les jeunes ?

Certes, la droite républicaine n’a jamais été dominante chez les jeunes générations. Mais depuis une dizaine d’années, elle devient peu à peu anecdoti...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte